TERMINATOR 2 3D de James Cameron : Que vaut la version restaurée 3D ?
sortie cinéma

Partagez cet article
2 votes

Carte d’identité :
Nom : Terminator 2
Père : James Cameron
Date de naissance : 1991
Majorité : 14 septembre 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 2h15 / Poids : NC
Genre : SF

Livret de famille : Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton, Edward Furlong, Robert Patrick…

Synopsis : En 2029, après leur échec pour éliminer Sarah Connor, les robots de Skynet programment un nouveau Terminator, le T-1000, pour retourner dans le passé et éliminer son fils John Connor, futur leader de la résistance humaine. Ce dernier programme un autre cyborg, le T-800, et l’envoie également en 1995, pour le protéger. Une seule question déterminera le sort de l’humanité : laquelle des deux machines trouvera John la première ? 

C’est drôle, en tapant les premières lignes de cet article, on se rend compte que l’on peut jouer l’intro de la musique de Terminator avec son clavier d’ordinateur. Il suffit juste de tapoter sur la barre « espace » en rythme. Bref.

1991, James Cameron révolutionnait le cinéma de science-fiction avec Terminator 2, chef d’œuvre du genre aux effets spéciaux révolutionnaires. Mais si ce n’était que ça. Voir et revoir Terminator 2, c’est s’extasier avec toujours le même plaisir cinéphile, devant une mise en scène démente, devant une gestion du rythme à la métronomie virtuose, devant une perfection du montage et de la photographie hallucinante. Avec Terminator 2, James Cameron prouvait encore une fois qu’il avait tout compris quant à la manière de conduire un blockbuster entre efficacité et intelligence de l’approche. 26 ans plus tard, Le Jugement Dernier fait peau neuve et revient sur grand écran dans une version entièrement restaurée en 4k, retravaillée en 3D, et prévue pour une distribution en Imax. Orgasme en approche…

On avait particulièrement été séduit par la qualité de la 3D appliquée à Titanic il y a cinq ans, et logiquement, on espérait retrouver ce même surplus d’immersion sur Terminator 2. Même si le colosse pèse son poids, on espérait avoir littéralement Schwarzenegger sur nos genoux et le T-1000 sur notre dos, dans ce qui aurait l’expérience ciné la plus jubilatoire de l’année 2017. Malheureusement, le tour de force en restera au coup de bluff. On ne va pas se mentir, le passage en 3D de Terminator 2 n’est pas un grand succès. Si la conversion apporte un peu de profondeur de champ, donnant un lointain soupçon de relief à la formidable mise en scène de Cameron, l’effet n’ira pas plus loin et se révèle finalement assez inutile. En revanche, la qualité de l’image de cette version restaurée impressionne et autant dire que c’est plutôt sa redécouverte en Imax qui apportera aux fans, la jubilation espérée. Car en définitive, 3D décevante ou pas, l’intérêt de cette ressortie est surtout de pouvoir revoir le film culte sur un écran géant. Et comme on ne s’en lasse pas, ça fait quand même des petits picotements dans le ventre.


Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.