UNE NOUVELLE AMIE de François Ozon [Critique & Test – Sortie DVD/Blu-ray]

Partagez cet article

une nouvelle amieMondo-mètre
note 7-10
Carte d’identité :
Nom : Une Nouvelle Amie
Père : François Ozon
Date de naissance : 2014
Majorité : 11 mars 2015
Type : Sortie DVD &Blu-ray
(chez France Télévision Distrib.)
Nationalité : France
Taille : 1h47 / Poids : NC
Genre : Drame

Livret de famille : Romain Duris (David/Virginia), Anaïs Demoustier (Claire), Raphaël Personnaz (Gilles), Isild le Besco (Laura), Aurore Clément (Liz), Jean-Claude Bolle-Reddat (Robert)…

Signes particuliers : Sous ses airs de drame sur le travestissement, Une Nouvelle Amie est une sublime réflexion sur l’identité, l’acceptation de soi, la tolérance aux différences, mais aussi sur l’amour, le deuil… Sur plein de choses. C’est probablement ce qui en fait un film aussi riche et fascinant. Du grand Ozon, avec un très grand Romain Duris.

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE, TELLE EST LA QUESTION ?

LA CRITIQUE

Résumé : À la suite du décès de sa meilleure amie, Claire fait une profonde dépression, mais une découverte surprenante au sujet du mari de son amie va lui redonner goût à la vie.une nouvelle amie 5 L’INTRO :

Pour leur première collaboration au cinéma, le réalisateur François Ozon et le comédien Romain Duris se retrouvent autour d’un sujet fort, adaptation d’une nouvelle britannique de 1985 qui trouve un écho résonnant avec l’actualité sociologique récente de notre société malmenée par les interminables débats autour du mariage pour tous et tout ce qui entourait cette sorte de « tabou » ridicule. Anaïs Demoustier (Bird People), Raphaël Personnaz (Quai d’Orsay) et Isild Le Besco complètent la distribution de ce quinzième film signé Ozon.une nouvelle amie 4L’AVIS :

Le travestissement au cinéma n’est pas le seul apanage d’un Pedro Almodovar. En adaptant (très librement) la nouvelle de Ruth Rendell, François Ozon livre un film magnifique sur la liberté et la quête identitaire, sur les voies que tout un chacun trouve pour gagner l’acceptation de soi, sur la tolérance, les préjugés, la différence et le rejet, la diversité et l’adversité, sur le deuil, l’amour… Vous l’aurez compris, Une nouvelle Amie est un film riche en thématiques, et riche tout court. Le cinéaste a toujours attiré par les marginaux, ou plutôt par les personnages dramatiques aux trajectoires marginales. Très récemment encore, on se souvient de son Jeune et Jolie où une adolescente empruntait un chemin peu commun pour expérimenter autre chose que sa petite vie bourgeoise confortable devenue trop étouffante. Avec Une Nouvelle Amie, le réalisateur explore certaines thématiques communes avec toujours cette sensibilité d’une immense justesse, pour livrer un portrait attachant, à la fois mélancolique et lumineux, ne jugeant jamais, préférant comprendre et mettre en valeur la beauté des sentiments profonds, des sensations très personnelles et des ressentis à l’affect bouleversant.une nouvelle amie 1A la croisée des genres, Une Nouvelle Amie est un petit bijou de tendresse et de dureté poignante, oscillant entre le drame fascinant, envoûtant même, la comédie aussi, au détour d’une drôlerie de fond qui se marie à la perfection avec une gravité palpable alors que le film, à la narration étrange, audacieuse et surprenante, se pare parfois d’une tension étreignante lorgnant vers le thriller. Mais à grand film, grands comédiens. Et devant sa caméra, François Ozon a pu compter sur la crème de la crème. En premier lieu, un choix courageux, presque à contre-emploi, avec l’une des incarnations de la séduction sympathique à la française. Romain Duris, qui n’en est pas à sa première grande prestation, livre une performance impressionnante à tous les niveaux (dans la puissance émotionnelle comme dans sa transformation physique incroyable), peut-être même l’une des plus belles de sa carrière. Et si elle aurait pu être seulement spectatrice du jeu de son partenaire, l’étoile montante -et comble de la beauté simple- Anaïs Demoustier parvient à exister follement dans ce film illuminé par une grande humanité. Même Raphaël Personnaz, dont le rôle se situe en retrait de ce duo magnifique, parvient à faire vibrer un spectateur conquis. Une chose est sûre, tous mettent énormément de conviction et d’abnégation dans leur personnage, relevant des challenges hautement difficiles.une nouvelle amie 3Une Nouvelle Amie est de ces films qui trouvent un équilibre improbable, une grâce sublime qui relèverait presque du pari perdu d’avance. En maestro virtuose, Ozon s’inscrit une fois de plus quelque part entre la pudeur relative et la frontalité respectueuse, offrant un éclatant portrait de femme, d’homme, un portrait d’être humain tout simplement, où les minorités dépassent leur carcan pour pénétrer une espace fédérateur capable de parler à tout le monde, à moins d’être résolument obtus de nature. Le genre d’œuvre dont on pourrait parler encore et encore tant elle appelle les questions, les discussions, tant sociologiquement, sa richesse force la porte de son seul sujet pour embrasser des réflexions plus grandes et générale, avec une noblesse admirable.UNE NOUVELLE AMIE

LES BONUS

Riche en suppléments, Une Nouvelle Amie se présente sous la forme d’un double DVD ou double Blu-ray, au choix, fort de pas moins de 90 minutes de bonus ! De quoi largement rassasier les amateurs désireux de tout savoir sur le du film. Notons au passage que France Télévision Distribution propose également cette dernière oeuvre de Ozon intégrée dans un coffret dédié au cinéaste, regroupant 5 de ses longs-métrages (Une Nouvelle Amie, Jeune et Jolie, Dans la Maison, Potiche et Le Refuge).Coulisses-Une-Nouvelle-Amie-Anais-Demoustier-Francois-Ozon-1-1024x680

Il y a de quoi satisfaire toutes les envies dans ces nombreux suppléments qui offrent un prolongement passionnant au long-métrage. Des scènes coupées, des interviews, des modules sur les essais costumes, un gros making of… L’éventail est large. Vu le sujet et la complexité de sa mise en image avec l’un des comédiens les plus appréciés des français qui opère une transformation physique étonnante (et impressionnante), on commence logiquement par l’indispensable making of retraçant le tournage du film, du travail de travestissement de Romain Duris à la confection des scènes les plus fascinantes. Romain Duris, Portrait d’une Actrice est finalement davantage une sorte de journal de bord du tournage, même si le comédien y occupe une place prépondérante. Des détails du régime qu’il a dû suivre à la réalisation de sa transformation physique minutieusement montrée, des scènes de répétition des dialogues avec Anaïs Demoustier en passant par des moments de vie sur le plateau, ce making of (de 45 minutes) nous plonge au coeur même du tournage et de son atmosphère.Romain-Duris

Suivent les scènes coupées au montage (env. 10 minutes), beaucoup concernent des échanges entre Duris/Virginia et Demoustier/Claire. La raison de ces coupes ? On ne saura trop le dire, les choix d’Ozon n’y étant pas commenté mais une chose est sûre, elles montrent pour la plupart une Anaïs Demoustier manquant de justesse dans son jeu. Trois entretiens avec les comédiens sont ensuite proposés avec une petite originalité, il n’y a que deux comédiens qui s’expriment. L’explication est simple, une interview avec Anaïs Demoustier puis deux avec Romain Duris, un premier en homme pour son personnage de David, un second en femme pour son personnage de Virginia. Dans les deux cas, l’acteur évoque surtout son travail de travestissement. Peu utiles, deux modules sont consacrés aux essais lumières & costumes, mais on y regrettera l’absence d’explications ou d’interview, laissant place sur 3 minutes chacun, à une petite poignée d’images brutes. Plus intéressant en revanche, une brève photothèque sur les projets d’affiche envisagées avant le choix de l’affiche définitive. Idéal pour se rendre compte qu’une affiche ne se choisit pas au hasard et passe par de nombreux tâtonnements stylistiques. Enfin, classique, la bande-annonce du film ponctue des suppléments dont on s’étonnera de la relative absence du cinéaste François Ozon qui intervient très peu pour parler d’une oeuvre sur laquelle il y avait pourtant beaucoup de choses à dire. On aurait le voir commenter pas mal de modules comme les scènes coupées, les projets d’affiche… Tout comme l’on aurait aimé un entretiens avec lui également.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.