Mondociné

GODZILLA vs KONG d’Adam Wingard : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

Carte d’identité :

Nom : Godzilla vs Kong
Père : Adam Wingard
Date de naissance : 2020
Majorité : 22 avril 2021
Type : sortie VOD
Nationalité : USA
Taille : 1h54 / Poids : Budget NC
Genre : Action, Fantastique, Aventures

Livret de Famille : Kyle Chandler, Millie Bobby Brown, Alexander Skarsgård, Rebecca Hall, Eiza Gonzalez…

Signes particuliers : Un gros bordel numérique.

 

 

C’EST QUI QU’A LA PLUS GROSSE ?

NOTRE AVIS SUR GODZILLA vs KONG

Synopsis : À une époque où les monstres parcourent la Terre, et alors que l’humanité lutte pour son avenir, Godzilla et King Kong, les deux forces les plus puissantes de la nature, entrent en collision dans une bataille spectaculaire inédite. Alors que Monarch se lance dans une mission périlleuse en terrain inconnu, et qu’il découvre des indices sur les origines des Titans, un complot humain menace d’éradiquer ces créatures – qu’elles soient bonnes ou mauvaises – de la surface de la planète.

On a eu Kong, roi de Skull Island en 2017. On a eu Godzilla 2, Roi des Monstres en 2019. Ok, et maintenant, l’heure du face à face est arrivé. Les deux mastodontes sont prêts à se mettre sur la gueule pour affirmer leur suprématie territoriale en mode « ‘il ne peut y avoir qu’un seul mâle Alpha sur Terre « . En avant Guingamp avec au programme, de l’empoignade gigantesque et des destructions massives par kilomètres carrés. Et bonne nouvelle, c’est le plutôt cool Adam Wingard qui s’y colle. Quand on connaît la passion geek du bonhomme pour le cinoche régressif et son amour du genre, on ne peut que se réjouir de voir le paternel de You’re Next aux manettes de cette sauvagerie spectaculaire qui pourrait lui permettre de relever un peu le museau après avoir mangé de la boue avec son remake de Blair Witch et son lamentable Death Note.

18 ans après l’embrouille entre Freddy et Jason, place à Godzilla vs Kong, c’est qui qui gagne ? La question est pertinente mais pas pour ce que l’on croit. Car au fond, le débat n’est pas de savoir laquelle des deux super-créatures est la plus forte mais qui gagne… la bataille qualitative du film. Plus que le dilemme de savoir qui va tatanner l’autre entre le lézard mutant et le gorille géant, la vraie interrogation était de savoir de quel côté de la balance cette rencontre allait virer entre deux options prédéfinies. Première possibilité, l’opposition bascule du côté du super-jouissif Kong : Skull Island de Jordan Vogt-Roberts et on serait franchement vernis. Option numéro 2, pas de bol, le cross-over braque du côté du gloubi-tambouillesque Godzilla : Roi des Monstres de Michael Dougherty et là, bah restait plus qu’à préparer les mouchoirs-tampax pour éponger les larmes de sang. On avait envie d’y croire même si les bandes annonces avaient quand même bien aiguillé les hypothèses. Et comme redouté, Kong vs Godzilla est bien plus proche de piètre Godzilla 2 que du sympatoche Kong.

En fait, Godzilla vs Kong est un peu à Kong et Godzilla 2 ce que Pacific Rim 2 était à son aîné. Une saloperie purgesque qui s’applique à bien envoyer du spectacle foutraque pour cacher la misère nichée à peu près partout dans toutes les parcelles de l’entreprise. Le film d’Adam Wingard est du bruit dans du bruit, le tout recouvert de bruit et décoré… au bruit (oui, c’est bien y’en a qui suivent). Nanar atomique au luxueux budget avoisinant la dette du Paraguay, Godzilla vs Kong est obnubilé par une chose, une seule et unique chose, balancer des plâtrées d’action numérique au point d’en désamorcer la portée. Si l’on se remémore les premiers Godzilla ou même la décriée variante d’Emmerich (1998) pour rester dans un esprit « yankee style », les destructions d’immeubles et de villes impressionnaient et sublimaient le gigantisme des créatures, leur conférant justement toute leur stature de « super-créatures ». Ici, nos deux monstres bousillent tout sur leur passage dans une telle banalité du style, qu’un immeuble explosé apporte autant de spectacle qu’un caillou bousculé. Bilan, le super-spectacle s’annule devant l’absence d’humanité tangible, mais aussi devant l’absence d’intentions ou de de mise en scène. Et l’on se retrouve à observer avec distance un show monotone, mono-rythme, sans saveur ni intérêt. D’autant que l’autre erreur majeure du film est d’avoir trop focalisé son action sur ses stars. Alors que le scénario affiche un grand nombre de personnages (incarnés par Alexander Skarsgard, Kyle Chandler, Millie « Vanilly » Bobby Brown, Rebecca Hall), aucun ne brille d’un quelconque intérêt. Ils sont les premiers spectateurs d’un film qui ne les concerne pas… et ça se voit puisque les acteurs eux-mêmes n’ont pas l’air ultra-concernés par ce qu’ils jouent.

Que ce soit d’un point de vue plastique, narratif ou idéologique, Godzilla vs Kong se résume à du vide seulement rempli de d’effets spéciaux fadasses (direction artistique proche du zéro question inspiration) et de vacarme assourdissant. Par moments, on se croirait presque à Disneyland un jour de gueule de bois. Tout va trop vite, y’a trop de bruit, trop de monde, et l’ambiance hystérique a vite fait de vous achever les reins.

BANDE-ANNONCE :

Par David Huxley

One thought on “GODZILLA vs KONG d’Adam Wingard : la critique du film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux