Mondociné

ADORABLES de Solange Cicurel : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Adorables
Mère : Solange Cicurel
Date de naissance : 2019
Majorité : 22 juillet 2020
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h30 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille : Elsa Zylberstein, Lucien Jean-Baptiste, Ioni Matos, Hélène Vincent…

Signes particuliers : Une nouvelle comédie française pas drôle va nous tomber sur le coin de la gueule. Heureusement, Adorables sort au milieu de l’été pendant que les gens sont en vacances.

LA GUERRE DES ROSES VERSION MÈRE-FILLE

NOTRE AVIS SUR ADORABLES

Synopsis : Emma et Victor sont les parents de Lila. Alors qu’elle fête ses 14 ans, Lila commence sa crise d’ado et passe d’une enfant parfaite à une adolescente insupportable. Victor tente d’apaiser les tensions mais entre mère et fille, la guerre est déclarée ! Tous les coups sont permis et plus question d’être adorables…

Elsa Zylberstein aux prises avec son ado récalcitrante et Lucien Jean-Baptiste en ex-mari qui essaie d’apaiser les tensions. C’est grosso merdo le programme promis par Adorables, premier long-métrage de la réalisatrice belge Solange Cicurel. Une comédie bien sûr, sur une famille au bord de la crise de nerfs.

2020, les crises d’ados continuent d’inspirer le cinéma. Enfin, quand le cinéma veut bien être « inspiré » bien sûr. Ce qui malheureusement n’est pas trop le cas avec Adorables, film aussi plat que le pays d’origine de son auteure. On aurait voulu y voir à minima une petite comédie inoffensive mais même ça, Solange Cicurel nous le refuse, par manque de folie et d’ambition. Sans parler de l’agacement profond que la cinéaste déclenche par la terrifiante mollesse qui étreint son film englué dans une torpeur désespérante, tant dans l’écriture que dans sa mise en scène ou sa direction d’acteurs (bienvenue au festival international du cabotinage). Adorables a beau essayer d’être drôle, il ne l’est que par infime intermittence, comme s’il avait à cœur de se retenir d’être bien. Solange Cicurel reste sur le plancher des vaches et ne va jamais très loin dans le déjanté, perdant ainsi le sillage d’une Guerre des Roses version mère-fille, film qu’elle évoque comme éventuelle inspiration. A côté de cette sagesse plan-plan, il y a la facture, celle d’un petit téléfilm totalement dénué de cinéma. On se retrouve au final avec une distraction bien trop modeste pour marquer ne serait-ce que dix minutes. Restent quelques passages, certains sympathiques d’autres plus émouvant (voire caressant de loin le ton du drame) mais c’est bien maigre. Il serait temps que la comédie française arrête son régime ultra-diététique et prenne un peu d’épaisseur car ça commence à bien faire les comédies aussi savoureuse que du chou-fleur bouilli.

BANDE-ANNONCE :

Par Francis le belge
(Riez pas, je m’appelle vraiment Francis et je suis vraiment belge)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux