CERTAINES FEMMES de Kelly Reichardt : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article

certaines_femmes_afficheMondomètre
note 2 -5
Carte d’identité :
Nom : Certain Women
Père : Kelly Reichardt
Date de naissance : 2016
Majorité : 22 février 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h47 / Poids : NC
Genre : Drame

Livret de famille : Kristen Stewart, Michelle Williams, Laura Dern, Jared Harris, Lily Gladstone…

Signes particuliers : Magnifique, juste, pertinent, un « grand petit film » à découvrir de toute urgence.

PRISONNIÈRE DES DIKTATS

LA CRITIQUE DE CERTAINES FEMMES

Résumé : Quatre femmes font face aux circonstances et aux challenges de leurs vies respectives dans une petite ville du Montana, chacune s’efforçant à sa façon de s’accomplir. 042929.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxFigure de proue d’un certain courant du cinéma indé américain estampillé « Sundance Présente », la cinéaste Kelly Reichardt adapte trois nouvelles de l’auteur Maile Meloy, issues de son livre Both Ways Is the Only Way I Want It : Stories. Très prisée, un peu comme une sorte de Terrence Malick au féminin (toutes proportions gardées), Kelly Reichardt n’a pas eu de peine à réunir un beau casting pour Certaines Femmes, son sixième long-métrage. Cette œuvre chorale échappant à tous les genres, investit les vastes plaines du Montana, pour dresser le portrait de quatre femmes, à travers une chronique juxtaposant trois histoires contiguës, seulement reliées entre elles par leur secrète essence. Michelle Williams, l’actrice fétiche de la réalisatrice, mais aussi Kristen Stewart, Laura Dern et Lily Gladstone s’y partagent l’affiche.290420.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’idée de ces portraits de femmes filmés comme un néo-western délicatement solaire était intéressante sur le papier, mais Kelly Reichardt n’en fait rien et ne dégage aucun propos fort de son entreprise, qui sonne creuse malgré le charme presque inexplicable qui s’en dégage par intermittence. Les trois histoires de Certaines Femmes s’écoulent sans vraiment diriger le spectateur ailleurs que dans l’immédiateté de ces quatre incursions intimistes observant, le temps d’un instant, des femmes qui affrontent le quotidien et travaillent pour conduire leur vie et s’y accomplir. Le principe de ce lent spectacle formellement et dramaturgiquement épuré, s’associe à de splendides images et à de formidables interprétations, mais la grande simplicité de ces moments volés a un effet contre-productif. Certes, chacun sera libre d’y voir des intentions ou thématiques dominantes, mais l’émotion s’évapore totalement d’une œuvre insaisissable, refusant toute codification classique, pour embrasser un chemin de l’observation teinté de vacuité et d’un ennui plus que poli.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.