Mondociné

LA REINE DES NEIGES 2 de Jennifer Lee et Chris Buck : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Frozen II
Père : Jennifer Lee, Chris Buck
Date de naissance : 2019
Majorité : 20 novembre 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h44 / Poids : NC
Genre : Animation

Livret de famille : Avec les voix de Charlotte Hervieux, Emmylou Homs, Dany Boon…

Signes particuliers : Meilleur que le premier.

ELLE EST DE RETOUR !

NOTRE AVIS SUR LA REINE DES NEIGES 2

Synopsis : Pourquoi Elsa est-elle née avec des pouvoirs magiques ? La jeune fille rêve de l’apprendre, mais la réponse met son royaume en danger. Avec l’aide d’Anna, Kristoff, Olaf et Sven, Elsa entreprend un voyage aussi périlleux qu’extraordinaire. Dans La Reine des neiges, Elsa craignait que ses pouvoirs ne menacent le monde. Dans La Reine des neiges 2, elle espère qu’ils seront assez puissants pour le sauver… 

Retour à Arandelle, royaume chaleureux et fraternel malgré les glaciaux pouvoirs de sa reine, la blonde Elsa. Depuis la dernière fois, tout est rentré dans l’ordre, Elsa et Anna sont redevenues les sœurs les plus complices de la terre, Elsa contrôle ses pouvoirs comme elle peut et Kristoff est plus amoureux d’Anna que jamais. Le seul qui a quelques angoisses, c’est l’hilarant bonhomme de neige Olaf, peut-être l’un des meilleurs seconds rôles de Disney depuis le génie d’Aladdin. Olaf donc, est un petit bonhomme de neige qui a désormais une conscience métaphysique de la vie et qui panique à l’idée que rien ne dure et que tout change continuellement…

Mais revenons à nos glaçons. Après les diverses péripéties de l’épisode précédent -racontées en accéléré par Olaf dans une séquence absolument hilarante- on croyait que la paix régnerait à jamais sur le royaume d’Arandelle. Mais comme vous vous en doutez, ce ne sera évidemment pas le cas. En guise de méchant, pas de sorcières au nez crochu ou de vilain lion un brin démago. Dans cette nouvelle ère Disney, on se bat principalement contre soi-même. Ainsi, Elsa va apprendre à écouter sa vraie nature, la suivre, et apprivoiser les pouvoirs en elle afin de découvrir la vérité sur le passé et sauver une fois de plus son peuple. Métaphorisée par un fougueux cheval, cette force légèrement dark que possède en elle Elsa, va devoir être domptée afin d’être mieux utilisée. Big up au passage à tous les parents qui vont devoir inscrire leurs enfants au poney après la projection… Une fois le cheval acquis à la cause de la princesse, il ne lui restera plus qu’à découvrir les vraies raisons qui ont poussé les éléments à se rebeller contre le peuple de la forêt magique quelques années auparavant, condamnant ses occupants à y vivre cloitrés depuis. Morale de l’histoire, il faut faire la lumière sur le passé pour être en accord avec son présent, en prenant garde à ne pas aller trop loin pour ne pas « s’y noyer ». On retrouve également un parallèle avec la notion de « fake news » ou en tout cas la nécessité de connaître les différents points de vue et sources d’une information avant de se positionner. Voilà pour l’histoire.

Pour l’enrobage, autant dire qu’une fois les lumières éteintes et les enfants de la salle silencieux, on assiste une nouvelle fois à une démonstration de la magie Disney. Des chansons entraînantes et rythmées – qui a priori n’auront sans doute pas le même destin que Libérée, délivrée -, des personnages encore plus barrés et loufoques et des images grandioses. La recette du bonheur pour les grands et les petits. Si l’on peut regretter que les nouveaux seconds rôles de cette aventure ne soient pas assez mis en valeur, on est tout à fait re-conquis par les personnages de l’opus précédent, avec un penchant pour Kristoff, hyper touchant et drôlissime dans une parodie de clip de playboy, montrant que la firme Disney a fait des progrès en matière de second degré. Et même si, contrairement aux dessins animés de nos enfances, la mort n’est que temporaire et les dialogues entre les deux sœurs toujours assez cucul, on peut saluer une nouvelle fois la capacité des studios du grand Walt à garantir aux spectateurs de tout âge, de passer un moment magique.

BANDE-ANNONCE :

Par Raphaela Louy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux