AMERICAN ASSASSIN de Michael Cuesta : la critique du film
sortie cinéma

Partagez cet article
3 votes

[Note spectateurs]


Carte d’identité :
Nom : American Assassin
Père : Michael Cuesta
Date de naissance : 2017
Majorité : 20 septembre 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h51 / Poids : NC
Genre
: Action

Livret de famille :  Dylan O’Brien, Michael Keaton, Taylor Kitsch, Shiva Negar, Scott Adkins…

Signes particuliers : Un film d’action bien trop quelconque pour faire la différence. 

24 HEURES CHRONO SANS JACK BAUER

LA CRITIQUE DE AMERICAN ASSASSIN

Résumé : Nouvelle recrue d’une équipe d’élite officiant pour le contre-espionnage américain, Mitch Rapp va suivre un rude entraînement mené par Stan Hurley, formateur légendaire de la CIA. Face à une vague d’attaques terroristes sans précédent à travers le monde, les deux hommes vont devoir s’attaquer à Ghost, un individu aussi dangereux qu’insaisissable, ayant pour intention de déclencher une guerre nucléaire.

Trois ans après le thriller Secret d’Etat où Jeremy Renner prêtait ses traits à Gary Webb, ce journaliste qui avait tenté de révéler l’implication de la CIA dans le trafic de drogue finançant les rebelles Contras au Nicaragua dans les années 80, le réalisateur Michael Cuesta enchaîne avec son cinquième long-métrage, le thriller d’action American Assassin, porté par Dylan O’Brien et Michael Keaton. Adaptation d’un roman de Vince Flynn, American Assassin suit le parcours de Mitch Rapp (O’Brien), dévasté par la mort de sa petite-amie tuée lors d’un attentat terroriste sur une plage touristique. Déterminé à éliminer les responsables, Mitch va longuement s’entraîner pour approcher la cellule terroriste responsable de la mort de sa dulcinée. Repéré par la CIA, il va finalement intégrer un programme d’élite dirigé par le vétéran Stan Hurley (Michael Keaton), lequel entraîne ses agents à la dure.

Avec American Assassin, Michael Cuesta signe un thriller d’espionnage efficace, suffisamment pour tenir le spectateur en haleine, alors que le métrage recycle des doses massives de déjà-vu mille fois. Par sa confection très classique, son déroulé narratif sans grande surprise, et son idéologie patriotique souventà la lisière du réac discutable, American Assassin ressemble à cette pelletée de thriller modernes utilisant la peur terroriste comme un ressort de film d’action haletant. Énième rejeton cinématographique de 24 Heures Chrono sans le charisme de Jack Bauer (à la place, un Dylan O’Brien fonctionnel et un Keaton solidement cabotin), le film de Michael Cuesta affiche les qualités et les défauts de ce genre d’actioner à la mode. Un rythme sans temps morts, un canevas balisé, des scènes de baston bien troussées et très nerveuses, couplées à quelques fusillades et courses-poursuites spectaculaires. Et à côté de ça, des clichés épuisants, un lot de dialogues neuneus, et des personnages aux réactions à la limite de la débilité. Bref, rien d’inhabituel dans le cinéma d’entertainment à la sauce yankee. Seul micro-sourcillement qui interpelle, American Assassin est Rated-R et on comprend vite pourquoi tant sa violence éclabousse l’écran sans retenue, à commencer par sa scène d’ouverture particulièrement choc -voire choquante- qui met dans le bain (de sang) sans aucun ménagement. Au final, un film aussi regardable que dispensable, pas très bon en soi mais distrayant, et à coup sûr totalement oubliable. D’ailleurs, on l’a déjà oublié à la fin de cette critique.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.