Mondociné

ARCTIC de Joe Penna : critique et test Blu-ray

Partagez cet article
Spectateurs

[Note des spectateurs]

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Arctic
Père : Joe Penna
Date de naissance : 2018
Majorité : 19 juin 2019
Type : Sortie Blu-ray/DVD
Nationalité : Islande
Taille : 1h37 / Poids : NC
Genre : Aventure

Livret de famille : Mads Mikkelsen, Maria Thelma Smáradóttir…

Signes particuliers : Un survival intimiste très efficace.

MADS MIKKELSEN EN MODE SURVIE

LA CRITIQUE DE ARCTIC

Synopsis : En Arctique, la température peut descendre jusqu’à moins –70°C. Dans ce désert hostile, glacial et loin de tout, un homme lutte pour sa survie. Autour de lui, l’immensité blanche, et une carcasse d’avion dans laquelle il s’est réfugié, signe d’un accident déjà lointain. Avec le temps, l’homme a appris à combattre le froid et les tempêtes, à se méfier des ours polaires, à chasser pour se nourrir… Un événement inattendu va l’obliger à partir pour une longue et périlleuse expédition pour sa survie. Mais sur ces terres gelées, aucune erreur n’est permise…

Curieuse carrière que celle de Joe Penna, artiste brésilien qui s’est d’abord fait connaître via Youtube et sa chaîne très suivie consacrée à la musique. Puis de la musique, il passera aux courts-métrages, aux publicités et même à la série télé interactive (Meridian). Remarqué pour son talent évident, le bonhomme connaîtra une ascension constante, avec les honneurs d’une sélection au prestigieux festival de Tribecca pour son court-métrage Turning Point. Avec Arctic, Joe Penna saute le pas vers le long-métrage et autant dire que pour une première, le jeune réalisateur n’a pas choisi la facilité. Arctic emmène l’immense Mads Mikkelsen au fin fond de l’arctique glacial et hostile, pour un récit de survie sous tension tourné dans les conditions extrêmes de la Toundra polaire. A l’arrivée, une sélection à Cannes où le film a été présenté en séance de minuit.

Arctic se présente comme une expérience humaine et cinématographique, collant le spectateur aux basques d’un homme qui s’est abîmé en avion dans le cercle polaire. Pas d’introduction, pas de pré-récit ou de flashbacks explicatifs, dès les premières minutes, on est vissé au quotidien de cet homme seul contre la nature, seul face à son endurance mise à rude épreuve par les conditions extrêmes dans lesquelles il tente de survivre, en espérant un jour croiser la route de secours. Filmé dans une immensité blanche aussi majestueuse que terrifiante d’hostilité, Arctic est un survival de grands espaces qui se transforme rapidement en huis-clos à ciel ouvert, confrontant un homme à lui-même et à son instinct de survie.

Visuellement, narrativement et artistiquement, Arctic ne se charge d’aucune fioriture et va à l’essentiel, faire ressentir la difficulté et la résilience d’un Robinson Crusoé en terres enneigées. Très prenant, le film de Joe Penna ne perd jamais l’échelle humaine qui rythme son histoire malgré les péripéties « spectaculaires », et reste toujours fermement harnaché à son personnage, sa rage courageuse, sa volonté, son altruisme et son dépassement de soi face aux adversités dans ces grandes étendues aux allures de prison magnifiquement glaciale et mortelle. Et même si l’on a l’impression d’avoir déjà vu ce type de film une paire de fois et qu’il n’apporte fondamentalement rien de neuf au genre (tous les passages obligés sont au rendez-vous), Arctic travaille son matériau avec efficacité et tient son suspens de bout en bout. Mais au-delà de son postulat de récit de survie en montagne, le long-métrage impose surtout une performance d’acteur incroyable. Volontaire et sans jamais tomber dans le cabotinage outrancier qui aurait pu aisément accompagner un exercice mono-centré sur un personnage quasi-unique, Mikkelsen brille de pugnacité, aimantant le film par sa présence et sa conviction habitée, en lui apportant la force haletante et la puissance émotionnelle nécessaire pour fonctionner à plein régime. Du bon travail, simple, douloureux, tendu et mué par une belle volonté d’authenticité.

LE TEST BLU-RAY DE ARCTIC

Petite pépite qui avait eu du mal à se dégager une vraie visibilité à sa sortie en salles avec l’extrême concurrence qu’elle avait dû affronter (Nicky Larson, Dragons 3, La Favorite, My Beautiful Boy, Claire Darling et on en passe), Arctic pointe fièrement le bout de son nez en vidéo en ce début d’été. A l’heure où les températures s’apprêtent à grimper dans le rouge, le film de Joe Penna est la parfaite occasion de se payer une tranche de fraîcheur, en plus de profiter d’un bon film. Techniquement, l’édition française éditée par les cinéphiles purs et durs de chez The Jokers est du très bel ouvrage qui permet de valoriser le côté immersif de ce survival dans le froid polaire. Image somptueuse et sans le moindre défaut, son remarquablement spatialisé et peaufiné de sorte de créer une véritable atmosphère en jouant sur la multiplicité des pistes, la galette assure tout ce que l’on était en droit d’attendre d’elle, et plonge le spectateur dans un cauchemar angoissant que l’on vit intensément au rythme du combat de Mads Mikkelsen à l’écran. La seule petite déception vient des suppléments présentés en bonus. Outre la traditionnelle bande-annonce, seulement 6 minutes de scènes coupées/rallongées sont au programme. Pas d’interview ou de making-of. Frustrant quand on connaît l’expérience extrême qu’aura été le tournage du film. Les dessous de sa confection devaient être passionnant.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux