Mondociné

NOPE de Jordan Peele : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

Carte d’identité :
Nom : Nope
Père : Jordan Peele
Date de naissance : 2020
Majorité : 10 août 2022
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 2h10 / Poids : NC
Genre : Horreur, Thriller

Livret de famille : Daniel KaluuyaKeke PalmerSteven Yeun

Signes particuliers : Deux heures de souffrance.

Synopsis : Les habitants d’une vallée perdue du fin fond de la Californie sont témoins d’une découverte terrifiante à caractère surnaturel.

 

 

TOUT EST DANS LE TITRE

LA CRITIQUE DE NOPE

 Gros génie du néo-cinéma américain de genre ou petit malin au talent très surestimé, le cas Jordan Peele n’en finit plus de diviser depuis son premier film, le thriller horrifique à succès Get Out. Peele ou Face. Les uns vantent sa capacité à mêler divertissement de genre, esthétisme et messages politiques forts, les autres ne voient en lui qu’une « arnaque » faussement brillante et incapable d’être à la hauteur de ses concepts et de ses propos souvent grossièrement orchestrés. Et ce n’est certainement pas son « ambitieux » Nope qui va arranger les choses, bien au contraire. Thriller SF aux allures de (très) long épisode de la Twilight Zone, Nope met aux prises un frère et une sœur avec un mystérieux ovni qui rôde autour de leur ranch où ils dressent des chevaux pour les besoins du cinéma. Avec au milieu, un chimpanzé meurtrier, un parc à thème, un installateur de matos électronique et un chef opérateur perché.
Et c’est parti pour deux heures de souffrance absolue où la médiocrité de l’écriture n’a d’égale que la nullité d’une construction absconse, le pompon du merdique revenant au rythme (absent pour cause de en vacances prolongées) et aux personnages foutrement mal plantés et exploités. Sous couvert d’une métaphore bedonnante sur le méchant Hollywood qui aspire tout (les images, l’entertainment, les spectateurs, l’argent), Jordan Peele signe un thriller de science-fiction parmi les films les plus chiants et pompeux de l’année. Boursouflure géante qui se croit maligne (et qui a manifestement berné une bonne partie de la critique fort crédule quant à l’intelligence supposée de Peele), Nope est un pur navet qui se veut être un blockbuster d’auteur mais où tout n’est que ridicule, fausse modestie et trop-plein d’idées mal malaxées. On peut lui reconnaître d’avoir des choses à dire (ici sur l’industrie hollywoodienne donc, son fonctionnement, son idéologie, son cynisme, sa manière d’utiliser les animaux) mais vouloir mouler une métaphore dans un spectacle haletant, c’est bien… encore faut-il assurer ledit spectacle ! Sauf que Jordan Peele assomme avec son thriller neurasthénique aussi vif que son héros, un Daniel Keluuya passif en mode deux de tension, trois de pression, dont l’insupportable mollesse est équivalente à celle d’un chewing-gum trop mâché. Deux heures d’un ovni aux allures de drap gonflable qui apparaît et disparaît, c’est tout ce qui porte cette parabole moche (seule la photo est à sauver) et idiote (Hollywood c’est caca… mais bon, j’en ai quand même besoin pour faire mes films).

On évoque ci et là les références nombreuses. Le cinéma de Spielberg en tête, de Tarantino aussi. Oui, mais eux savent raconter, savent rythmer (Dieu que c’est loooooong), savent équilibrer leurs films. Autant de choses qui font défaut dans ce pseudo pensum grotesque, jamais palpitant et encore moins angoissant, dans lequel Jordan Peele ouvre de nombreuses pistes sans jamais vraiment les explorer (ou mieux, en faire quelque chose d’utile et de pertinent). Après Get Out et Us, Nope est probablement sa plus belle arnaque, du sous Shyamalan (Signes était vachement plus sympa) qui se croit très intelligent alors qu’il n’est qu’un repoussoir anti-cinématographique au possible au sein duquel plein de choses se mêlent avec aux commandes, un Peele en mode bidouilleur qui pétrit sa pâte pendant mille ans pour ensuite l’abandonner dans le frigo.

 

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

2 thoughts on “NOPE de Jordan Peele : la critique du film

  1. Affreux
    On s attend pas a une telle atrocité
    Les héros d Independence Day ont du pleuré de rire quand on voit la façon de laquelle est extermine cette chose indéfinissable extraterrestre

    1. 2h dix d’un spectacle fastidieux , sans fil conducteur, situations abracadabrantes, de personnages insignifiants et de mauvais acteurs avec un animal extraterrestre drapé et ridicule qui recrache tout ce qui est indigeste (dommage l’idée était excellente du predateur) voilà j’ai gaspillé des sous!!