Mondociné

LA FAMILLE ADDAMS de Conrad Vernon & Greg Tiernan : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : The Addams Family
Père : Conrad Vernon, Greg Tiernan
Date de naissance : 2019
Majorité : 04 décembre 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h27 / Poids : NC
Genre : Animation

Livret de famille : Avec les voix de Kev Adams, Mélanie Bernier, Alessandra Sublet…

Signes particuliers : Une version animée très passable.

UNE FAMILLE PAS COMME LES AUTRES

NOTRE AVIS SUR LA FAMILLE ADDAMS

Synopsis : La famille Addams, qui vivait jusque-là retranchée dans leur demeure, juchée en haut d’une colline brumeuse du New Jersey, se prépare à recevoir des membres éloignés encore plus étranges qu’eux à l’occasion de la Mazurka de Pugsley. Une cérémonie aux allures de rite de passage qui doit se dérouler devant la famille au complet et où le jeune garçon doit prouver qu’il est prêt à devenir un véritable mâle Addams. Mais ils ne savent pas que leur voisine du bas de la colline — la décoratrice d’intérieur et animatrice de télévision aux dents longues Margaux Needler — est en train de mettre sur pied un quartier préfabriqué, tout en couleurs pop et en perfection. Quand le brouillard se lève, révélant la demeure des Addams, la sombre bâtisse semble se dresser entre la jeune ambitieuse et son rêve de vendre toutes les maisons du quartier pour devenir la personnalité la plus plébiscitée que la télévision ait jamais créée. Alors que Pugsley se bat pour essayer de mémoriser la chorégraphie de la fameuse Mazurka, Mercredi passe de son côté par une terrible crise d’adolescence. Elle se lie d’amitié avec Parker, la lle de Margaux, et tente de briser aussi bien les limites de son style de vie que celles de la patience de sa mère Morticia, avec des lubies poussant le mauvais goût jusqu’à vouloir intégrer une école publique, devenir PomPom girl et avoir l’audace de porter des barrettes licornes roses. 

Après deux adaptations par Barry Sonnenfeld dans les années 1990, La Famille Addams est de retour, mais cette fois-ci en animation. Produit par Universal, le long métrage est réalisé par Conrad Vernon et Greg Tiernan, qui mettent en scène une nouvelle aventure de cette famille pas comme les autres.

Évidemment, cette nouvelle version n’atteint pas le génie burlesque et décalé des versions de Sonnenfeld. On en est même très loin. Si l’ambiance est toujours au rendez-vous, surtout grâce à ses personnages si particuliers, l’âme a quitté la Famille Addams, qui devient ici beaucoup plus fonctionnelle. La Famille Addams version animée est un long-métrage extrêmement classique. Un dessin animé mécanique, sans surprises ni véritables prises de risques. Un long métrage d’animation formaté, très ancré dans les codes actuels du genre.

L’animation n’est pas franchement belle, sans parvenir à être disgracieuse. Très synthétique, très lisse et édulcorée, cette animation aurait gagné à être plus personnelle et à offrir des traits visuels cauchemardesques à ses personnages, à la manière d’un Tim Burton par exemple. Ce n’est pas hilarant non plus. Le spectateur esquissera quelques sourires, notamment grâce au majordome Max, silencieux et offrant un comique de situation bienvenu. Mais ce n’est pas pour autant la grosse crise de rires. Heureusement, les personnages sont relativement respectés. Même si Gomez Addams n’est pas la réussite majeure du métrage, ses enfants proposent des instants de fraîcheurs bienvenus. Mercredi est un des succès du film. La jeune protagoniste est écrit avec vigueur et lucidité. Une petite fille dans la lignée de ce que proposait Christina Ricci en son temps : silencieuse, sombre, gothique, intelligente, destructrice et surtout cynique au possible. Elle est incontestablement le point fort de cette nouvelle aventure.

Mais cela ne suffit pas à faire de La Famille Addams un bon film. Le métrage propose une intrigue éculée où la famille dysfonctionnelle tente de s’intégrer dans la communauté. Conrad Vernon et Greg Tiernan proposent une critique de l’inter-connectivité, des réseaux sociaux et de leur ampleur. Ils réprimandent les méfaits des fake news et de ces réseaux sociaux qui partagent constamment des amalgames stupides. C’est également un message de paix et de fraternité classique qui est ici proposé. Acceptation des autres et de la différence comme point moteur de l’intrigue. Une idée pas très originale mais assez pédagogue pour la jeunesse. Le duo n’oublie pas de jouer avec la nostalgie du public plus âgé, et ce dès l’utilisation de la musique culte de Marc Shaiman. Bref, cette nouvelle Famille Addams est un long métrage extrêmement formaté, qui s’adresse davantage à un jeune public.

BANDE-ANNONCE :

Par Aubin Bouillé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux