ET (BEAUCOUP) PLUS SI AFFINITÉS de Michael Dowse
Critique – Sortie Ciné

Partagez cet article

et beaucoup plus si affinitesMondo-mètre
note 6.5 -10
Carte d’identité :
Nom : What If
Père : Michael Dowse
Date de naissance : 2013
Majorité : 29 octobre 2014
Type : Sortie au cinéma
Nationalité : Irlande, Canada
Taille : 1h42 / Poids : NC
Genre : Comédie romantique

Livret de famille : Daniel Radcliffe (Wallace), Zoe Kazan (Chantry), Megan Park (Dalia), Adam Driver (Alan), Rafe Spall (Ben), Mackenzie Davis (Nicole)…

Signes particuliers : Une délicieuse comédie romantique « indépendante », pas follement originale mais pleine de verve, de justesse et d’énergie, admirablement portée par un duo star complice et fusionnel.


LES ALÉAS DE L’AMOUR : BEAUTÉ ET TRACAS

LA CRITIQUE

Résumé : En se rendant à une soirée organisée par son meilleur ami, Wallace ne se doute pas qu’une rencontre va bouleverser sa vie. Son attirance pour Chantry a tout du coup de foudre. Une complicité immédiate s’installe avec cette jeune femme pétillante et à l’humour ravageur. Toutefois, il subsiste un petit obstacle aux prémices de cette belle histoire : Chantry est déjà en couple avec un dénommé Ben ! Elle propose donc à Wallace de sceller un tout autre pacte : devenir amis, et rien de plus. Au fil du temps, leur complicité ne fait que grandir et Wallace se retrouve vite confronté à un vrai dilemme : doit-il s’en tenir à sa promesse ? Faire en sorte que Chantry quitte Ben ? Faire semblant de se satisfaire de cette situation bancale ou bien tenter de la conquérir, au risque de la perdre ? Leur relation amicale va être mise à rude épreuve : mais un homme et une femme peuvent-ils réellement être amis ?et beaucoup plus si affinites 3 L’INTRO :

Par définition et par expérience à force d’aller se faire du mal à se délecter par procuration du bonheur des autres sur grand écran et non sans une pointe d’amertume et d’envie jalouse, on sait aujourd’hui qu’il existe grosso modo trois types de comédies romantiques anglo-saxonnes. La première, c’est la bonne grosse romance sirupeuse à l’hollywoodienne du style « un amour à machin » où « rencontre à bidule ». Un couple beau et souriant avec des dents blanches à faire pâlir les acteurs auditionnant pour une pub Colgate, des codes identifiables en cinq secondes (quatre pour les plus rapides) et des clichés plâtrés à la truelle pour cimenter tout ça. Sinon, il y a le style britannique, généralement plus agréable et plein de panache, marqué par un ton « à l’anglaise » qui lui donne toute sa spécificité. Et enfin, troisième style, celui que l’on appelle la « romcom indé » et qui désigne souvent ces films plus ou moins indépendants, qui répondent aux mêmes codes essentiels à toute comédie romantique qui se respecte, mais qui généralement privilégie la verve inspirée à l’émotion facile et une certaine fraîcheur à la redite d’une recette sur-éculée. Et (Beaucoup) Plus si Affinités s’apparente plutôt à cette dernière catégorie, comédie romantique irlando-canadienne gentiment indé mais avec quand même une star à l’affiche (Daniel Radcliffe) histoire de rendre l’affaire bankable. Réalisé par le méconnu Michael Dowse (le faux docu Fubar), Et (Beaucoup) Plus si Affinités nous parvient précédé de la réputation sacrément flatteuse de « Quand Harry rencontre Sally d’aujourd’hui » ! Voilà qui attire l’attention et on demandait à voir !et beaucoup plus si affinites 2L’AVIS :

On nous le vendait comme le pendant moderne d’un classique, et même si le film de Michael Dowse est loin de se hisser au rang du chef d’œuvre de Rob Reiner, il faut bien lui reconnaître ce même esprit croquant l’amour vu comme une prune juteuse où l’on peste parce que l’on s’en met plein les doigts tout en appréciant le goût sucré de cette magnifique émotion à la fois vacharde et enivrante. Drôle, tendre, juste et même parfois émouvant, Et (Beaucoup) Plus si Affinités est une joyeuse balade déambulant dans les méandres de l’amour compliqué, où les situations pleines de vérité sont comme autant de petits paysages de bord de route que l’on contemple en repensant à notre vécu personnel. Car il y a de grandes chances pour que tout un chacun se retrouve quelque part dans cette succulente virée faite de verve et d’énergie, alimentée par la complicité d’un excellent duo de comédiens hautement sympathiques, Daniel Harry Potter Radcliffe (il doit en avoir sacrément marre de ce qualitatif) et Zoe Kazan, petite-fille du grand Elia.et beaucoup plus si affinites 4Alors forcément, la trame est un peu clichesque dans son universalité, et l’on connaît bien ce paysage général que l’on a déjà mainte et mainte fois contemplé. Mais que serait une comédie romantique sans le romantisme un brin naïf, sans l’humour délicieusement authentique ? Et (Beaucoup) Plus si Affinités parvient à se saisir d’une vieille recette et sans forcément bouleverser les conventions, il brode un plat succulent pour les papilles et enivrant pour l’odorat. Un petit régal plein de fausse fraîcheur mais qui fonctionne comme tel, triomphant modestement dans un genre pourtant archi-rebattu. Très agréable, on s’y sent bien et on savoure.

BANDE-ANNONCE :

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.