MILF d’Axelle Laffont : la critique du film
sortie cinéma

Partagez cet article
1 vote

[Note spectateurs]

Carte d’identité :
Nom : MILF
Mère : Axelle Laffont
Date de naissance : 2018
Majorité : 02 mai 2018
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h36 / Poids : NC
Genre
: Comédie

Livret de famille : Axelle Laffont, Virginie Ledoyen, Marie-Josée Croze…

Signes particuliers : Drôle mais par intermittence.

BANDE DE FILLES !

LA CRITIQUE DE MILF

Résumé : Trois amies d’enfance partent dans le Sud vider la maison de l’une d’entre elles, afin de la vendre. Pendant ces quelques jours, elles vont devenir les cibles privilégiées de trois jeunes garçons, pour qui ces femmes seules, approchant la quarantaine, sont bien plus séduisantes que les filles de leur âge… Cécile, Sonia et Elise découvrent avec bonheur,qu’elles sont des MILF ! 

Pour sa première réalisation au cinéma, Axelle Laffont réunit un casting de copines pour une comédie de filles, ou plutôt de femmes, qui s’amuse de la sexualité des working girl d’aujourd’hui et du décalage générationnel qui les opposent aux hormones en fusion de ces jeunes adultes qui fantasment sur les fameuses « Milf », ces mères de famille au sex-appeal encore terriblement ravageur qui émoustillent leur libido bouillonnante. Entourée de Virginie Ledoyen et de Marie-Josée Croze, Axelle Laffont trace sa route direction le sud de la France, et signe un amusement au parfum estival entre la farce déglinguée et la romcom sensuelle, soutenu par un sujet moderne qui entend briser certains tabous tout en suivant les codes de la comédie traditionnelle, en essayant au passage de se forger une véritable personnalité. Le résultat donne lieu à un film vaguement teinté d’un esprit anglo-saxon dans l’âme, Laffont citant volontiers Spring Breakers ou Mes Meilleures Amies comme références, inspirations auxquelles on pourrait rajouter le cinéma de Judd Apatow. Toutes proportions gardées.

Car si Axelle Laffont ne manque pas de piquant pour sa première sortie cinématographique et si son MILF a quelques arguments à défendre, l’édifice finit par vite se fissurer sous le poids d’une maîtrise générale en délicatesse. Concrètement et sur tous les points, MILF ne remplit ses devoirs qu’à moitié. A moitié drôle, à moitié frais, à moitié sympa, à moitié intéressant. Venant d’Axelle Laffont, on espérait une comédie délurée, trash, portée par un souffle de liberté et un ton bien affirmé. Et si effectivement le film s’offre quelques écarts vis-à-vis des comédies hexagonales habituelle en déficit de personnalité, l’effort peine néanmoins à aller franchement dans ce qu’il ambitionnait, Laffont tournant autour de son ton trashouille plutôt que d’y sauter les deux pieds joints. Par petites touches, MILF tente quelques embardées, n’hésite pas à parler crûment, à montrer de la nudité ou à s’impliquer dans son sujet renvoyant les femmes quadra à leurs propres désirs et sexualité. Mais dans la manière d’articuler tout cela, Axelle Laffont reste trop sage, trop conventionnelle, et se révèle très brouillonne. D’autant que MILF s’affaisse dès que ses problèmes d’écriture commencent à pointer le bout de leur nez. Pas assez racé, pas assez déjanté, pas assez drôle, MILF a de bonnes intentions mais les traduit de manière trop intermittente. Et sur la longueur, il finit par lasser, d’une part parce qu’il tourne un peu en rond sur lui-même, et d’autre part parce qu’il subit de plein fouet ses délirants égarements de rythme. Preuve de ces défauts structurels et de son manque d’efficacité, MILF semble durer deux heures… là où il ne dépasse qu’à peine les 1h30. A mi-parcours, la comédie d’Axelle Laffont dévisse et devient péniblement interminable quand la fraîcheur de son postulat s’efface et que le besoin de raconter quelque chose se fait sentir. Et si dans le fond MILF raconte vraiment quelque chose sur les femmes confrontées au temps qui passe, il le fait malheureusement trop maladroitement pour convaincre pleinement. Restent quelques francs éclats de rires et trois comédiennes magnifiques de sensualité.

BANDE-ANNONCE :


Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.