FATIMA de Philippe Faucon : la critique du film
Sortie DVD

Partagez cet article

Fatima_DVDMondo-mètre
note 4 -5
Carte d’identité :
Nom : Fatima
Père : Philippe Faucon
Date de naissance : 2015
Majorité : 1er mars 2016
(Editeur : Pyramide)
Type : Sortie DVD
Nationalité : France
Taille : 1h14 / Poids : NC
Genre : Drame

Livret de famille : Soria Zeroual, Zita Hanrot, Kenza Noah Aïche, Chawki Amari…

Signes particuliers : Le grand vainqueur des derniers César.

UNE LUEUR DANS LES TÉNÈBRES

LA CRITIQUE

Résumé : Fatima vit seule avec ses deux filles : Souad, 15 ans, adolescente en révolte, et Nesrine, 18 ans, qui commence des études de médecine. Fatima maîtrise mal le français et le vit comme une frustration dans ses rapports quotidiens avec ses filles. Toutes deux sont sa fierté, son moteur, son inquiétude aussi. Afin de leur offrir le meilleur avenir possible, Fatima travaille comme femme de ménage avec des horaires décalés. Un jour, elle chute dans un escalier. En arrêt de travail, Fatima se met à écrire en arabe ce qu’il ne lui a pas été possible de dire jusque-là en français à ses filles.Fatima_Film_3L’INTRO :

La belle histoire de Fatima aura commencé avec la découverte d’un recueil de poèmes et de pensées écrit par Fatima Elayoubi (Prière à la Lune), une mère de famille maghrébine qui a immigré en France avec mari et enfants dans sa jeunesse, sans parler ni écrire le français. Un recueil devenu plus tard un scénario grâce au réalisateur Philippe Faucon (Dans la Vie, La Désintégration) puis un film-phénomène, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, lauréat du Prix Louis-Delluc et enfin, grand vainqueur des derniers César du cinéma, où il raflé les prix du Meilleur Film, de la Meilleure Adaptation et enfin du Meilleur Espoir Féminin pour la jeune comédienne Zita Hanrot.Fatima_Film_2L’AVIS :

On aura pu lire ça et là que le César décerné à Fatima était davantage d’ordre politique compte tenu de ses thématiques sur l’intégration (un sujet cher à son auteur Philippe Faucon et qui aura jalonné toute sa carrière cinématographique) alors que la France traverse une passe difficile associée à un climat social compliqué. Quand bien même cela pourrait être vrai, reste que Fatima est un petit film magnifique sur l’apparence, doublé d’une très belle et grande œuvre de cinéma sur le fond. Un film surtout sincère, profondément tendre et humaniste, dont la délicatesse vient frapper directement au cœur alors que sa justesse permanente sublime chacune de ses minutes passées en compagnie de cette touchante « Fatima », ses deux filles et sa vie difficile entre joies et peines, courage et désarroi.Fatima_Film_1Avec Fatima, Philippe Faucon dresse un portrait poignant et pertinent de l’immigration d’hier et d’aujourd’hui, évoquant non seulement les difficultés d’intégration, mais aussi le regard porté sur celle-ci, la double-culture, le fossé générationnel entre ces parents venus en France et ces enfants qui y sont nés, le racisme ordinaire, la violence sourde, questionnant aussi l’identité ou l’humain au centre des problèmes… Sans jamais tomber dans l’effort thésard démonstratif ni basculer dans la naïveté cajoleuse, pas plus que dans le misérabilisme étouffant, Fatima brille par son authenticité, illustrée par une mise en scène autant capable de se montrer épurée dans une optique documentaire, que capable de laisser filtrer de vrais moments de cinéma forts, réalistes et poétiques. D’une sensibilité rare, qui ne fait qu’en anoblir la démarche, Fatima fait l’effet d’une bouffée d’oxygène dans le climat actuel parfois délétère, et approche son sujet avec un naturel lumineux dont on ne pourra que louer l’immense intelligence. Subtile analyse sociale qui décuple son crédit en ne cherchant jamais à asséner frontalement son propos politique, préférant le laisser se dessiner de lui-même en toile de fond avec discrétion, le long-métrage de Philippe Faucon est tout simplement une ode tour à tour drôle ou tragique, à une modeste « héroïne » du quotidien, incarnée par une fabuleuse Soria Zeroual, comédienne non-professionnelle qui illumine cette chronique familiale par son naturel refusant le « jeu d’actrice » affiché pour privilégier la simplicité du « vrai ». Bouleversant et universel, Fatima a quitté les sentiers de la petite œuvre de l’ombre pour s’inviter dans la lumière, et c’est mérité tant le film fait preuve de grandeur d’âme tout au long de cette courte balade humaine d’à peine 1h15. Une œuvre merveilleuse et importante.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.