Mondociné

MORTAL d’André Øvredal : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs


Carte d’identité :
Nom : Mortal
Père : André Øvredal
Date de naissance : 2019
Majorité : 02 septembre 2020
Type : sortie Blu-ray/DVD
Nationalité : Norvège
Taille : 1h40 / Poids : NC
Genre : Fantastique

 

Livret de famille : Nat Wolff, Iben Akerlie, Priyanka Bose

Signes particuliers : Correct à défaut d’être une pépite.

 

 

SUPER-HÉROS À L’EUROPÉENNE

NOTRE AVIS SUR MORTAL

Synopsis : Eric, un jeune américano-norvégien, s’est réfugié, seul, au cœur de la forêt, après avoir causé l’incendie d’une ferme, tuant 5 personnes, puis provoqué la mort accidentelle d’une sixième personne. Arrêté par la police, il rencontre une psychologue, Christine, qui semble pouvoir l’aider. Ensemble, ils découvrent vite qu’Eric a en réalité des pouvoirs surnaturels, qu’il ne maîtrise pas…

 

Cet été, les mordus de super-héros auraient dû avoir Black Widow et Wonder Woman 1984 pour se caler la panse. Mais ça, c’était avant. Avant que le Covid-19 ne foute un bordel monstre dans les sorties ciné et bouleverse tout un calendrier. A défaut, il est donc possible de se faire un petit encas avec Mortal, nouveau long-métrage du norvégien André Ovredal (Troll Hunter, The Jane Doe Identity) qui a pointé le bout de son nez directement en vidéo chez ces dénicheurs de pépites que sont nos amis de Wild Side. Mortal met en scène ce qui pourrait être un super-héros… dans un film anti-super-héros. Comprenez par là que l’on y navigue davantage du côté de Chronicle que de Marvel. Ovredal nous conte l’histoire d’un jeune homme qui s’est réfugié au fin fond d’une forêt après avoir causé involontairement la mort de plusieurs personnes, victimes de ses étranges pouvoirs surnaturels qu’il ne maîtrise pas.

Paradoxalement alors qu’il évolue dans une zone d’entredeux où le vrai film de super-héros rencontre sa Némésis davantage tournée vers le drame, Mortal est un effort à la fois intéressant et décevant par sa différence. Intéressant car cette différence l’amène à s’éloigner des canons du genre tout en déroulant une intrigue qui s’y apparente. L’histoire d’un jeune homme qui ne parvient pas à maîtriser les super-pouvoirs qu’il s’est découvert, est une base commune à bien des films de super-héros dits « classiques ». Mais André Overdal va essayer, tout en gardant un soupçon de spectacle, à s’en détourner pour aborder son histoire sous un angle plus tragique, plus intimiste. Mais dans le même temps, la tentative pourra décevoir car le cinéaste ne parvient pas toujours à bien cristalliser le penchant psychologique de son récit, à l’inverse du Chronicle de Josh Trank précédemment évoqué. Souvent, on sent que le film a le cul un peu assis entre deux chaises, qu’il voudrait tout conjuguer pour se démarquer, mais qu’il n’a pas assez d’envergure pour y parvenir avec fluidité et adresse. Il évolue dans une zone trouble, essaie de se donner une personnalité propre mais le poids de certaines comparaisons (Chronicle, encore et toujours) reste un frein à son envol. D’autant que narrativement parlant, Mortal souffre de limites marquées, parfaitement incarnées par un arc qui finalement tourne pas mal en rond sur lui-même, répétant la même idée faute de trop savoir comment l’exploiter dans une histoire plus dominante.

Néanmoins, Ovredal est un bon conteur-faiseur. Si son Scary Stories était loupé malgré quelques bonnes choses éparpillées, le cinéaste n’est pas sans talent et il parvient ici à tenir son nouvel effort debout sur ses pattes fragiles, à le faire progresser en lui joignant un intérêt qui tient plus ou moins en haleine malgré une intensité pas dingue et des carences question relief, étoffe et émotion. S’il donne l’impression de tourner parfois un peu à vide, Mortal réussit à trouver le moyen de faire en sorte que le spectateur ne décroche jamais vraiment. Grâce à son personnage bien campé par le talentueux Nat Wolff (La Face Cachée de Margo), grâce à quelques séquences visuellement réussies (et prouvant que le cinéma européen peut faire de belles choses, même dans des genres dominés par les américains) et enfin grâce à sa manière de jouer avec les mythologies, ici nordiques. Car au fond, c’est de cela dont il est question dans Mortal, d’une quête de mythologie, thématique de prédilection d’Ovredal, déjà au cœur de Troll Hunter et Scary Stories.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux