PITCH PERFECT 3 de Trish Sie : la critique du film
sortie cinéma

Partagez cet article
2 votes

[Note spectateurs]


Carte d’identité :
Nom : Pitch Perfect 3
Mère : Trish Sie
Date de naissance : 2017
Majorité : 27 décembre 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h33 / Poids : NC
Genre
: Comédie musicale

Livret de famille : Anna Kendrick, Rebel Wilson, Hailee Steinfeld, Brittany Snow, Anna Camp, Hanna Mae Lee, John Lithgow…

Signes particuliers : Un dernier un poil décevant.

LES PITCHES SIGNENT LEURS ADIEUX !

LA CRITIQUE DE PITCH PERFECT 3

Résumé : Après avoir remporté les championnats du monde, les Bellas se retrouvent séparées et réalisent qu’il n’existe pas de perspective de travail qui permette de faire de la musique avec sa bouche. Mais lorsqu’on leur offre la chance de se retrouver une nouvelle fois sur scène pour une tournée à l’étranger, ce groupe de nerds se réunit pour une dernière nouvelle aventure musicale. 

Véritable phénomène aux Etats-Unis, la saga Pitch Perfect est de retour pour un ultime volet qui vient clore une trilogie entamée avec succès en 2012. La bande des Bellas, ce groupe universitaire de chanteuses a-capella emmené par la choupette Anna Kendrick et la bourrine Rebel Wilson, se reforme pour de nouvelles aventures à travers le monde, en guise de tournée d’adieux. Après la surprise d’un second chapitre hilarant, trash et spectaculaire, lequel emboîtait le pas à un premier opus assez moyen en l’écrasant à tous les niveaux, on espérait que Pitch Perfect 3 suive ce bon mouvement amorcé en se raccrochant à la folie débridée de son prédécesseur. Malheureusement, la promue réalisatrice Elizabeth Banks ne rempile pas au scénario (qu’elle n’avait pas écrit mais largement retravaillé pour lui injecter son humour) pas plus qu’elle ne revient derrière la caméra, et son absence se fait très vite ressentir. Pitch Perfect 3 marque une régression dans la franchise, un retour davantage vers la modestie du premier, feel good movie simple et sympathique mais dénué de ce petit plus qui avait fait de son successeur, l’une des meilleures comédies américaines de 2015.

Il faut dire qu’il y a deux ans, Elizabeth Banks avait su transcender la saga par le rire en faisant preuve d’une sacrée inspiration pour l’alimenter en gags, vannes et trouvailles jubilatoires, oubliant la gentillesse inoffensive de l’opus initial pour vriller vers un politiquement incorrect à hurler de rire. Un ton que Trish Sie, la nouvelle réalisatrice aux commandes, étouffe par sa manque de talent. Pitch Perfect 3 envoie valser presque toutes les qualités qui avaient fait la réussite du second. Le scénario de Kay Cannon (auteur de tous les opus mais cette fois-ci seule à écrire) souffre d’une médiocrité hallucinante, cousu de manière artificielle avec des bouts d’intrigues mal rapiécés entre eux, la mise en scène n’a pas plus de style que de sens du show qui décoiffe, et si Pitch Perfect 3 amuse de loin parce qu’on y retrouve un univers et des personnages que l’on a apprécié par le passé, il ne parvient toutefois pas à capitaliser sur la flamme déchaînée du second chapitre totalement barré et démesuré. Moins drôle, moins ébouriffant, moins cliquant dans ses numéros de chant, ce troisième chapitre est poussif, et la conclusion de la trilogie s’avère tristement bâclée.

BANDE ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.