Mondociné

RADIOACTIVE de Marjane Satrapi : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Radioactive
Mère : Marjane Satrapi
Date de naissance : 2019
Majorité : 11 mars 2020
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h50 / Poids : NC
Genre : Biopic

Livret de famille : Rosamund Pike, Sam Riley, Aneurin Barnard…

Signes particuliers : Un biopic de bonne facture.

MARJANE SATRAPI S’INTÉRESSE À MARIE CURIE

NOTRE AVIS SUR RADIOCATIVE

Synopsis : Paris, fin du 19ème siècle. Marie est une scientifique passionnée, qui a du mal à imposer ses idées et découvertes au sein d’une société dominée par les hommes. Avec Pierre Curie, un scientifique tout aussi chevronné, qui deviendra son époux, ils mènent leurs recherches sur la radioactivité et finissent par découvrir deux nouveaux éléments : le radium et le polonium. 

La célèbre physicienne-chimiste Marie Curie refait parler d’elle au cinéma, deux ans à peine après le précédent biopic polonais signée Marie-Noëlle Sehr sorti fin janvier 2018 en France. Cette fois, c’est la franco-iranienne Marjane Satrapi (Persepolis) qui s’intéresse à la destinée de la légendaire chercheuse qui a découvert le radium et le polonium, et dont les travaux demeurent encore aujourd’hui fondamentaux pour la science comme pour la vie quotidienne de l’humanité. A l’écran, la talentueuse Rosamund Pike prête ses traits à celle qui repose aujourd’hui, aux côtés de son mari Pierre (joué par Sam Riley), au Panthéon.

L’intérêt d’un nouveau biopic sur la figure qu’est Marie Curie était la principale crainte face au nouveau film de Marjane Satrapi. D’autant que le précédent film de Marie-Noëlle Sehr brillait plus par l’ennui propagé par son manque de relief, que par ses qualités narratives ou esthétiques. La question se reportait ainsi sur le sujet. A l’heure où l’on multiplie les biopics à foison, l’histoire de Marie Curie méritait t-elle vraiment un ou plusieurs films ? Est-elle suffisamment cinégénique ? A l’inverse de Sehr, Marjane Satrapi prouve que oui. Car sans signer un grand film impérissable, la cinéaste réussit en tout cas bien mieux en tous points que son homologue polonaise. D’abord, parce qu’elle travaille intelligemment son personnage en lui apportant plus de nuances, montrant autant sa force et sa détermination que son arrogance et son intransigeance. Ensuite, parce qu’elle saisit bien les thématiques inhérentes à l’histoire de Marie Curie, extirpant du passé un propos très actuel sur la condition des femmes, le patriarcat et la soumission, qu’elle soit frontale ou insidieuse. Enfin, parce que Satrapi essaie de travailler une vraie facture esthétique, multipliant les effets visuels pour offrir modernisme et inventivité à son biopic. Certains seront peut être agacés des motifs qui « popent » un peu partout, mais ils sont au moins le reflet d’une force de proposition pour éviter la platitude habituelle de l’exercice. A l’arrivée, un film honorable, bien tenu et qui fait le boulot en plus d’être bien interprété.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux