Mondociné

EXTRACTION de Sam Hargrave : la critique du film [Netflix]

Partagez cet article
Spectateurs

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : Tyler Rake
Père : Sam Hargrave
Date de naissance : 2020
Majorité : 24 avril 2020
Type : sortie Netflix
Nationalité : USA
Taille : 1h56 / Poids : NC
Genre : Thriller, Action

Livret de famille : Chris Hemsworth, Rudhraksh Jaiswal, Randeep Hooda, Golshifteh Farahani…

Signes particuliers : Bourrin, efficace, idiot.

 

LE COUSIN DE JOHN WICK ?

NOTRE AVIS SUR EXTRACTION

Synopsis : Tyler Rake est un mercenaire intrépide qui travaille dans l’ombre. Alors qu’il n’a plus rien à perdre, il est chargé par un puissant caïd mafieux, pour l’heure incarcéré, de sauver son fils qui a été enlevé. Mais dans le milieu glauque de la pègre, où se côtoient marchands d’armes et narcotrafiquants, la mission ultra-périlleuse de Rake frôle l’impossible. Et la vie du mercenaire et du jeune garçon risque d’en être bouleversée à jamais… 

Cascadeur de métier qui a supervisé les acrobaties sur une petite pelletée de blockbusters dont les Marvel Avengers : Endgame et Captain America : Civil War, Sam Hargrave avait visiblement des envies de réalisation puisqu’il se retrouve aux commandes de Tyler Rake, alias Extraction en France, un film d’action ultra-bourrin distribué par Netflix et basé sur un scénario de son copain Joe Russo (réal des Avengers et Captain America), lequel adapte librement un comic book qu’il a co-créé avec son frangin et quelques autres. L’histoire ? Amoché par un passé que l’on devine très lourd, Tyler Rake est aujourd’hui un mercenaire plus proche de la définition de l’épave que de l’être humain normal. Il est embauché pour une mission pas suicidaire mais presque, secourir le gamin d’un baron de la drogue indien enlevé par un concurrent sans foi ni loi.

Avec Extraction, Netflix continue d’affirmer sa pleine puissance et son ancrage parmi les grands acteurs du cinéma actuel. Car la liste des productions et/ou films distribués commence à être belle. Après Bong Joon-ho, les frères Coen, Scorsese ou Alfonso Cuaron, après Sandra Bullock, Will Smith, Noah Baumbach ou Michael Bay, c’est la superstar Chris Hemsworth qui signe aujourd’hui avec la plateforme. Coproducteur et vedette de Tyler Rake, l’ami Thor s’y offre de quoi aiguiser ses muscles en attendant de revenir dans de prochaines « marvelades ».

Bourrin, vous avez dit bourrin ? Comme c’est bourrin… Quand Extraction est venu comme un gros film d’action qui dépote, au moins il n’y a pas tromperie sur la marchandise. C’est bien simple, aller pisser et vous aurez l’assurance de rater au moins 2-3 grosses scènes de défouraillage en règle. C’est à la fois la force et le problème de Tyler Rake, ou plutôt d’Extraction pardon. Le film est ce que l’on pourrait qualifier de mono-rythmé. Traduction, il a constamment le pied sur l’accélérateur, écrasé de la première à la dernière minute pour qu’il n’y ait aucun temps mort dans ce calvaire à la croisée du thriller et du survival. Une ville qui se referme comme un piège, un héros coincé et les morts qui vont s’empiler pour trouver une issue. En gros, c’est le concept d’un film qui ne se casse pas trop la tête à imaginer une histoire un tant soit peu originale. Extraction pioche à tout va à droite à gauche, et surtout du côté de John Wick, pour emballer un spectacle massif et badass et ultra-testostéroné. L’ennui, c’est qu’à être à fond non-stop, Extraction finit par ne plus avoir aucun sens du rythme à force… de vouloir avoir trop de rythme. En surrégime, le film de Sam Hargrave chauffe et finit par se brûler les ailes. On ne va pas non plus trop bouder son plaisir car mieux vaut trop de générosité que l’avarice, mais disons que extraction aurait gagné à être mieux équilibré, à jouer avec ses temps forts et ses temps faibles plutôt que de passer en mode sur-régime au risque de griller les neurones du spectateur, voire de le bercer dans un pétaradage constant sans variation, comme si l’on regardait pendant dix plombes une bagnole lancée à 200 à l’heure… sur l’autoroute.

Reste les scènes d’action justement, la carte « chance » du film de Sam Hargrave. Car si Extraction ne peut pas trop compter sur son scénario aussi débile qu’une pintade à un concours de dictée, force est de lui reconnaître des empoignades hallucinantes. S’il n’était pas réalisateur avant, Sam Hargrave prouve qu’il en a plus sous le capot que bien des tâcherons hollywoodiens actuels. Le néo-cinéaste enchaîne des scènes de castagnes ultra-vénères, filmées de manière brutale avec une caméra rentre-dedans qui va au contact du carnage (en faisant moins dans l’élégance du geste comme chez le précité voisin John Wick). Avec en bonus collector « je me la pète mais ça a de la gueule », un plan-séquence visuellement dément qui plonge le spectateur au cœur de l’action. Sans être un grand film qui restera dans les annales du genre, Extraction a le mérite d’être un divertissement ultra-efficace, certes vite digérable mais qui envoie le pâté avec générosité et après tout, c’est un peu pour ça qu’on était venu donc mission accomplie.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

One thought on “EXTRACTION de Sam Hargrave : la critique du film [Netflix]

  1. Set filme et bien déroulé avec set petite ovi madja su je peux moi aussi je viendrai je vous remercie et salut vous tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux