Mondociné

FAST & FURIOUS – HOBBS & SHAW de David Leitch : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Fast & Furious Presents : Hobbs & Shaw
Père : David Leitch
Date de naissance : 2018
Majorité : 07 août 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 2h16 / Poids : NC
Genre : Action

Livret de famille : Dwayne Johnson, Jason Statham, Idris Elba, Vanessa Kirby, Helen Mirren, Eddie Marsan, Eiza Gonzalez…

Signes particuliers : Plus vraiment un Fast & Furious mais un buddy movie d’action mi-fun mi-neuneu.

BUDDY MOVIE TOUT EN MUSCLES

NOTRE AVIS SUR HOBBS & SHAW

Synopsis : Depuis que Hobbs, fidèle agent de sécurité au service diplomatique des Etats-Unis, combatif mais droit, et Shaw, un homme sans foi ni loi, ancien membre de l’élite militaire britannique, se sont affrontés en 2015 dans Fast & Furious 7 ; les deux hommes font tout ce qu’ils peuvent pour se nuire l’un à l’autre. Mais lorsque Brixton, un anarchiste génétiquement modifié, met la main sur une arme de destruction massive après avoir battu le meilleur agent du MI6 qui se trouve être la sœur de Shaw. Les deux ennemis de longue date vont devoir alors faire équipe pour faire tomber le seul adversaire capable de les anéantir. 

Quand on se replonge à rebours dans le délicieusement frappadingue Fast & Furious 7 de James Wan, on se rend vite compte que le meilleur visage du film n’était désormais plus incarné par la bande du vieux 33 tonnes mono-expressif Vin Diesel mais par les nouveaux venus qu’étaient d’une part l’agent Hobbs (Dwayne Johnson, arrivé dans la saga à partir de l’épisode 5) et d’autre part Jason Statham, antagoniste parfait pour coupler mandales et humour à froid. C’est pendant le tournage du plus douloureux huitième opus que l’idée a germé chez les producteurs de la franchise d’exploiter ces personnages hors de la « family » déclinante, ce qui a provoqué de fortes tensions avec le patriarche nababisant Vin Diesel ou la pleureuse Tyrese Gibson. Il n’empêche que malgré les protestations de quelques anciens, Hobbs & Shaw avait le potentiel pour être un premier pas vers un Fast & Furious Cinematic Universe, d’autant que cette nouvelle branche est clairement pensée pour inaugurer une nouvelle franchise. A moins qu’il ne s’agisse de commencer à préparer l’après Fast & Furious alors que la saga commence à tirer la langue malgré ses bons scores au box office et que les dissensions et soucis d’égo se font de plus en plus sentir.
Construit entièrement pour mettre en valeur le duo d’opposition Dwayne Johnson et Jason Statham, probablement les deux personnages les plus cool de ces dernières années dans F&F, Hobbs & Shaw s’offrait comme LE divertissement méga-fun de l’été. Qu’en attendre ? Tout simplement, une vaste connerie dans l’esprit des délires 90’s, soit un buddy movie ultra-décomplexé à base d’action ébouriffante et de comédie aux punchline dévastatrices. Le tout avec la nervosité du style de David Leitch, réalisateur biberonné à l’action et derrière le premier John Wick, Atomic Blonde ou Deadpool 2. Mission accomplie ? Presque. Disons que Hobbs & Shaw ressemble à un super-guerrier blessé à la patte mais qui poursuivrait sa mission en serrant les dents, quitte à rater deux-trois coups de tatanes mais qu’importe, dans le lot, certains iront au menton et assureront le job. Comparaison fumeuse ? On vous l’accorde. En même temps, le film est fumeux.

Le problème d’Hobbs & Shaw est qu’il est tellement marketé autour d’un objectif précis, qu’il en oublie d’être naturel et flirte avec un certain cynisme artistique, sa mécanique transpirant le préfabriqué à des kilomètres. En résulte une sorte de blockbuster Conforama genre meubles en bois mélaminé, pas forcément très beau, pas forcément hyper robuste sur son assise, pas forcément très recherché non plus, mais juste calibré pour être simple, fonctionnel et efficace. Au rayon des défauts qui rendent le plaisir un peu moins kiffant qu’escompté, un scénario foutrement en roue libre pondu entre deux avions par le scénariste de la saga originelle en association avec celui de Rogue Nation et Iron Man 3, des scènes d’action capables du pire des gloubi-boulga, un production design et des idées au summum du ridicule (le coup des îles Samoa frôle la rupture du ligament de l’intelligence retenant la bêtise suprême), des comédiens qui cabotinent à en provoquer des AVC auditifs (Idris Elba est sacrément mauvais et loin de son talent habituel), et surtout une impression d’être au théâtre, en train d’assister à une pièce où deux bonhommes se livrent à un duel verbal sur scène. Mais heureusement, le match des vannes, si peu naturel et ultra-écrit soit-il, réussit à faire marrer par intermittence, de même que le nawak absolu de certaines séquences. Drôle et distrayant même s’il frôle parfois souvent le gros coup fatigue, Hobbs & Shaw fait le métier pour les fans de super-actioner débilotracté coupable de viser le pur plaisir régressif. Reste qu’il ne se foule pas trop et qu’à force d’en faire des caisses au point d’en devenir aussi lourd qu’une barre de fonte soulevée par The Rock, le film passe un peu à côté du potentiel entrevu précédemment dans Fast & Furious. D’ailleurs, est-ce toujours un Fast & Furious ? Clairement le côté bande et bagnoles tunées ayant été mis au rebut  au profit d’une gigantesque déconnade neuneu en demi-teinte, on peut se poser la question. Mais rapidement, on s’en fout, on profite en ayant conscience que c’est au cinéma ce que Jul est à la musique et que l’affaire aurait pu être bien meilleur si elle avait été mieux travaillée car l’entreprise pue constamment l’expéditif je-m’en-foutiste.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux