BLACK SEA de Kevin McDonald : la critique du film [sortie DVD/Blu-ray]

Partagez cet article
0 votes

1507-1Mondo-mètre
note 6.5 -10
Carte d’identité :
Nom : Black Sea
Père : Kevin McDonald
Date de naissance : 2014
Majorité : 21 octobre 2015
Type : Sortie vidéo
(Editeur : TF1 Vidéo)
Nationalité : Angleterre
Taille : 1h55 / Poids : NC
Genre : Thriller, Aventure

Livret de famille : Jude Law (Robinson), Scoot McNairy (Daniels), Ben Mendelsohn (Fraser), David Threlfall (Peter), Tobias Menzies (Lewis), Michael Smiley (Reynolds), Grigoriy Dobrygin (Morozov), Konstantin Khabensky (Blackie), Sergey Puskepalis (Zaystev), Sergey Veksler (Baba), Bobby Schofield (Tobin)…

Signes particuliers : Un bon DTV du samedi soir tout en efficacité et en suspens.

UN DUEL SOUS L’OCÉAN

LA CRITIQUE

Résumé : Récemment renvoyé par sa société, un capitaine de sous-marin est embauché pour trouver un trésor gisant au fond de la mer.1401x788-4075_FP_001351420669898L’INTRO :

Kevin McDonald est un réalisateur capable de belles choses. L’écossais l’avait déjà prouvé avec son excellent Le Dernier Roi d’Ecosse en 2006. Mais depuis, il semble être abonné à la malchance. Outre son Jeux de Pouvoir avec Russell Crowe qui s’en était pas trop mal sorti, L’Aigle de la neuvième Légion avait connu une distribution difficile et était passé presque inaperçu, et la suite fut encore pire avec son maladroit mais intéressant Maintenant C’est ma Vie porté par Saoirse Ronan, distribué dans l’anonymat le plus complet en mars 2014. Et aujourd’hui, le nouvel effort du metteur en scène, son sixième long-métrage, n’a même pas droit aux portes des salles obscures malgré la présence de Jude Law en tête d’affiche, puisqu’il paraît directement en DTV sous la bannière TF1 Vidéo. Dommage, car c’est peut-être sa meilleure réalisation depuis un moment.Black-Sea-Jude-Law-2L’AVIS :

Les films de sous-marins partagent en commun avec les films dans l’espace, cette mécanique de plonger des protagonistes dans un environnement non-coopératif où la vie tient sur un fil à l’équilibre fragile. Une erreur, vous êtes mort. Un mauvais jugement, vous êtes mort. Un coup de malchance, vous êtes mort. Un enchaînement de concours de circonstance, vous êtes morts. C’est ce qui confère à ces aventures un fort pouvoir d’angoisse « claustrophique », un capital suspens unique à l’intensité suprême quand il est bien utilisé. Et c’est le cas avec Black Sea, récit de l’odyssée d’un groupe de mercenaires cherchant à mettre la main sur un trésor nazi, supposé englouti dans les bas-fonds de la Mer Noire… Une fois son histoire lancée après un prologue flirtant avec le drame social à l’anglaise ajoutant un peu d’épaisseur à l’histoire, Black Sea devient une boule de stress permanente qui n’a de cesse de grossir encore et encore, alors que le huis-clos gagne en intensité et devient de plus en plus étouffant. Chaque minute de cette chasse au trésor qui évolue à la lisière du survival, se fait sous apnée dans une tension parfaitement maîtrisée par Kevin McDonald et son sens de la mise en scène percutante. Quelques petites facilités pourront égratigner cet effort de série B mineur, mais son potentiel de distraction captivante demeure intact. Rondement mené, bien ficelé et haletant de bout en bout grâce à un script jouant bien avec ses rebondissements, Black Sea s’impose comme un solide divertissement à l’efficacité éprouvée, en plus d’être porté par un excellent Jude Law très impliqué dans son rôle (et crédible avec son accent écossais à couper au canif). De quoi idéalement remplir une soirée DVD sous la couette.4075_D020_00041_R1420669860

L’ÉDITION BLU-RAY & DVD

Malgré une sortie vidéo discrète, TF1 Vidéo a tout de même jugé bon de joindre un unique supplément en bonus de Black Sea. Mais il aura beau être le seul à se mettre sous la dent, il n’en demeure pas moins pour autant, très pertinent. Embarquez à bord du sous-marin avec Jude Law propose exactement ce que vend son titre. Une immersion d’une bonne trentaine de minutes en compagnie du comédien, dans les coulisses du film. L’acteur nous invite tout d’abord à faire « le tour du propriétaire », décrivant au spectateur l’intérieur d’un authentique sous-marin (celui utilisé pour le film). Pièce après pièce, détail après détail, Jude Law fait preuve d’une fascination totale pour son sujet au point d’en devenir captivant. S’enchaînent ensuite de nombreuses images du tournage, entrecoupées d’interventions de Jude Law poursuivant la visite de ces lieux si mystérieux. Un très bon making of auquel on reprochera seulement son absence de montage, sa déconstruction gênant un peu la fluidité. Concernant le film lui-même, on ne saura que trop vous conseiller la Vost afin de profiter au mieux de la performance de Jude Law et son travail sur son accent écossais.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.