ANDROID COP de Mark Atkins
Critique – Import DVD (sf)

Partagez cet article
0 votes

Capture d’écran 2014-03-07 à 20.18.53Mondo-mètre :
note 2
Carte d’identité :
Nom : Android Cop
Père : Mark Atkins
Livret de famille : Michael Jai White (Hammond), Randy Wayne (Android Cop), Charles S. Dutton (le Maire), Kadeem Hardison (Sgt Jones), Larissa Vereza (Helen Jacobs)…
Date de naissance : 2013
Majorité : 4 février 2014 (sortie DVD USA)
Nationalité : USA
Taille : 1h30
Poids : Budget N.C.

 
 

Signes particuliers (+) : x

Signes particuliers (-) : Une production pastiche estampillée Asylum aussi nulle que les précédentes mais qui par contre n’a même pas pour elle d’être un DTV drôle au second degré. Peut-être parce que l’un dans l’autre, elle n’est pas assez pourrie tout en étant pas assez potable non plus. Juste médiocre et ennuyeux.

 

ROBOCOP VERSION HARD DISCOUNT

LA CRITIQUE

Résumé : Dans le futur, un flic se voit assigné un nouveau partenaire : un androïde. Ces deux têtes brûlées doivent pénétrer dans la « zone », un quartier infecté par un virus. Un territoire hostile où le danger est partout…296709

L’INTRO :

Attention… roulement de tambour… la dernière pépite de nos amis de chez Asylum est arrivée ! Cette fois-ci, le studio spécialisé dans le nanar copieur n’a même pas pris la peine d’attendre un peu pour délivrer son pastiche du dernier blockbuster hollywoodien à la mode puisqu’il était prêt à être servi avant même la sortie du modèle qu’il singe. Et la dernière cible en date d’être le remake de Robocop signé José Padilha. Alors que les aventures du flic robotisé étaient attendues en salles pour le 12 février aux Etats-Unis, Android Cop, c’est son nom, a été distribué en DVD et Blu-ray dès le 4 février. Un pied de nez à peine dissimulé. Sinon, c’est tout comme d’habitude. Les mecs ont un budget équivalent à la note restaurant de son voisin qu’il plagie, les acteurs stars sont remplacés par une brochette de comédiens de seconde zone, agrémentée de quelques visages plus connus mais totalement en perdition. Côté vedette, on se coltine Michael Jai White (les derniers Mortal Kombat) en tête d’affiche, mémorable incarnation de Spawn dans le navet de 1997 signé Mark Dippé devenu depuis expert en séries B toutes pourries. L’inexpressif bisseux Randy Wayne est le Robocop de pacotille et Charles S. Dutton vient de paumer dans cette affaire indigente. android-cop-11

L’AVIS :

Autant d’ordinaire, une production Asylum est synonyme de débilité cheap miteuse et nawardesque au ridicule passablement hilarant, autant là, Android Cop inspire davantage un long et profond ennui désintéressé et pénible devant une bisserie juste médiocre. Oui, mine de rien, la nullité fendarde au second degré est tout un art, art que maîtrise plutôt bien Asylum habituellement, généreux pourvoyeur en offrandes de doux nanars minables mais comiques dans leur nazerie quasi-revendiquée. Grosse déception, Android Cop n’est même pas drôle. Ni au premier, ni au second ni au quatorzième degré. Film de SF fauché copiant Robocop, il est tout simplement un navet chiant se prenant trop au sérieux là où il aurait mieux fait d’assumer, comme de tradition chez Asylum, sa connerie et son manque de moyen évident. Android Cop est juste une pauvre série B emmerdante tenue par un spécialiste du crédo (le réalisateur Mark Atkins commence à arborer une sacrée belle filmo dans le DTV nanardesque).x240-XzC

Avec son intrigue plate comme une pâte à crêpe, ses comédiens désespérément mauvais (mention à l’androïde tout en non-subtilité), son Robocop au costume tout droit sorti de chez « Au Royaume de la Fête » et ses tentatives à peine déguisées de cacher l’étroitesse de son budget (mine de rien, quand on y regarde de près, en dehors de trois vaisseaux qui se battent, il n’y a rien de spécialement onéreux dans cette affaire), Android Cop est en un mot : inutile. Un Asylum anecdotique, même pas intéressant pour les fans de leurs productions diaboliquement risibles. Sans doute parce qu’il n’est ni assez bon, ni assez mauvais pour afficher un quelconque intérêt.

Bande-annonce :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.