Mondociné

MULAN de Niki Caro : la critique du film [Disney+]

Partagez cet article
Spectateurs

Carte d’identité :
Nom : Mulan
Père : Niki Caro
Date de naissance : 2019
Majorité : 04 décembre 2020
Type : sur Disney+
Nationalité : USA
Taille : 1h55 / Poids : NC
Genre : Action, Aventure

Livret de Famille : Liu Yifei, Donnie Yen, Gong Li, Jet Li, Jason Scott Lee, Yoson An, Tzi Ma…

Signes particuliers : Une adaptation « live action » de bonne facture.

 

 

MULAN PREND VIE EN LIVE ACTION

NOTRE AVIS SUR MULAN

Synopsis : Lorsque l’Empereur de Chine publie un décret stipulant qu’un homme de chaque famille du pays doit intégrer l’armée impériale pour combattre des envahisseurs venus du nord, Hua Mulan, fille ainée d’un vénérable guerrier désormais atteint par la maladie, décide de prendre sa place au combat. Se faisant passer pour un soldat du nom de Hua Jun, elle se voit mise à l’épreuve à chaque étape du processus d’apprentissage, mobilisant chaque jour un peu plus sa force intérieure pour explorer son véritable potentiel… Commence alors pour Mulan un voyage épique qui transformera la jeune fille en une guerrière aux faits d’armes héroïques, honorée par tout un peuple reconnaissant et faisant la fierté de son père.

Jamais rassasié en dollars, Disney poursuit sa campagne frénétique de revisites de ses classiques animés en films live-action. Après tout, puisque ça marche (voire le carton planétaire du Roi Lion), pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Après Aladdin, Cendrillon, Le Livre de la Jungle, Dumbo ou La Belle et la Bête et alors que viendront dans un futur proche Pinocchio, Blanche-Neige, Le Bossu de Notre-Dame ou encore Bambi (au secours !), c’est au tour de l’asiaphile Mulan de passer à la casserole de la relecture « en vrai ». Pour rappel (on sait jamais), 54eme long-métrage d’animation des studios Disney sorti en 1998, Mulan s’inspirait de la légende ultra-populaire en Chine de Hua Mulan, qui racontait comment une jeune femme s’était faite passer pour un garçon afin de partir à la guerre à la place de son père trop âgé pour se battre. Sa véritable identité serait restée un secret pendant des années. Disney avait considérablement répandu à travers le globe la notoriété de cette très ancienne légende, cela dit fortement trafiquée pour les besoins du film car la « réalité » fût bien plus tragique.

Comme toujours, l’attachement envers l’œuvre originelle aura une part conséquente dans le ressenti d’une relecture modernisée, à plus forte raison quand elle passe en live-action. Les amoureux du dessin-animé Disney s’attarderont probablement sur les nombreux petits ou moyens changements apportés à cette revisite en réel. Adieu romance, adieu le dragon rigolo Mushu, adieu les chansons de l’animé (pas plus mal cela dit), la révélation du « secret » ainsi que tout le final sont différents… En somme, il est important de séparer les deux œuvres pour mieux profiter du spectacle épique orchestré par la néo-zélandaise Niki Caro (Paï). Bien fichu malgré quelques fonds verts et SFX douteux qui peuvent parfois donner au film un aspect toc (peu aidé par le lissage Disney du genre absence totale de sang malgré des combats à l’épée bien violents), ce Mulan en prises de vues réelles fait néanmoins le job et s’impose comme une bonne adaptation/transposition, agréable à suivre et pensée comme un grand film d’aventure mettant à l’honneur la légende de Mulan.

Chorégraphies bien étudiées, mise en scène dynamique, sens du rythme et de l’efficacité, photographie splendide, direction artistique soignée, ce Mulan 2020 est non seulement très propre, mais il regorge en outre de qualités et parvient à déployer un souffle épique aventureux et majestueux qui fonctionne parfaitement d’un bout à l’autre et vient épouser les ingrédients de drame, de spectacle et d’humour qui font vivre cette histoire cousue au gros fil certes, mais néanmoins solide. Le film de Niki Caro en viendrait presque à ressembler davantage à ces grands blockbusters historiques à la chinoise, qu’à une production américaine. En témoigne d’ailleurs le festival de stars locales compilées (Gong Li, Jet Li, Jason Scott Lee, Chang Pei-Pei, Tzi Ma…) même si les codes narratifs ont vite fait de nous rappeler de quel bord du globe provient le film. Seul regret, ne pas voir un réalisateur asiatique aux commandes justement, quitte à aller au bout du truc. En tout cas, c’est peut-être cet « esprit asiatique » qui lui donne une impression de maturité différente par rapport aux live-action disneyiens traditionnels, généralement plus fades en bouche. Mulan semble animé d’un regard plus adulte, plus sérieux, rendant de fait le film plus costaud. Tout n’est pas parfait, on sait parfois qu’on baigne chez Disney et l’on se prête à rêver un jour d’une véritable adaptation de la légende de Hua Mulan telle qu’elle est décrite dans la ballade originelle (même le Mulan : la guerrière légendaire de Jingle Ma sorti en 2008 n’était pas pleinement satisfaisant car ironiquement trop influencé par les déformations Disney). Mais d’ici là, le film de Niki Caro se regarde avec plaisir et se place bien au-dessus des maigres attentes que l’on avait placées en lui. 

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux