RIP Christopher Lee : une légende du cinéma s’est éteinte

Partagez cet article

C’était l’un des plus grands acteurs britanniques encore en activité. Un infatigable, un prolifique, un incontournable, un acteur que l’on croyait immortel. A tort. Le comédien Christopher Lee nous a quitté dimanche dernier, 07 juin, à l’âge de 93 ans. Plus de 225 films, une carrière aussi éclectique qu’immense, tour à tour acteur, producteur, chanteur, musicien ou photographe, il serait impossible de résumer Christopher Lee en quelques lignes.christopher_lee

Né à Londres en 1922, Christopher Lee débutera sa carrière à l’écran après la guerre, en 1946, alors qu’il ne savait trop quoi faire de son avenir. Il enchaînera de nombreux petits rôles, parfois même coupés au montage. On le verra dans Capitaine sans peur de Raoul Walsh (1951) ou Le Corsaire rouge de Robert Siodmak (1952). En 1957, Christopher Lee est Frankenstein. Le début de son aventure avec la Hammer. L’année suivante, il endosse le costume de Dracula (Le Cauchemar de Dracula), rôle qu’il tiendra une dizaine de fois. Christopher Lee deviendra rapidement une légende. Les années 70 seront son apogée. Le comédien joue dans quantité de films de genre, beaucoup de Dracula mais aussi quelques pépites comme le chefs d’oeuvre de Robin Hardy The Wicker Man (1973). S’il connaîtra par la suite une période de creux, le légendaire acteur hammerien reviendra à la mode à la fin des années 90 avec la stature d’un mythe (Sleepy Hollow en 1999). On le verra dans les sagas Le Seigneur des Anneaux (où il joue Saroumane) et Star Wars (Le comte Dooku) notamment.Christopher Lee

Grand échalas de 1,93 mètre, Christopher Lee souffrait de problèmes respiratoires. Cela ne l’empêchait pas de tourner encore, à fréquence très régulière malgré son grand âge. On aura l’occasion de profiter une dernière fois de son talent avec les prochains Angels in Notting Hill de Michael Pakleppa et The 11th de Xavier Nemo, son dernier rôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.