Mondociné

REBELLES d’Allan Mauduit : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Rebelles
Père : Allan Mauduit
Date de naissance : 2018
Majorité : 13 mars 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h22 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille : Cécile de France, Yolande Moreau, Audrey Lamy, Simon Abkarian, Samuel Jouy, Béatrice Angenin, Patrick Ridremont…

Signes particuliers : Polar et comédie déjantée, un bon cocktail qui dépote.

L’HEURE EST AU GIRL POWER

LA CRITIQUE DE REBELLES

Synopsis : Sans boulot ni diplôme, Sandra, ex miss Pas-de Calais, revient s’installer chez sa mère à Boulogne-sur-Mer après 15 ans sur la Côte d’Azur. Embauchée à la conserverie locale, elle repousse vigoureusement les avances de son chef et le tue accidentellement. Deux autres filles ont été témoins de la scène. Alors qu’elles s’apprêtent à appeler les secours, les trois ouvrières découvrent un sac plein de billets dans le casier du mort. Une fortune qu’elles décident de se partager. C’est là que leurs ennuis commencent…

La peur de l’échec et ses conséquences financières, la frilosité des producteurs cherchant l’assurance, le rôle de la télévision dans le paysage cinématographique, le formatage des productions, la difficulté à attirer le public… Beaucoup d’éléments entrent en ligne de compte pour expliquer le peu de prise de risques du cinéma français (et pas que lui d’ailleurs). Néanmoins, il continue de tenter, encore et toujours et cette obstination offre de temps à autre quelques bonnes surprises. Dans le vaste océan de la comédie hexagonale, les réjouissances originales sont rares, suffisamment pour s’enflammer quand on en croise une comme Rebelles, nouvelle réalisation d’Allan Mauduit (Vilaine, la série Kaboul Kitchen). A Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, une ex Miss régionale revient s’installer chez sa mère après l’échec de sa vie de starlette sur la Côte d’Azur, et se retrouve à bosser dans l’usine locale spécialisée dans les conserves de sardines et de thons. Lorsque son patron essaie de la violer, Sandra se défend et le tue accidentellement. Le début des emmerdes ? Oui, mais surtout quand elle décidera avec deux collègues, de ne pas prévenir la police à cause d’un énorme sac bourré de billets.

Quand le badass de Tarantino rencontre le piquant de l’humour noir anglais d’un Petits Meurtres entre Amis, le tout sur fond de comédie sociale boosté au Girl Power. Voilà comment on pourrait vaguement tenter de résumer Rebelles d’Allan Mauduit, film complètement barré dont la folie décapante et jubilatoire vient trancher dans le trop sage paysage cinématographique français. On aurait aimé que cette folie soit encore plus appuyée, plus impertinente, mieux maîtrisée aussi. Rebelles est bourré de bonnes intentions, pas toujours bien transformées par son auteur, mais quand il dégoupille, le film d’Allan Mauduit peut être capable du meilleur, capable d’une énergie jouissive et d’une vitalité qui fait franchement du bien à l’heure du conformisme et du politiquement correct. Porté par un trio magique et complémentaire composé de la belle Cécile de France en mode forte tête, de l’énergique et bruyante Audrey Lamy et de la lunaire Yolande Moreau, Rebelles crée du rire à fréquence chronique grâce à une mise en scène survitaminée et une écriture inspirée qui marie parfaitement les genres pour balancer une sorte d’ofni foutant un sacré bordel au pays de la pêche et de la fricadelle. Rien n’est pourtant fondamentalement nouveau dans ce récit de quidams qui se retrouvent pourchassées par des truands patibulaires mais presque, pour une histoire de fric piqué. Le tout avec la menace de la police qui rôde. Mais ce qui vient faire la différence, c’est le traitement, c’est le panache, ce mélange de polar à base de gangsters et de comédie déjantée, reboutiqué dans un délire propulsé à 100 à l’heure où Cécile de France joue les badass à pas faire chier, où Audrey Lamy arbore une coiffure de plouc improbable, et où Yolande Moreau dépote à coup de fusil à canon scié. A son petit niveau, Rebelles incarne une fraîcheur dont la comédie française a besoin aujourd’hui. C’est rock, c’est fun, c’est nawak et c’est bien bon !

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux