Mondociné

TIRAILLEURS de Mathieu Vadepied : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs


Nom : Tirailleurs
Père : Mathieu Vadepied
Date de naissance : 2021
Majorité : 04 janvier 2023
Type : sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h40/ Poids : 10 M€
Genre : Drame, Guerre

Livret de Famille : Omar SyAlassane DiongJonas Bloquet…

Signes particuliers : Un film mal assis, le cul entre deux chaises. 

Synopsis : 1917. Bakary Diallo s’enrôle dans l’armée française pour rejoindre Thierno, son fils de 17 ans, qui a été recruté de force. Envoyés sur le front, père et fils vont devoir affronter la guerre ensemble. Galvanisé par la fougue de son officier qui veut le conduire au cœur de la bataille, Thierno va s’affranchir et apprendre à devenir un homme, tandis que Bakary va tout faire pour l’arracher aux combats et le ramener sain et sauf.

JAMAIS SANS MON FILS

NOTRE AVIS SUR TIRAILLEURS

Le très populaire Omar Sy s’est montré très investi pour accompagner et défendre Tirailleurs, son nouveau film. Normal, plus qu’une simple tête d’affiche, il en est un coproducteur convaincu. Loin des pirouettes netflixiennes d’Arsène Lupin ou des gentilles comédies françaises où il affiche son sourire généreux, Tirailleurs était l’occasion pour lui de se confronter au drame et de parler de ses origines Peul via l’histoire des fameux tirailleurs sénégalais (et autres), ces hommes qui ont été enrôlés de force par une armée française ayant pioché sans vergogne dans ses colonies africaines pour étoffer ses rangs durant la Première Guerre Mondiale. Depuis plus de dix ans, Omar Sy accompagne l’élaboration du projet, réalisé par Mathieu Vadepied (que l’acteur connaît depuis Intouchables dont il était le directeur de la photographie). Tirailleurs raconte l’histoire d’un père qui s’engage auprès des tirailleurs sénégalais afin de suivre et sauver son fils enrôlé de force. Pour le fils, la guerre va être l’occasion de s’affirmer en tant qu’homme. Pour le père, seule compte l’idée de le protéger et de le ramener sain et sauf. Deux façons de vivre la guerre vont se confronter.
Il y a le film et ce qu’il représente. Deux choses bien différentes. Ce qu’il représente, c’est un témoignage historique intéressant. Nombreux ont été les films sur la Première Guerre Mondiale. Rares en revanche ont été ceux ayant évoqué l’histoire tragique des tirailleurs sénégalais, arrachés violemment à leurs terres, enrôlés de force sans forcément comprendre ce qu’on leur disait, et balancés à des milliers de kilomètres de là, comme chair à canon dans un conflit qui ne les concernait même pas. Pour le devoir de mémoire, pour le devoir d’Histoire, Tirailleurs est intéressant. D’autant qu’il s’astreint à un vrai travail d’authenticité, jusqu’à employer principalement la langue Peul tout au long du métrage. Au-delà du caractère historique, le film résonne aujourd’hui alors que la montée des idéologies nationalistes sur fond de xénophobie se fait de plus en plus ressentir. Il est important de ne pas oublier certaines zones sombres de l’Histoire française au moment de juger l’immigration avec dédain.

Pour ce qu’il incarne, Tirailleurs a du mérite. Pour ceux qui l’incarnent aussi. Particulièrement un Omar Sy loin de son personnage gouailleur-charmeur. Tout en retenue et en humilité, l’acteur une prestation intérieure, à l’admirable et touchante sobriété. En revanche, au-delà de l’exercice de fond, il y a la forme, moins mémorable. En tant que pur film de cinéma, Tirailleurs pèche sur trop de points pour convaincre et s’imposer comme une réussite. D’abord l’écriture, très fonctionnelle, très didactique, très programmatique. Si Vadepied évite au moins le schématique en nuançant certains de ses personnages, il ne parvient pas en revanche à dominer la linéarité de son entreprise, qui de surcroît semble sans cesse assise le cul entre deux chaises. Odyssée épique ou drame intimiste, choix radicaux ou classicisme facilitant le pont vers grand public, Tirailleurs a du mal à choisir quelle méthodologie il veut employer, et à vouloir jouer sur tous les tableaux, il finit par s’investir de rien. Respectable du haut de son honnêteté non questionnable, Tirailleurs est un film bien fait (photo, musique, mise en scène) mais qui manque d’une touche de génie, et clairement de budget. C’est propre mais jamais brillant car si la pédagogie touche au but, la puissance cinématographique, elle, passe à côté de la cible. Tirailleurs peine à générer un réel soulèvement émotionnel car le mariage entre l’intime et l’emphase n’opère pas. Dans l’intime, ses personnages se noient dans la généralité. Dans l’emphase, il n’a pas la puissance d’une fresque où l’humain traverse l’horreur de la guerre. Tout l’inverse d’un Il Faut Sauver le Soldat Ryan par exemple. Mais comme évoqué, on ne joue clairement pas avec les mêmes ressources et budgets.

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux