LOVE IS STRANGE de Ira Sachs : la critique du film [Sortie DVD)

Partagez cet article
0 votes

love is strangeMondo-mètre
note 7-10
Carte d’identité :
Nom : Love is Strange
Père : Ira Sachs
Date de naissance : 2014
Majorité : 24 juin 2015
Type : Sortie DVD
(Editeur : M6 Vidéo)
Nationalité : USA
Taille : 1h34 / Poids : Budget NC
Genre : Drame, Romance

Livret de famille : Alfred Molina (George), John Lithgow (Ben), Marisa Tomei (Kate), Cheyenne Jackson (Ted), Charlie Tahan (Joey), Christian Coulson (Ian), Sebastian La Cause (Marco), Manny Perez (Roberto)…

Signes particuliers : Parce que l’amour n’a pas de barrières. Un film magnifique, tendre et délicat sur la force des sentiments.

LA COULEUR DES (VRAIS) SENTIMENTS

LA CRITIQUE

Résumé : Après 39 ans de vie commune, George et Ben décident de se marier. Mais, au retour de leur voyage de noces, George se fait subitement licencier. Du jour au lendemain, le couple n’est plus en mesure de rembourser le prêt de son appartement new yorkais. Contraints de vendre et déménager, ils vont devoir compter sur l’aide de leur famille et de leurs amis. Une nouvelle vie les éloignant l’un de l’autre, s’impose alors dans leur quotidien.248725.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx L’INTRO :

Qui est Ira Sachs ? Pour ceux qui ne le connaissent pas ou mal, Ira Sachs fait partie des meilleurs exemples de ce qu’est le véritable « cinéma indépendant américain », loin des faux films reprenant à leur compte cette étiquette alors qu’ils sont en réalité soutenus par des studios plus ou moins puissants. Cet artiste new-yorkais, gay, militant et passionné, tourne depuis 1993 et son premier court-métrage, Lady. Auteur d’une poignée de longs depuis, il n’a eu de cesse de se battre pour un cinéma artisanal, autoproduit dans la douleur mais avec la fierté d’avoir un contrôle créatif total sur ses œuvres, avec John Cassavetes comme modèle. Aujourd’hui, Sachs est de retour avec Love is Strange, une romance homosexuelle autour d’un couple de seniors. Deux choix extrêmement audacieux dans la pudibonde Amérique, qui aura valu au film un classement « R ». C’est comme ça aux États-Unis. Raconter l’histoire d’un couple homosexuel justifie à lui-seul une interdiction aux mineurs de moins de 17 ans non accompagnés d’un adulte ! Sic… Le couple en question est campé par le duo Alfred Molina et John Lithgow.love is strange D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxL’AVIS :

Romance, drame, comédie dramatique, Love is Strange est un peu au carrefour de tout cela. Mais c’est surtout un film d’une infinie tendresse, brossant un portrait de personnages magnifiquement complémentaires, avec une pudeur admirable, une sincérité émouvante et surtout une justesse de ton adorable. Avec beaucoup d’humilité et sans jamais tomber dans les ornières du moralisme ostentatoire, Love is Strange parle d’amour au-delà des barrières des sexes, de l’âge et des genres. Ce vieux couple de 40 ans d’âge décidant de se marier sur le tard, brille de mille feux au milieu de cette ode confectionnée dans la douceur. Si le résultat n’échappe pas à quelques petits défauts (un brin trop long et quelques redondances dans sa narration) et ne brille jamais par un génie bouleversant, sa maturité, sa profondeur, son élégance, son ton crépusculaire et sa navigation subtile entre les genres, en font toute la merveilleuse beauté. Lumineux de part en part et porté à bout de bras par son tandem de comédiens absolument exceptionnels, Love is Strange est un met délicat, un assemblage de petits moments de grâce bouleversants résumant la beauté et la pureté des sentiments vrais qui rendent l’existence si belle. Et une belle piqûre de rappel ici en France, vu le contexte agité autour de la stupide polémique sur le mariage gay.

love is strange

LE DVD & LES SUPPLÉMENTS

C’est une petite sortie DVD que Love is Strange. Pourtant, M6 Vidéo prouve encore une fois que ce n’est pas une raison valable pour la traiter pardessus la jambe. A l’image du film, c’est avec douceur et élégance que l’on pénètre dans l’univers du film de Ira Sachs par un menu tout en délicatesse. Si le film n’affiche pas une qualité optimale (ce n’est qu’un DVD malheureusement, pas un Blu-ray, et la différence se fait sentir au niveau de la netteté), on se rattrapera avec la présence d’un beau making of en guise de supplément. Durant 22 minutes, le cinéaste Ira Sachs nous parle de ce film de la maturité, film « de la cinquantaine » qui observe l’amour sous un regard différent, plus calme, plus beau, plus serein. De nombreuses images du tournage montre la complicité qui régnait entre les comédiens John Lithgow et Alfred Molina sur un plateau plutôt rieur. Des comédiens qui interviennent pour parler du film, de leur choix de participer à cette aventure indépendante, de la façon de travailler d’Ira Sachs, de l’histoire et sa profondeur. Les producteurs, Marisa Tomei, Sebastien la Cause, Darren Burrows, ou encore Charlie Tahan (adolescent d’une étonnante maturité) complètent ces interventions et ce making of très pertinent où tout le monde s’adore.

BANDE-ANNONCE :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.