WALL CINÉ PICTURES n°39 : trois idées de films à voir ou à revoir
Le Ciné-Club

Partagez cet article
0 votes

39ème numéro du Wall Ciné Pictures, notre rendez-vous « ciné-club » du samedi. Au programme de cette nouvelle escale dans l’histoire du cinéma, le cultissime Jumanji en Blu-ray collector, Jack Burton de retour au cinéma et Le Jour où la Terre s’arrêta à revoir sur grand écran !

———————————————————

JUMANJI
De Joe Johnston (1995)
Genre : Comédie fantastique – USA
Avec : Robin Williams, Kirsten Dunst, Bradley Pierce…
Sortie le 20 décembre 2017 en Blu-ray 4k Ultra HD

Synopsis : Lors d’une partie de Jumanji, un jeu très ancien, le jeune Alan est propulsé sous les yeux de son amie d’enfance, Sarah, dans un étrange pays. Il ne pourra s’en échapper que lorsqu’un autre joueur reprendra la partie et le libèrera sur un coup de dés. Vingt-six ans plus tard, il retrouve le monde réel par le coup de dés de deux autres jeunes joueurs. 

Robin Williams a fait le bonheur des petits et des grands pendant des décennies au cinéma. Et au meilleur de sa forme, quand il faisait la pluie et le beau temps dans les années 90, le comédien adoré par des centaines de millions de fans à travers le monde a incarné l’esprit de Jumanji, comédie fantastique culte entrée dans la légende du septième art. Techniquement, on ne va pas se mentir, le film de Joe Johnston a pris un petit coup de vieux, même dans sa version restaurée. Sa modernité d’il y a (plus de) vingt ans a forcément pris quelques rides, dévorée par les avancées technologiques en matière d’effets spéciaux. Mais qu’importe. A l’heure où déboule une suite-reboot-remake aussi amusante qu’oubliable, Jumanji reste et restera Jumanji, le seul, l’unique, le vrai. Un film délirant, porté par une idée de scénario originale, par un Robin Williams en mode showman ultra-généreux, et par un charme éternel dont la flamme n’est pas prêt de s’éteindre. En réalité, Jumanji incarne à merveille cette époque où le cinéma américain savait faire rêver tous les âges par des contes nourris aux aventures fantastiques, mêlant magie, féérie et pouvoir d’évasion. Alors que l’on reparle de ce classique inoubliable avec la sortie en salles de la « nouvelle version » avec Dwayne Johnson, Sony Pictures redonne un coup de jeunesse au film qui a bercé nos enfances avec une nouvelle édition Blu-ray 4k Ultra HD ! Et parce que l’aventure Jumanji ne s’arrête pas au film, la galette propose de nombreux suppléments comme une formidable plongée dans l’univers des effets spéciaux de l’époque (un documentaire plus les commentaires audio de l’équipe en charge des effets) mais aussi des storyboard et un jeu de société virtuel baptisé « aventure dans la jungle ». 

———————————————————

LES AVENTURES DE JACK BURTON DANS LES GRIFFES DU MANDARIN
De John Carpenter – (1986)
Genre : Fantastique – USA
Sortie le 31 janvier 2018 au cinéma

Synopsis : Les aventures du baroudeur Jack Burton à Chinatown, où règne le terrible sorcier Lo Pan. Celui-ci pense pouvoir retrouver son enveloppe charnelle grâce aux beaux yeux verts de Miao Yin, délicieuse Chinoise fiancée a un ami de Jack…

Kurt Russell est une légende. Parce que Kurt Russell, c’est Snake Plissken, et parce que Kurt Russell… c’est Jack Burton ! En 1986, John Carpenter retrouve l’acteur avec lequel il a collaboré sur The Thing quatre ans plus tôt, pour emballer une comédie d’aventure fantastique aux allures d’hommage aux films d’arts martiaux hong-kongais qu’il aime tant, Big John n’hésitant pas à citer en tête le formidable Zu, les guerriers de la montagne magique de Tsui Hark. Avec Les Aventures de Jack Burton dans les Griffes du Mandarin, le cinéaste prend un malin plaisir à tordre le cou aux films d’action traditionnels, à leur sempiternel premier degré et aux codes des héros valeureux de l’époque. Plus second degré et délirant que sérieux et classique, Jack Burton nous met face à un anti-héros couillon, râleur et banal, loin des têtes d’affiche virile et courageuse de l’époque. Une icône qui voit la folie s’inviter dans son médiocre quotidien de camionneur bon à rien, à laquelle on s’attache immédiatement dans ce petit monument du cinéma qui aura pourtant été sacrément boudé à sa sortie en salles il y a 32 ans. Échec commercial (et critique), Jack Burton avait sans doute souffert de son étonnant mélange des genres, ce même mélange qui en aura fait une œuvre culte quelques années plus tard, avec l’explosion de la vidéo. Surfant sur un délicieux parfum eighties dont on ne se lasse pas, Jack Burton est une enfilade de scènes cultes, une véritable pépite nostalgique et jouissive, où l’action se marie à merveille avec un humour dévastateur. Bonne nouvelle, pour débuter 2018 du bon pied, Splendor Films nous fait le cadeau de ressortir le film de Carpenter en salles. Jack Burton en version restaurée sur grand écran, on ne se pose pas la question et on fonce au cinéma à compter du 31 janvier prochain !!

 

———————————————————

LE JOUR OÙ LA TERRE S’ARRÊTA
De Robert Wise – 1952 – 1h32
Genre : SF – USA
Avec : Michael Rennie, Patricia Neal, Hugh Marlowe…
Sortie le 03 janvier 2018 au cinéma

Synopsis : Une soucoupe volante atterrit sur Terre. Alors qu’on les croyait hostiles, les extraterrestres sont en fait porteurs d’un message de paix pour l’humanité.

Le distributeur patrimonial qu’est Splendor Films ne chôme pas en ce mois de janvier. Pas de repos pour les braves comme on dit. Et pour bien démarrer l’année en attendant Jack Burton à la fin du mois, et le magnifique Diamants sur Canapé en version restaurée d’ici là (le 17 janvier en salles), nos amis de chez Splendor distribuent un classique de la science-fiction : Le Jour où la Terre s’arrêta. Attention, pas l’atrocité avec Keanu Reeves hein, on parle bien du film culte de Robert Wise sorti en 1952. Film emblématique d’une époque où le cinéma de SF servait d’exutoire pour traduire les angoisses de la société américaine et notamment la peur et la paranoïa en pleine état de Guerre Froide, Le Jour où la Terre s’arrêta est avant tout une fable pacifiste et humaniste, destinée à mettre en exergue la folie des hommes, leur capacité à détruire et le fléau de la guerre. Ici, pas question de montrer des extraterrestres envahisseurs avec des scènes d’action et des destruction de villes partout. On n’est pas dans La Guerre des Mondes. Robert Wise a pris la tangente à l’éternelle idée des aliens belliqueux, et signe un pamphlet philosophique, certes un peu discutable sur certains traits de naïveté qui alimente son propos, mais formidable d’intelligence tout de même. En somme, l’extraterrestre Klaatu qui débarque en paix sur Terre, n’est que le symbole d’un regard extérieur venu observer les hommes avec consternation, en les renvoyant à leur stupidité conflictuelle. Pourquoi s’entredéchirer ainsi sans arrêt ? Pourquoi un monde ainsi divisé en deux camps ennemis (à l’époque, le globe était polarisé, les États-Unis d’un côté et l’URSS de l’autre) ? Après tout, oui, pourquoi se battre… Le Jour où la Terre s’arrêta est un grand film, à voir et à revoir. Et ça tombe bien, il est actuellement sur grand écran dans une magnifique version restaurée !

RETROUVEZ LES ANCIENS CHAPITRES DU WALL CINÉ PICTURES ICI

A samedi prochain !

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.