LES 3 FRÈRES, LE RETOUR des Inconnus
En salles – critique (comédie)

Partagez cet article

068920.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMondo-mètre :
note 5
Carte d’identité :
Nom : Les 3 Frères, le retour
Pères : Didier Bourdon, Pascal Légitimus, Bernard Campan
Livret de famille : Didier Bourdon (Didier Latour), Pascal Légitimus (Pascal Latour), Bernard Campan (Bernard Latour), Sofia Lesaffre (Sarah), Daniel Russo (beau-père de Mickaël), Antoine du Merle (Mickaël), Christian Hecq (huissier), Biyouna…
Date de naissance : 2013
Majorité au : 12 février 2014
Nationalité : France
Taille : 1h46
Poids : 10 millions €

Signes particuliers (+) : Loin d’être le désastre redouté en mode Les Bronzés 3, ce retour des Inconnus distille quelques moments savoureux entre références à l’original ou à leur oeuvre comique et surtout gags bien sentis voire hilarants. Probablement parce que l’on en attendait le pire, on en ressort presque rassurés et dans tous les cas, amusés.

Signes particuliers (-) : Un regard plus objectif que le soulagement de ne pas se retrouver confrontés à une purge imbitable, nous fait prendre conscience que globalement, cette suite est trop moyenne pour convaincre pleinement. Parfois exaspérante, souvent poussive, voire lointainement pathétique sans l’être vraiment, elle prend des allures de téléfilm au souffle court, contrariée par un script et une mise en scène à la peine.

 

LE RETOUR QUI FAIT PEUR

LA CRITIQUE

Résumé : 15 ans après leurs exploits, les frères Latour sont de nouveau réunis par leur défunte mère. Ils ne sont pas vu depuis longtemps, chacun a évolué de son côté, leur retrouvailles va faire exploser une fois de plus leurs vies respectives…

003975.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx
L’INTRO :
Presque 20 ans après les exploits comiques des semi-frangins Latour dans ce qui restera comme l’une des meilleures comédies des années 90, le trio des Inconnus se reforme enfin pour s’offrir un retour au cinéma avec la suite des aventures des célèbres Trois Frères. Un comeback longuement réfléchi et préparé, sachant que « la troupe » au grand complet ne s’est plus réunie depuis 2001 et Les Rois Mages et qu’elle se sait attendue au tournant, leur humour détonnant emblématique d’une décennie ayant réussi la prouesse de traverser les années au point d’être encore à la mode. On a voulu y croire à ce retour tardif, malgré un trio qui n’a plus la fraîcheur d’antan, malgré les affiches, teasers et bande-annonce qui chantonnaient un doux refrain rétro-poussiéreux accompagné d’un parfum de naphtaline périmée, malgré le fait qu’ils s’attaquent à une œuvre culte. D’autant que l’on ne peut s’empêcher d’éprouver une forme de crainte vis-à-vis de ces retours attendus « des années et des années plus tard » et que nombre de précédents à échec existent en la matière. Et bien……. suspens de circonstance…. le sobrement intitulé Les 3 Frères, le retour ne souffre pas du syndrome Les Bronzés 3 et c’est déjà une sacré bonne nouvelle !
031008.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx
L’AVIS :
Moins catastrophique que redouté, Les 3 Frères, le retour n’égale certainement pas son illustre prédécesseur mais force est de constater que le trio des Inconnus limite la casse avec une comédie inégale et truffée d’imperfections mais qui réussit à amuser par à-coups, évitant au passage un écueil pourtant traditionnel du genre en France : tout n’est pas dans la bande-annonce ! Au contraire même. Il faut qu’elle se posait là en terme de nullité. Pourtant, les premières minutes faisaient craindre ce pire tourbillonnant comme une épée de Damoclès. Pas un sourire, un tout au plus, durant le prologue pré-retrouvailles, là où le premier brillait par une entame d’emblée hilarante. La confirmation que ce retour s’annonce douloureux et pathétique façon celui du Splendid en 2005 ? Heureusement, non. Même si le film marche sur les plates bandes de son modèle en réchauffant sa mécanique et une bonne partie de ses gags voire dialogues (on a droit à la totale, huissier, engueulades aux propos similaires, rejeton sortant de nulle part, prise de drogue, dîner catastrophe, passage sur un plateau télé, le beau-père raciste…), tout cela se fait davantage dans un esprit référentiel que recycleur, allant jusqu’à quelques clins d’œil amusés et savoureux à certains sketches cultes de la troupe.

552567.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

On ne va pas se mentir, Les 3 Frères, le retour est dans son ensemble poussif et très moyen, avec son trio de comédiens qui cabotinent à essayer de réveiller la nostalgie du premier tout en lui associant une touche de « modernité » malheureusement déjà dépassée dans son humour cherchant à atteindre une nouvelle génération qui n’a pas forcément grandi avec leurs sketches et leurs films mais qui pour beaucoup les connaissent sur le bout des doigts grâce à la magie d’internet. Le film cumule les défauts symptomatiques lui conférant par moments une forme de ridicule gênant que gomment quelques sursauts humoristiques parfois jubilatoires. Tels de vieux clowns tristes qui ressassent un répertoire fané, les Inconnus ont probablement trop attendus. Les 3 Frères, le retour aurait pu avoir une légitimité à l’époque du succès du premier voire une fois leurs démêlés avec leur ex-producteur Paul Lederman classés, mais aujourd’hui… Comique forcé, impression de malaise, caricature lourdingue, humour souvent pataud, régulièrement en décalage avec son temps, on est fréquemment attristé devant une brochette usée flirtant avec le pathétiquement has been et qui vit surtout dans notre souvenir. Les carences évidentes dans la gestion du rythme et les nombreuses maladresses d’écriture ne font qu’accentuer ses envies contrariées de trouver un souffle nouveau à l’haleine fraîche.

530481.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Mais peut-être parce que justement l’on en attendait le pire, finalement Les 3 Frères, le retour parvient à se sortir de son ornière épineuse. Et de vaguement rééquilibrer la balance. Malgré sa facture narrative et visuelle téléfilmée (ce que n’arrange pas la présence de plusieurs acteurs sortis de Plus Belle la Vie), ce revival finit par attendrir avec roublardise lorsque l’on se surprend à rire. Et pas qu’une fois. Dans le marasme de son scénario essoufflé et boursoufflé aux trous d’air béants et tenu par d’ex trublions de la scène comique qui n’en sont plus vraiment aujourd’hui, ressort une petite brochette de gags bien sentis et efficaces qui amèneraient presque à penser qu’un film moyen des Inconnus est déjà au-dessus de 80% de la production française du genre. Certes, cette suite est parfois exaspérante, comme dans sa façon de mépriser ses seconds rôles ou d’appuyer sur la pédale quand elle vrille du côté de l’humour wesh wesh ridicule (ce qui ne rend d’ailleurs pas toujours justice à la mignonne Sofia Lesaffre qui a sûrement une marge de progression mais affiche déjà talent, émotion, fraîcheur et gaieté débordante), certes globalement le film n’est pas vraiment bon dans une optique purement objective, mais au moins il ne déçoit pas voire mieux, il amuse, en ce sens qu’il n’est pas le désastre prédit. La nostalgie le fait plus ou moins tenir debout à défaut d’une réussite qui n’est pas au rendez-vous. C’est déjà ça de pris et c’est un vrai mi-mi, un vrai ra-ra, un vrai… mi-racle !

Bande-annonce :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.