FIRESTORM de Alan Yuen : la critique du film [Sortie Blu-ray/DVD]

Partagez cet article

Firestome Blu-rayMondo-mètre :
note 5 -10
Carte d’identité :
Nom : Firestorm
Pères : Alan Yuen
Date de naissance : 2013
Majorité : 08 septembre 2015
Type : Sortie Blu-ray/DVD
(Editeur : Metropolitan Films)
Nationalité : Hong Kong
Taille : 1h58 / Poids : 20 M€
Genre : Policier, Action

Livret de famille : Andy Lau (Inspecteur Lui), Ray Lui (Frère Pa), Hu Jun (Cao Nam), Yao Chen (Yan Bing), Ka Tung Lam (Tou Sing Bong), Michael Wong (Chef Soi)…

Signes particuliers : Un policier d’action aux scènes démentielles encore jamais vues, citait fièrement la jaquette DVD. 

FLICS OU VOYOUS

LA CRITIQUE

Résumé : Alors qu’une tempête s’approche dangereusement du centre-ville, les forces de l’ordre sont confrontées à la plus grande vague de hold-up de leur histoire. Équipés d’armes lourdes, une bande de criminels enchaîne les braquages violents, terrorisant la population et provoquant de sérieux dérapages au sein de la police prête à tout pour les neutraliser. Bientôt, l’affrontement entre les équipes d’intervention et les gangsters tourne à la guerre urbaine semant partout chaos et destruction…firestorm1L’INTRO :

Le « match de la réputation » continue entre Hong Kong et la Corée du Sud. Pendant longtemps, le premier tenait fièrement la corde dans le créneau du policier d’action à la sauce asiatique, avec des films décapants, à la fois ultra-spectaculaires, inventifs, nerveux, solides, parfois sombres, souvent virtuoses. On se souvient encore des glorieuses années 80-90 où le polar HK était une référence mondiale. Mais après la rétrocession de la péninsule à la Chine, le genre, à l’image de toute la cinématographie hongkongaise, a commencé à décliner. Quelques pépites auront encore illuminé la fin des nineties et première moitié des années 2000, mais la montée en puissance du cinéma de la Corée voisine a commencé à faire de plus en plus d’ombre… avant que les courbes ne s’inversent. Aujourd’hui, le cinéma hongkongais est à la peine, cherchant sans cesse un nouveau souffle sous l’impulsion d’une nouvelle garde de cinéastes, et d’anciens plus confirmés (Johnnie To, Ringo Lam, Benny Chan ou Dante Lam) qui essaient de porter au cœur de l’industrie HK, quelques coups d’électrochocs sans grand succès. A l’opposé, la Corée du Sud est en pleine réussite. Sa diversité fascine, ses blockbusters pulvérisent souvent les rétines, et on redemande inlassablement. Pourtant, à chaque fois que Hong Kong se rappelle à notre bon souvenir, on veut y croire. A chaque fois que Hong Kong lâche un nouveau gros film d’action promettant monts et merveille, on trépigne. Firestorm est le quatrième long-métrage d’Alan Yuen, réalisateur de deux films en 1994 (Touches of Love et Let’s Go Slam Dunk), puis de Princess D en 2002, et maintenant de ce nouvel actioner policier emmené par la superstar Andy Lau. Tourné en 2013, Firestorm a mis deux ans à venir chez nous en DTV. Opposant une unité de police à un gang de braqueurs ingénieux et sans pitié, le film d’un Alan Yuen qui connaît un peu le genre pour avoir scénarisé le New Police Story de l’ami Jackie Chan, annonçait des scènes d’action comme on en avait jamais vu et un spectacle dantesque. Challenge gagné ?firestorm11afL’AVIS :

Dans la veine des gros films de flics vs des gangsters lourdement armés façon Heat ou The Town, Firestorm essaie de proposer des choses intéressantes et surtout, s’efforce d’afficher une grosse débauche d’énergie pour assurer le spectacle avec une générosité sans faille. Les scènes d’action (le grand argument marketing) y sont, force est de le reconnaître, foutrement efficaces, à l’image de fusillades dantesques, de courses-poursuites haletantes, de bastons qui dépotent et autres explosions gigantesques. Appliqué à distraire le spectateur sans lui laissait de répit, Firestorm fait le job. Dommage qu’il n’en fasse pas un poil plus, et c’est bien ce qu’on lui reprochera.firestorm_fung_bo_andy_lau_gordon_lam_-_h_2013Contrairement au cinéma coréen, Firestorm oublie de s’appliquer aussi bien sur son scénario, qu’il ne le fait sur ses velléités de divertissement bourrin. La recherche permanente du rythme, du rythme et du rythme, vient égratigner un script déjà pas dès plus fins et savoureux, et ce seront la fluidité, la conduite narrative et la crédibilité qui en souffriront les premiers. Expédiant ses ressorts dramatiques en deux-trois coups de cuillère à pot pour se focaliser sur la vitesse d’exécution et la multiplication des scènes d’action, on navigue dans le fumeux, dans les raccourcis, dans l’improbabilité générale, à tel point que l’on en vient à croire que l’on a pas tout compris à l’histoire, là où en réalité, il n’y a strictement rien à comprendre. Ce que l’on prend pour de la confusion en est bel et bien. Rien ne tient fondamentalement debout, mais le métrage d’Alan Yuen semble s’en ficher pas mal, considérant que ses visées sont ailleurs. Et finalement Firestorm d’être emblématique du pourquoi le cinéma coréen reste au-dessus du cinéma hongkongais moderne. Les deux essaient de se révéler généreux mais l’un a l’intelligence de travailler ses histoires, là où l’autre continue de proposer des spectacles sympathiques mais peu qualitatifs.firestorm_2Passé ce triste état de fait, on pourra néanmoins apprécier à sa modeste valeur, cette salve d’action massive en acceptant cette faiblesse récurrente. Firestorm n’ennuie pas, Firestorm fait le show, Firestorm amuse. Il n’irait pas plus loin, et c’est bien dommage car le potentiel était là malgré le déjà-vu narratif, mais il balance au moins ses 20 millions de dollars de budget à l’écran en terminant par un morceau de bravoure final explosif.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.