NEWS : VIRAGE À 180° POUR ROLAND EMMERICH…

Partagez cet article
0 votes

Après avoir bien tout pété la planète dans tous les sens, le cinéaste germano-américain Roland Emmerich (Independence Day, 2012) avait décidé de se poser un peu le temps d’un excellent Anonymous revenant sur la polémique de l’attribution des écrits de William Shakespeare. Puis, il s’en est retourné à ce qu’il aime : le gros cassage en règle. White House Down va sortir prochainement chez nous (4 septembre) et deux nouveaux opus d’Independence Day ont été annoncés. Mais alors que l’on pensait Emmerich définitivement abandonné à la cause de l’action, il semblerait qu’il ait décidé d’alterner un peu plus les projets, de se diversifier et à Mondociné, on estime qu’il a suffisamment de talent contrairement à ce que l’on en dit, pour croire fermement en lui.

Roland-Emmerich-developpe-une-mini-serie-basee-sur-Lawrence-d-Arabie_portrait_w532

Ainsi, Roland Emmerich aurait relancé la préparation de son projet de film à petit budget (on évoque entre 10 et 15 millions) sur les émeutes de Stonewall. Rappel des faits. En 1969, à New York et dans une Amérique baignant dans un contexte homophobe, la police avait effectué une descente dans un bar gay, le dénommé Stonewall Inn, également refuge pour sans abri au coeur du Village. Sur plusieurs jours, les lieux avaient été le théâtre de violents affrontements entre de jeunes homosexuels aidés par quelques hétérosexuels en rébellion face à ce raid et les forces de police et la brigade anti-émeute.

STONEWALL 6.jpg

Le scénario est en cours d’écriture par le nouveau venu Robin Bates, et s’attachera à l’histoire d’un SDF gay jeté hors de chez lui par ses parents et qui se retrouvera impliqué dans les émeutes. Roland Emmerich, gay lui-même que l’on sait très actif dans la défense des droits des homosexuels, s’exprime : « Je suis de plus en plus impliqué au sein du Centre Gay et Lesbien de Los Angeles et j’ai appris que 40% des jeunes SDF sont gay. Les choses n’ont pas trop changé depuis. J’ai décidé qu’il fallait en faire un film et qu’il fallait démarrer l’histoire avec un ado qui est jeté hors de chez lui et finit dans les rues du Village, devenant ami avec ces jeunes. D’une manière étrange, cela montre que c’est exactement ce qui arrive aujourd’hui. Les émeutes de Stonewall, c’était la première fois que la communauté gay a montré à la police qu’il fallait la prendre au sérieux. Et quand la police anti-émeutes est arrivée, ces jeunes ont formé un chœur et chanté : ‘Nous sommes les filles du Village, nous avons les cheveux bouclés’. C’était tellement cool. »

Le projet s’annonce très intéressant et pourrait aider Emmerich à donner une autre image de lui-même. A suivre et surtout à voir où se projet va t-il s’intercaler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.