UNE MERVEILLEUSE HISTOIRE DU TEMPS de James Marsch –
Critique – Sortie Ciné

Partagez cet article
0 votes

461500.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMondo-mètre
note 5.5 -10
Carte d’identité :
Nom : The Theory of Everything
Pères : James Marsch
Date de naissance : 2014
Majorité : 21 janvier 2015
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 2h03 / Poids : 15 M$
Genre : Drame, Biopic

Livret de famille : Eddie Redmayne (Stephen Hawking), Felicity Jones (Jane), Tom Prior (Robert), Sophie Perry (Lucy), Harry Lloyd (Brian), David Thewlis (Dennis)…

Signes particuliers : Un biopic sur l’histoire bouleversante du scientifique Stephen Hawking, esprit brillant coincé dans un corps défaillant.

UNE MERVEILLEUSE LEÇON DE VIE

LA CRITIQUE

Résumé : 1963, en Angleterre, Stephen, brillant étudiant en Cosmologie à l’Université de Cambridge, entend bien donner une réponse simple et efficace au mystère de la création de l’univers. De nouveaux horizons s’ouvrent quand il tombe amoureux d’une étudiante en art, Jane Wilde. Mais le jeune homme, alors dans la fleur de l’âge, se heurte à un diagnostic implacable : une dystrophie neuromusculaire plus connue sous le nom de maladie de Charcot va s’attaquer à ses membres, sa motricité, et son élocution, et finira par le tuer en l’espace de deux ans. Grâce à l’amour indéfectible, le courage et la résolution de Jane, qu’il épouse contre toute attente, ils entament tous les deux un nouveau combat afin de repousser l’inéluctable. Jane l’encourage à terminer son doctorat, et alors qu’ils commencent une vie de famille, Stephen, doctorat en poche va s’attaquer aux recherches sur ce qu’il a de plus précieux : le temps. Alors que son corps se dégrade, son cerveau fait reculer les frontières les plus éloignées de la physique. Ensemble, ils vont révolutionner le monde de la médecine et de la science, pour aller au-delà de ce qu’ils auraient pu imaginer : le vingt et unième siècle.une merveilleuse histoire du temps L’INTRO :

De Une Brève Histoire du temps à Une Merveilleuse Histoire du temps… Le premier est un best-seller scientifique incontournable, le second, le titre d’un film consacré à l’incroyable histoire de son auteur : le professeur Stephen Hawking. Physicien diplômé d’Oxford, Hawking fait partie des cerveaux les plus fascinants de son temps. Il était promis à un avenir brillant après un doctorat hautement remarqué lorsqu’aux débuts des années 60, il se voit diagnostiqué une terrible maladie dégénératrice. Condamné, son espérance de vie est estimée à deux ans avec au bout du tunnel, une mort certaine dans d’atroces conditions. Un futur génie mort-né ? Aujourd’hui, en 2014, Stephen Hawking est toujours en vie. Il a 72 ans, plusieurs enfants et malgré son grave handicap, sa paralysie lourde et son impossibilité de parler, il demeure une éminence dans ses domaines de prédilection, la cosmologie et la gravité quantique. Mondialement reconnu, Stephen Hawking aura fait fondamentalement avancer la science, notamment dans l’appréhension des trous noirs. Après dix ans de bataille pour tenter de monter un projet de biopic sur sa vie (pour l’instant seul un téléfilm anglais produit par la BBC avec Benedict Cumberbatch s’était penché sur cette remarquable leçon de vie et de courage), Une Merveilleuse Histoire du temps aura enfin trouvé des financements, un réalisateur en la personne de James Marsch (Shadow Dancer) et un interprète capable de prouesses avec Eddie Redmayne (My Week with Marilyn).Eddie-Redmayne-in-The-Theory-of-Everything_article_story_large

L’AVIS :

Une Merveilleuse Histoire du temps aurait pu être l’un des bijoux étoilés de cette année 2014, en plus d’un œuvre bouleversante aux allures de bolide en route pour les Oscars ou autres prestigieuses cérémonies cinématographiques. Si ce second point n’est pas totalement perdu, le premier en revanche, coince davantage. L’abnégation, la volonté de lutter contre un handicap impossible, la rage de vivre, la question du temps (ce compagnon étrange de Stephen Hawking à la fois au centre de ses travaux et curieux ennemi dont il aura déjoué les plans), et la thématique d’un cerveau brillant enfermé dans un corps défaillant, sont autant de directions qui se noient bien trop vite dans un mélo très appuyé et trop factuel où « le temps » devient finalement une composante que l’on appréhende très bien dans cette merveilleuse histoire, certes, mais trop longue. À ainsi baigner dans une histoire sur-dramatique par essence dans ses plus profondes fondations, Une Merveilleuse Histoire du temps finit par être écrasé par la chape de plomb émotionnelle coulée pardessus son sujet. Trop d’émotion finit par tuer l’émotion et le film de James Marsch devient un aperçu-résumé de la vie du grand homme au travers des morceaux (maladroitement) choisis, tombant souvent dans le piège de la redondance au lieu de rechercher une fine complétude esquissant un brillant portrait équilibré, aussi vaste et follement courageux que la vie de son sujet. x900

De là à dire que le film de James Marsch est une indigestion propice aux ulcères ? N’exagérons rien. Il est clair que le cinéaste ne fait clairement pas toujours les bons choix, que son travail manque souvent de personnalité, que sa mise en scène oscille entre un académisme figé et quelques soubresauts formels mais malheureusement répétitifs… Et si l’ensemble souffre d’un réel déséquilibre narratif, autant que d’une forme de lourdeur mécanique et didactique, on s’efforcera tout de même d’en retenir un biopic sincère et passionné, mettant en lumière une incroyable histoire de « temps ». A cet effet, le titre français est pour une fois bien judicieux, ce que l’on ne manquera pas de saluer. Porté par un fabuleux Eddie Redmayne qui confirme tout le bien que l’on pensait déjà de ce prodigieux jeune comédien, Une Merveilleuse Histoire du temps est un film plaisant mais que l’on aurait volontiers imaginé meilleur.


BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.