Mondociné

BILLIE de James Erskine : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs


Carte d’identité :
Nom : Billie
Père : James Erskine
Date de naissance : 2019
Majorité : 30 septembre 2020
Type : sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h32 / Poids : NC
Genre : Documentaire

Signes particuliers : Un docu-enquête passionnant.

 

 

MAÏWENN EN PLEINE QUÊTE IDENTITAIRE

NOTRE AVIS SUR BILLIE

Synopsis : Billie Holiday est l’une des plus grandes voix de tous les temps. Elle fut la première icône de la protestation contre le racisme ce qui lui a valu de puissants ennemis. A la fin des années 1960, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l’artiste. Elle recueille 200 heures de témoignages incroyables : Charles Mingus Tony Bennett, Sylvia Syms, Count Basie, ses amants, ses avocats, ses proxénètes et même les agents du FBI qui l’ont arrêtée….Mais le livre de Linda n’a jamais été terminé et les bandes sont restées inédites … jusqu’à présent. Billie est l’histoire de la chanteuse qui a changé le visage de la musique américaine et de la journaliste qui est morte en essayant de raconter l’histoire de Lady telle qu’elle était.

Il existe de nombreux moyens pour mener à bien un documentaire consacré à un ou une artiste. Parmi eux, le docu-enquête, méthodologie idéale pour dynamiser le portrait d’une vie et d’un l’héritage artistique en mettant en exergue le suspens que peut réserver une existence mouvementée. Sur ce mode, on se souvient de l’exceptionnel Sugar Man sur le chanteur Sixto Rodriguez ou plus récemment de Be Natural sur la cinéaste Alice Guy Blaché, deux parfaits exemples de documentaires modelés selon une enquête passionnante essayant de remonter le fil de pistes énigmatiques. Avec Billie, le réalisateur James Erskine procède de la même manière, ou disons qu’il ressort des tiroirs une enquête inachevée datant d’il y a plus de 40 ans, menée à l’époque par la journaliste Linda Kuehl. Kuehl est morte dans des circonstances étranges en 1978, avant d’avoir pu achever son travail de très longue haleine sur la légende du jazz Billie Holiday, elle-même décédée en 1958 au terme d’une vie de douleurs et de tragédies. James Erskine a mis la main sur plus de 200 heures de rushes sonores et le premier jet d’une biographie sur Billie Holiday. Cette base lui a servi pour aller au bout d’un projet destiné à raconter la vie chaotique de Billie et son génie artistique nourri par ses fêlures. Sa voix rauque, ses chansons enivrantes, son intensité vocale frissonnante étaient le résultat d’un parcours caillouteux et d’un destin lardés de drames. Mais c’est grâce à eux que Billie Holiday a pu livrer un héritage artistique majeur dans l’histoire de la musique. Avec des archives intelligemment disséminées et une somme d’interviews passionnants de proches l’ayant côtoyée, Billie est une merveille, un documentaire épidermique qui aborde la légende sous toutes ses facettes, son art sublime comme ses zones d’ombre (prostitution, alcool, drogue, hospitalisation). Que l’on aime le jazz ou non, Billie est à ne pas manquer.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux