L’HOMME DE L’OUEST de Anthony Mann
Critique – Sortie DVD/Blu-ray

Partagez cet article
0 votes

l'homme de l'ouestMondo-mètre
note 6 -10
Carte d’identité :
Nom : Man of the West
Père : Anthony Mann
Date de naissance : 1958
Majorité : 08 octobre 2014
Type : Sortie DVD, Blu-ray chez Carlotta Films
Nationalité : USA
Taille : 1h40 / Poids : NC
Genre : Western

Livret de famille : Gary Cooper (Link), Julie London (Billie), Lee J. Cobb (Dock), Arthur O’Connell (Sam), Jack Lord (Coaley), John Dehner (Claude), Royal Dano (Trout), Robert J. Wilke (Ponch)…

Signes particuliers : Un western étrange, à la fois archétypal par ses codes et différent par sa liberté de ton. Dommage que la narration poussive en freine la grandeur.

ANTHONY MANN À L’OUEST

LA CRITIQUE

Résumé : Après l’attaque du train dans lequel ils voyageaient, Link Jones, une chanteuse, et un commis voyageur tombent aux mains d’une bande de pillards… Le chef de ces derniers était autrefois le mentor de Link, mais l’élève avait fui pour mener une vie rangée. Les brigands contraignent alors leurs otages à participer à l’attaque de la banque d’une ville fantôme.L-Homme-de-l-Ouest_reference L’INTRO :

Le lion de la MGM rugit, la musique de Leigh Harline retentit vigoureusement, les images du grand Ouest déchirent l’écran… Pas de doute, on est dans un western américain de tradition, époque « âge d’or hollywoodien ». Plus précisément, on est chez Anthony Mann, un spécialiste. L’Homme de l’Ouest, tourné en 1958 avec Gary Cooper en vedette, est l’un des derniers que réalisa le cinéaste après avoir signé plusieurs grands classiques du genre (L’Appât, Les Affameurs, Winchester 73, L’Homme de la Plaine). Après lui, il se contentera de La Ruée vers l’Ouest, deux ans plus tard.homme-de-l-ouest-1958-03-g

L’AVIS :

Le Grand Ouest, un héros solitaire, des bandits hors-loi, une belle chanteuse de saloon, les grands espaces, la naissance des chemins de fer, les attaques de train, les banques pleine d’or… L’homme de l’Ouest est un western authentique et pourtant à certains égards différent de nombre de ses confrères. Tardif, il bénéficie d’une grande liberté de ton par rapport au gros de la production de l’époque, et se permet même une certaine forme de noirceur et d’ambiguïté permanente, s’appuyant notamment sur une galerie de personnages troublants, du héros aux voyous, tous avec les forces et leurs faiblesses, leurs sensibilité et leurs défauts. De la sensualité exacerbée à la violence préfigurant presque le western spaghetti en passant par l’audace de certains passages voire le malsain et la perversité de certaines situations, L’Homme de l’Ouest surprend. Dommage qu’Anthony Mann n’ait pas su profiter pleinement de la situation pour signer une grande œuvre marquante alors que son film est pourtant confectionné dans la pure tragédie shakespearienne avec l’histoire d’un homme écartelé entre son dégoût de la violence qu’il aura combattue âprement pendant des années, et un passé trouble tapi au fond de lui-même et qui le rattrape dans un choc des sentiments.Man-of-the-West-1958-3

Plus fainéant qu’à l’accoutumée et traversé de faiblesses diverses, L’Homme de l’Ouest n’est certainement pas le meilleur western d’Anthony Mann. Faiblesses de casting pour commencer, avec une distribution plus qu’inégale et qui ne parvient jamais à suivre le talent de Gary Cooper (pourtant très fatigué et que l’on ne sent pas totalement impliqué), d’un Lee J. Cobb très cabotin à une piètre Julie London etc… Mais les plus grosses carences sont sans doute à mettre à l’actif d’une narration poussive, accumulant les redondances et les problèmes de rythme, dans une intrigue qui se grippe régulièrement entre deux moments de génie où jaillit le vrai Mann. Dommage car le très beau dernier acte tente tardivement de rétablir la donne.Man-of-the-West-II

Test Blu-ray :

On ne pourra qu’être séduit (et surpris) par la nouvelle édition du film proposée par Carlotta (en 16/9 au passage). L’image de cette version Blu-ray est d’une netteté presque troublante, à voir par exemple rien que par le saisissant piqué des couleurs chaudes. On a pu comparer avec le DVD sorti il y a une dizaine d’années, le contraste est… hallucinant. Cette édition HD redonne une véritable jeunesse au film d’Anthony Mann. Côté son, le mono d’origine étant de rigueur sur la VF comme la VO, on vous conseillera de préférence la version originale (comme d’habitude mais ici à plus forte raison), la version française mettant encore plus en valeur le jeu très moyen d’une partie de la distribution, et l’aspect daté du doublage se faisant rapidement pesant.  

Côté bonus, un module baptisé « Anthony Mann, un homme de l’Ouest » brosse rapidement un portrait de la carrière du metteur en scène. Initiative plutôt originale que le module « Super Mann« , en réalité un texte écrit en 1959 dans les Cahiers du Cinéma par Jean-Luc Godard et lu ici par Bruno Putzulu où le réalisateur suisse clamait son amour pour L’Homme de l’Ouest.  Enfin, un interview croisé d’environ 20 min de Bertrand Tavernier et Pierre Rissient où chacun parle de Mann et de son cinéma. Des bonus très cinéphiles, en somme.

BANDE-ANNONCE :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.