SEULE LA VIE de Dan Fogelman : la critique du film
sortie cinéma

Partagez cet article
1 vote

[Note des spectateurs]

Mondo-note :

Carte d’identité :
Nom : Life Itself
Père : A. B. Shawky
Date de naissance : 2018
Majorité : 31 octobre 2018
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h58 / Poids : NC
Genre
: Drame, Romance

Livret de famille : Oscar Isaac, Olivia Wilde, Samuel L. Jackson, Antonio Banderas, Olivia Cooke, Annette Benning, Micah Stock, Mandy Patinkin, Leia Costa…

Signes particuliers : Préparez vos mouchoirs.

LA VIE, CETTE GRANDE CONTEUSE D’HISTOIRE

LA CRITIQUE DE SEULE LA VIE

Synopsis : Amoureux depuis l’université, Will et Abby, deux jeunes New-yorkais, se marient. Alors qu’ils s’apprêtent à devenir parents, leur trajectoire se mêle à d’autres destins. Ceux de Dylan, jeune femme perturbée qui tente d’apaiser sa souffrance, d’Irwin, qui élève sa petite-fille dans un monde dangereux, de M. Saccione, riche propriétaire terrien espagnol, et de son intendant Javier, entouré de sa femme Isabelle et de leur fils Rodrigo.

Célébré pour sa série dramatique This is Us qui a considérablement fait augmenter la production mondiale de kleenex, Dan Fogelman retente sa chance au cinéma, trois après le grisant feel good movie qu’était Danny Collins porté par un super Al Pacino. Avec Seule la Vie, fresque familiale en plusieurs chapitres suivant le parcours de quelques personnages plus ou moins liés par des épreuves, Fogelman nous emmène de New York à la campagne Espagnole, autour d’un casting fabuleux réunissant Oscar Isaac, Olivia Wilde, Annette Benning, Olivia Cooke, Antonio Banderas, Laia Costa et même Samuel L. Jackson. Petit message de prévention, Seule la Vie réclame une bonne quantité de mouchoirs pour essuyer les émotions qu’il provoque. On vous conseille d’être prévoyants !

Balayé par la critique américaine qui y a vu un mélo tire-larmes ampoulé forçant constamment le trait de la tragédie humaine, Seule la Vie ne méritait probablement pas un tel accueil. Certes Fogelman surligne et force les émotions, certes sa proposition ressemble à ces œuvres très manufacturées, mais placé dans de bonnes prédispositions avec un regard critique rangé dans sa poche, Seule la Vie fonctionne comme la tragédie bouleversante qu’il est. Le film réclame juste un peu de naïveté de spectateur pour recevoir une œuvre très démonstrative, pour accepter un film pensé pour émouvoir et confectionné pour cueillir. A condition de se laisser faire et d’accepter de céder pour être emporté dans ce tourbillon de vie(s) dramatique(s) malgré une écriture et une façon de faire très visible.

Très émouvant, Seule la Vie cumule les scènes émotionnellement dévastatrices en tissant une réflexion sur la famille, l’amour, le deuil, et surtout la vie comme grand narrateur jamais fiable puisqu’elle est la reine de l’inattendu. Traversé de scènes magnifiquement composées et d’une belle subtilité accompagnante, on regrettera seulement une envolée finale qui s’englue dans la démonstration trop appuyée d’un message que l’on avait pourtant déjà très bien compris, démonstration si appuyée qu’elle en deviendrait presque niaiseuse. Mais passons sur la destination pour retenir surtout le voyage qui l’a précédé, et qui aura été émotionnellement très fort.


BANDE-ANNONCE :

Par David Huxley

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.