BRICE 3 de James Huth : la critique du film

Partagez cet article

311084-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxMondo-mètre
note 3 -5
Carte d’identité :
Nom : Brice 3
Père : James Huth
Date de naissance : 2016
Majorité : 19 octobre 2016
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h35 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille : Jean Dujardin, Clovis Cornillac, Bruno Salomone…

Signes particuliers : Une blague qui marche encore !

LE NOUVEAU CASSE DE BRICE !

LA CRITIQUE DE BRICE 3

Résumé : Brice est de retour. Le monde a changé, mais pas lui. Quand son meilleur ami, Marius, l’appelle à l’aide, il part dans une grande aventure à l’autre bout du monde… Les voyages forment la « jaunesse » mais restera-t-il le roi de la casse ? brice_3-5 11 ans après le succès du premier volet, le légendaire surfeur idiot qui trimballe sa jaune attitude à Nice est de retour… pour un troisième volet ! Et le 2 dans l’histoire ? Il n’y en a pas, tout simplement parce que le roi de la casse l’a… cassé ! De la blague jusque dans le titre, pas de doute, Brice 3 promettait une avalanche de rires et de délires tous plus joyeusement débiles les uns que les autres. Ça tombe bien, c’était ce qu’on en attendait !brice_3-2 On prend donc les mêmes et on recommence une bonne décennie plus tard. Le tâcheron James Huth derrière la caméra, Jean Dujardin devant, les potes Clovis Cornillac et Bruno Salomone qui suivent, et surtout, du jaune, des gags, de la vanne et un amoncellement de bêtise à tous les étages. En somme, tout pour faire un bon Brice ! La chose incroyable, c’est que même dix ans après, même si l’on a l’impression de retrouver une vieille ex pas très fute-fute, même si l’ensemble a un petit goût de réchauffé voire même de has been, et même si Jean Dujardin a depuis évolué (un Oscar, quelques rôles ricains et un melon de la taille d’une pastèque plus tard), le numéro clownesque de Brice de Nice fonctionne toujours aussi bien. Du moins, pour les amateurs du premier, évidemment. Pour ceux qui avait fait un rejet en 2005, autant prévenir, pas la peine de perdre votre temps. L’état de consternation post-séance sera le même qu’à l’époque, d’autant que Brice 3 reproduit exactement le même schéma que son aîné. L’humour y est toujours aussi couillon, notre Brice n’a pas évolué pour un sou malgré le fait que le monde a changé, et le voir propulsé dans une aventure à l’autre bout du monde, est une fois de plus un prétexte à un enchaînement de gags tantôt lourds, tantôt hilarants.brice_3-6Au final, Brice 3 colle aux basques de Brice de Nice, premier du nom. Mêmes qualités, mêmes défauts. On s’amuse beaucoup de la stupidité congénitale du personnage dans une première moitié de film qui fait valser les éclats de rire à jouer des caractéristiques de son benêt de service. En revanche, le rythme finit par ralentir lorsque le film déroule son « intrigue » prétexte. Comme avec Brice de Nice, Brice 3 n’est jamais aussi drôle que quand il tourne vraiment autour de son protagoniste-star. Le reste tombant un peu dans l’anecdotique, même si globalement le ventre mou s’avère moins prononcé que sur le premier, cette suite se révèle peut-être moins fraîche mais en tout cas un poil plus régulière question efficacité.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.