Mondociné

THE UNTHINKABLE de Crazy Pictures : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Den Blomstertid Nu Kommer
Parents : le collectif Crazy Pictures
Date de naissance : 2018
Majorité : 03 avril 2019
Type : Sortie Blu-ray/DVD
Nationalité : Suède
Taille : 2h09 / Poids : NC
Genre : Thriller, Action

Livret de famille : Christoffer Nordenrot, Jesper Barkselius, Lisa Henni…

Signes particuliers : La rencontre ambitieuse (mais bancale) du cinéma nordique et du blockbuster catastrophe.

QUAND LA SUÈDE SOMBRE DANS LE CHAOS

LA CRITIQUE DE THE UNTHINKABLE

Synopsis : Alors que la Suède subit une attaque mystérieuse supposée terroriste, Alex est forcé de retourner dans son village natal. Il y retrouve Anna, son amour de jeunesse, ainsi que Bjorn, son père qu’il n’a plus vu depuis plusieurs années. Ensemble, ils devront renouer les liens brisés afin de survivre dans un pays plongé dans le chaos… en attendant le prochain assaut. 

C’est le nouveau petit phénomène venu de Suède et qui débarque tambour battant précédé d’une excellente réputation forgée notamment après son passage à Gérardmer où il a ramassé trois prix. The Unthinkable, c’est la rencontre du drame intimiste et du cinéma catastrophe dans une sorte d’OFNI dirigé par le collectif Crazy Pictures. Pour moins de deux millions d’euros, ce groupe de mordus de cinéma ont cherché à produire un long-métrage mêlant drame familial, thriller d’action, cinéma catastrophe, survival, science-fiction voire fantastique (difficile à dire tant le film se régale à jouer le mystère) et même touches de romance. L’histoire de ce truc halluciné ? Un jeune homme qui a quitté prématurément le domicile familial dans sa jeunesse pour fuir une relation conflictuelle avec son paternel, est forcé d’y retourner alors que la Suède est en proie à d’étranges attaques dévastatrices plongeant le pays dans le chaos.
On parlait d’OFNI, c’est vraiment ce qui définit le mieux cet Unthinkable, série B inclassable qui regarde froidement dans les yeux ses grosses ambitions en faisant fi de l’étroitesse de son budget pour chercher à proposer un film ultra-tendu, ultra-intense et ultra-spectaculaire. Construit selon les lois d’une écriture bien étudiée pour agencer tous ses ingrédients et donner vie à son univers, The Unthinkable se veut une boule de nerfs qui s’épaissit lentement mais sûrement. Le film du collectif Crazy Pictures démarre comme un drame familial, scrutant les traumas de ses personnages pour mieux les installer et leur donner de la consistance. De quoi palier à un problème récurrent des films catastrophes où les protagonistes sont souvent réduit à des fonctions dans le récit. On découvre ainsi Alex, ado malheureux qui va devenir un jeune adulte écorché vif quelques années plus tard. On découvre son père aussi, un homme trop strict, parfois brutal, mais plus par maladresse que par réelle méchanceté. Puis le genre s’invite dans la danse avec l’introduction du catastrophe. Attentats ? Coup d’État ? Guerre ? Événements surnaturels ? Attaque extraterrestre ? Mystère. C’est l’une des forces du film, entretenir ce mystère et tenir le spectateur en haleine car aux abois et en quête de réponse. Et si le film continue de baigner gentiment dans son atmosphère de drame, des à-coups viennent régulièrement rappeler qu’il est au bord d’un épisode de furie qui ne demande qu’à exploser. Et parce que tout vient à point à qui sait attendre, quand The Unthinkable lâche la bride, le film s’élance dans une course frénétique contre des évènements de plus en plus oppressants.
Alléchant tout cela n’est-ce pas ? Oui et non. Car malheureusement, ce qui est intéressant dans l’idée ne l’est pas forcément dans l’exécution. Et The Unthinkable pâtit un peu de son trop-plein de choses et d’idées au point que le mariage de toutes ses directions est au final bancal. En résumé, on pourrait dire que les ambitions du film sont à la fois sa force et son frein, ils incarnent autant ses qualités que ses défauts. Le scénario est très dense mais dans le même temps trop morcelé, il évolue en essayant de se tenir mais a recours à quelques grosses ficelles pas toujours bien tendues entre elles, les personnages sont élaborés dans l’idée mais tous n’ont pas droit au même traitement et le schématisme rôde souvent pas loin, les séquences catastrophes sont là mais souvent frustrantes (filmées de loin, floues ou en arrière-plan). D’autant plus dommage que le film réussit à proposer son lot de séquences très impressionnantes. Mais l’effort méritait plus d’argent. C’est triste de voir une œuvre se réduire à une question de pognon mais clairement, c’est ce qu’il aurait fallu ici pour pouvoir mieux développer les angles morts de cette rencontre entre le réalisme du drame à la nordique et le blockbuster spectaculaire à la Emmerich. The Unthinkable est l’exemple parfait du film bien pensé mais mal peaufiné, un exercice branlant mais qui a quand même beaucoup de mérite et qui finit par errer dans l’entredeux de la fiction que l’on a envie d’aimer pour toutes ses bonnes choses mais qui frustre durablement.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux