DON JON de Joseph Gordon-Levitt
en salles – critique (comédie romantique)

Partagez cet article
0 votes

affiche-du-film-don-jon-en-salles-le-25-decembre-2013-104962_w1000Mondo-mètre :
note 6
Carte d’identité :
Nom : Don Jon
Père : Joseph Gordon-Levitt
Livret de famille : Joseph Gordon-Levitt (Jon), Scarlett Johansson (Barbara), Tony Danza (Jon Martello Sr), Julianne Moore (Esther), Brie Larson (Monica), Glenne Headly (Angela), Jeremy Luke (Danny), Rob Brown (Bobby), Channing Tatum (acteur), Anne Hathaway (actrice)…
Date de naissance : 2013
Majorité au : 25 décembre 2013 (en salles)
Nationalité : USA
Taille : 1h30
Poids : 6 millions $

Signes particuliers (+) : Gordon-Levitt signe un premier film sympathique, rieur et intelligent dans son approche détournant les codes de la comédie romantique traditionnelle pour se muer en fine observation de la génération actuelle, maladroite dans son rapport au sexe opposé. Le néo-cinéaste pose les bonnes questions sur le conditionnement des uns et des autres, dos à dos et séparés par une barrière érigée sur un ensemble d’idées reçues et de valeurs erronées, véhiculées par les codes régissant les fantasmes modernes et faussant la perception de l’Autre. La thématique est intéressante, la réflexion adroite et souvent très lucide quitte à surprendre, et le film dominé par un beau casting dont émerge le revenant Tony Danza, magnifique en père à l’italienne au caractère bien trempé.

Signes particuliers (-) : On retrouve chez Don Jon pas mal des maladresses qui caractérisent souvent les premiers pas de réalisations balbutiants. Gordon-Levitt livre un bel exercice louable, mais perdant un peu en force et en valeur par une mise en scène et une écriture parfois redondante, un scénario pas toujours bien abouti (une conclusion manquée) et une forme de naïveté réductrice qui s’invite par moments au milieu de la lucidité qui soutient l’ensemble. On se délecte de certaines choses sur le moment, on en apprécie d’autres sur la durée mais globalement, on a du mal à garder le tout en mémoire bien longtemps.

 

FANTASME-MOI ET NOUS VIVRONS HEUREUX !

Résumé : Jon Martello est un beau mec que ses amis ont surnommé Don Jon en raison de son talent à séduire une nouvelle fille chaque week-end. Mais pour lui, même les rencontres les plus excitantes ne valent pas les moments solitaires qu’il passe devant son ordinateur à regarder des films pornographiques. Barbara Sugarman est une jeune femme lumineuse, nourrie aux comédies romantiques hollywoodiennes, bien décidée à trouver son Prince Charmant. Leur rencontre est un choc, une explosion dans la vie de chacun. Bourrés d’illusions et d’idées reçues sur le sexe opposé, Jon et Barbara vont devoir laisser tomber leurs fantasmes s’ils veulent avoir une chance de vivre enfin une vraie relation…

Don-Jon-Joseph-Gordon-Levitt+Scarlett-Johansson
L’INTRO :

A l’image de James Franco, un autre acteur de la nouvelle génération hollywoodienne, le comédien Joseph Gordon-Levitt n’est pas seulement passionné d’acting, il manifeste depuis longtemps un intérêt certain pour la mise en scène. En 2012, il décide de sauter le pas et réalise son premier long-métrage, l’aboutissement d’années de travail fructueuses dans le court et le moyen-métrage. Sa comédie Don Jon sera un film personnel dont l’idée lui tenait à cœur, au point de se désengager à contrecoeur du tournage de Django Unchained dans lequel il devait apparaître.

DJ2

Avec un tout petit budget en poche (6 millions $), l’acteur désormais néo-réalisateur de cinéma, se lance dans le grand bain en racontant une histoire d’amour moderne entre deux personnages que tout oppose sur le papier si ce n’est une réalité de fond quand à la perception de la vie. D’un côté, le beau jeune homme qu’est Jon Martello (Gordon-Levitt lui-même), un attachant bonhomme ne jurant que par son corps, son appart, sa famille, sa bagnole, ses potes, sa paroisse, les femmes et surtout, les vidéos porno auxquelles il est accroc. De l’autre, Barbara Sugarman (la sensuelle Scarlett Johansson), une jeune femme belle à crever, candide, rêveuse, accroc aux comédies romantiques et ne cherchant que le Prince Charmant qui l’enlèvera sur son cheval blanc. Deux êtres que rien ne prédestinaient à se rencontrer… Pour compléter l’univers de ce premier exercice, Joseph Gordon-Levitt fait appel à des amis et à des comédiens talentueux qu’il arrivera à convaincre à la force d’un script bourré de qualités. Ainsi, Julianne Moore embarque à bord, la jeune Brie Larson aussi, son pote Channing Tatum, Anne Hathaway ou Cuba Gooding Jr signent des caméos mais le centre de l’attention, c’est lui, le revenant Tony Danza (Madame est servie) auquel le jeune acteur confie un rôle en or massif.

DON-JON+PHOTO5

Avec Don Jon, Joseph Gordon-Levitt témoigne d’un talent certain qu’il est impossible de dénier. Avec beaucoup de culot, d’audace mais surtout d’intelligence, le néophyte signe une petite originalité savoureuse, une véritable comédie romantique drôle et touchante, mais qui a pour elle de ne pas s’arrêter à la superficialité de son histoire d’une rencontre entre deux opposés, témoignant en fond, d’un regard malicieux, pertinent et empreint de finesse sur l’évolution de la société moderne et les conflits de perception de l’amour qui sous-tendent les relations hommes-femmes d’aujourd’hui. Plus qu’un simple récit de romance classique, Don Jon s’applique à jouer des valeurs qui étreignent la génération actuelle, et s’amuse des codes véhiculés par les films et le monde tiraillé entre idéaux d’antan et modernité faussant le prisme de la vision de l’Autre. L’un fantasme sur les idéaux drainés par l’industrie du porno, sur un illusoire idéal de la femme-objet aux formes atomiques où le sexe est un plaisir volcanique aussi ultime que délirant. Face à lui, une jeune femme qui perçoit le monde avec une immense candeur, fantasmant avec beaucoup de naïveté sur les codes utopiques de ces histoires de princes charmants et de princesse comblée,  où tout est beau, tout est rose, tout est merveilleux. Quelque part, Joseph Gordon-Levitt illustre la dichotomie entre un doux esprit passéiste et un triste constat moderne. Deux visions du monde s’entrechoquent dans un film au fond juste et judicieux, tournant en dérision avec beaucoup de tendresse ce combat des fantasmes qui régit les rencontres amoureuses d’aujourd’hui. Ces deux héros aux visions opposés se rejoignent finalement dans les idéaux qu’ils défendent, aussi extrême l’un que l’autre, où le gris n’a pas sa place dans leur conception du monde en noir ou blanc.

don-jon

Avec caractère et verve passionnée, Don Jon Façon est une façon originale et vivifiante de revisiter l’univers des fantasmes romantiques du moment. C’est surtout un joli petit constat sociologique revêtissant les oripeaux d’une comédie romantique traditionnelle en leur empruntant leur construction et leur mode de fonctionnement pour mieux s’en amuser avec adresse et discernement. Sur un tempo d’enfer carburant à l’énergie, cette comédie sous red bull délirante et sur-vitaminée est drôle, enjouée, rythmée, agréable. Gordon-Levitt livre la pleine mesure de son talent déjà remarqué en s’engageant totalement dans son effort, devant comme derrière la caméra, la plantureuse Scarlett Johansson joue de son aura sexy mais on retiendra surtout un énorme Tony Danza, dont les apparitions sont aussi comptées que magistrales, et une amusante Brie Larson tout en mutisme décalé.

don-jon-joseph-gordon-levitt-adresse-message--L-U81EqL

Reste qu’au final et fort malheureusement, Don Jon réjouit sur le moment, laisse poindre son intelligence d’approche, mais petit déçoit un petit peu aussi. Probablement par une accumulation de maladresses, notamment dans l’écriture, rôle également embrassé par le comédien. Sa première œuvre a tendance à tourner parfois en rond, faute de trop savoir comment s’échapper du carcan imposé par sa mécanique, faute de trop savoir comment alimenter son intrigue manquant par moments d’épaisseur au-delà de son idée et ses beaux personnages, faute de trouver une subtile conclusion qui apparaît ici très abrupte, négociant mal son virage dans un dernier acte manqué et fissure l’édifice et lui fait perdre pas mal en stabilité et valeur. Don Jon laisse un peu sur sa faim et on a cette fâcheuse impression d’un ressenti schizophrénique, écartelé entre la sensation d’avoir été confronté à une première tentative assez brillante derrière sa facture branchée et celle de ne pas en retirer grand-chose une fois le générique terminé.

don-jon07

Comme beaucoup de premier film, Don Jon est maladroit… mais l’effort est prometteur et loin d’être insipide. Non sans finesse et sans style, Don Jon détourne les codes de la Rom Com traditionnelle et propose une vision de la rencontre amoureuse et du couple moderne empreinte de modernité et de lucidité. Rieur (la personnalité de Jon, la caractérisation de la sœur mutique interprétée par Brie Larson, le caractère à l’italienne du personnage de Danza), ce modeste exercice est suffisant pour tirer un petit coup de chapeau à son auteur, attachant acteur devenant un attachant réalisateur. Si le film ne restera probablement pas dans les mémoires, il parvient dans tous les cas à toucher du doigt la grâce aux détours de quelques scènes bien senties (comme la plus belle et la plus érotique séquence de sexe de l’année… habillée !). Son comique ancré dans un humour de répétition finit par le rendre lui-même un peu répétitif et nous amènerait presque à se dire que l’effort aurait pu être un excellent moyen-métrage plutôt qu’un long, mais la balade comme la réflexion qui lui est apposée, sont suffisamment humbles pour faire passer un joli moment.

Bande-annonce :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.