WALL CINÉ PICTURES n°37 : trois idées de films à voir ou à revoir
Samedi Ciné-Club

Partagez cet article

37ème numéro du Wall Ciné Pictures, notre rendez-vous « ciné-club » du samedi. Au programme de cette nouvelle escale dans l’histoire du cinéma, Coluche de la comédie au drame, les années Selznick d’Hitchcock et l’ultime film du grand Fred Wilhem Murnau.

———————————————————

COFFRET COLUCHE
De Claude Zidi, Bertrand Blier, Claude Berri (1980-83)
Genre : Comédie, Drame – France
Avec : Coluche…
Sortie le 22 novembre 2017

Coluche a laissé une trace indélébile dans la mémoire collective de tous les français. Une trace qui s’est inscrite à la fois dans l’humour avec ses innombrables sketches inoubliables, à la télévision avec ses interventions souvent hilarantes, dans la société avec la création des indispensables Restos du Coeur et enfin au cinéma, avec une série de films tous plus cultes les uns que les autres. Dans le cadre de sa campagne de restauration de classiques patrimoniaux, Pathé s’est penché sur le cas du mythe Coluche. Pour les fêtes de Noël qui approchent, l’éditeur-distributeur propose un beau coffret réunissant 5 films de l’artiste aux multiples talents. Si l’on se souvient surtout de Coluche comme un génie du rire, le comédien avait su prouver qu’il était capable d’autres choses avec Tchao Pantin, drame sombre, bouleversant et profondément mélancolique réalisé par Claude Berri en 1983 où Coluche interprétait un pompiste alcoolique qui va se lier d’amitié avec un jeune délinquant (Richard Anconina). Un chef d’œuvre qui lui vaudra le César du Meilleur Acteur. Restauré fin 2016, Tchao Pantin est sans aucun doute le meilleur film de ce beau coffret, le seul drame aussi. A ses côtés, Pathé propose également trois autres longs-métrages restaurés, le mémorable La Femme de mon pote de Bertrand Blier, le délirant Banzai et le médiocre Inspecteur la Bavure. Le très moyen Deux Heures Moins le Quart avant Jésus Christ de Jean Yanne complète ce coffret 5 films dédié à Coluche. Dans l’ensemble, on n’est pas face à des chefs d’œuvre, autant se l’avouer. Mis à part Tchao Pantin, le reste est composé de comédies assez faibles mis à part l’étrange La Femme de mon Pote, tourné dans des conditions compliquées. Le casting devait réunir Coluche, Miou-Miou et Patrick Dewaere mais le suicide de ce dernier a bouleversé les plans initiaux. Miou-Miou s’est retirée, Isabelle Huppert l’a remplacée. Thierry Lhermitte a repris le rôle de Dewaere, mais le tournage fut difficile et les relations tendues. Le résultat est honorable mais sans plus. En tout cas, pour les fans de Coluche, ce coffret oscille entre le rire et les larmes. de nombreux suppléments viennent l’agrémenter comme deux documentaires sur Coluche et le cinéma, sur l’homme Coluche mais aussi des entretiens avec l’équipe de Tchao Pantin et un focus sur Deux Heures moins le Quart avant Jésus Christ.

———————————————————

HITCHCOCK : LES ANNÉES SELZNICK
De Alfred Hitchcock – (1940-47)
Genre : Suspens – USA
Sortie le 22 novembre 2017

1939, le maître Alfred Hitchcock quitte l’Angleterre pour les Etats-Unis. Débarqué sur le continent américain, le réalisateur entamera une collaboration d’une dizaine d’années avec le légendaire producteur David O. Selznick. Bine des cinéastes européens se sont cassés les dents au contact du système hollywoodien. Certainement pas Hitchcock, qui y livrera ses plus grands chefs d’oeuvre et ce très rapidement. sa collaboration avec Selznick donnera naissance à quatre classiques de son cinéma : Rebecca, La Maison du Docteur Edwardes, Les Enchaînés et le plus méconnu Le Procès Paradine. Le premier est une romance gothique adapté d’un roman de Daphne du Maurier. Un film magnifique, porté par Joan Fontaine et Laurence Olivier. D’entrée, Oscar du Meilleur Film. Ce sera d’ailleurs le seul long-métrage du réalisateur à obtenir la prestigieuse distinction. Malgré les relations tendues entre le cinéaste et son producteur interventionniste, il accoucha d’un monument magistral, même si lui ne sera pas pleinement convaincu par son travail, trouvant le film trop sérieux. Suivra La Maison du Docteur Edwardes, l’un des premiers films hollywoodiens à utiliser le ressort de la psychanalyse au cinéma avec La Vallée de la Peur de Raoul Walsh. Gregory Peck et Ingrid Bergman illuminent ce drame porté par un suspens saisissant et empreint des thématiques chères à Hitchcock, notamment sur l’identité. Les Enchaînés se tourne vers le film d’espionnage. Emmené par Cary Grant (qui avait tourné Soupçons avec Hitch) et encore Ingrid Bergman, il a été considéré comme la quintessence du cinéma hitchcockien par François Truffaut lors de ses entretiens avec le metteur en scène. Les Enchaînés est un mélange de romance, de thriller et d’espionnage, et un film extrêmement complexe, tant dans les allusions qu’il propose à la politique et au nazisme, que dans son élaboration, alors qu’Hitchcock dû combattre la censure du Code Hays, le FBI qui suivait le tournage de près, Selznick avec qui sa relation se dégrada (le producteur ne croyait pas au film et revendit les droits à la RKO) et ses comédiens gênés par certaines scènes comme la mythique séquence du baiser où le duo de star dialogue bouche contre bouche en échangeant des baisers de deux secondes (la censure n’autorisait pas plus de 3 secondes). S’il reste un excellent film, Le Procès Paradine est plus mineur dans la carrière d’Hitchcock. Probablement car Selznick mis pas mal de bâtons dans les roues du réalisateur, refusant sa demande de casting (Hitch voulait Laurence Olivier et Greta Garbo, il aurait Gregory Peck et Ann Todd), réécrivant le scénario pendant le tournage, remontant le film en post-production et supprimant les expérimentations artistiques. Ce sera le dernier film de leur collaboration orageuse. A côté de ces quatre films réunis dans un splendide coffret collector agrémenté d’un livre passionnant de 300 pages sur la relation Hitchcock-Selznick, Carlotta Films propose une cinquième galette renfermant de nombreux suppléments tous plus formidables les uns que les autres. Au menu, des entretiens avec Laurent Bouzereau sur les quatre films, un décryptage par François Truffaut et Hitchcock lors de leurs mythique entretiens, les essais de Vivien Leigh, Margaret Sullavan et Laurence Olivier pour Rebecca, un entretien avec le fils de David O. Selznick, des images rares et privées d’Hitchcock en famille ou encore un portrait de Daphne de Maurier. Un coffret impressionnant et d’une richesse inouïe qui comblera tous les cinéphiles. In-dis-pen-sa-ble !

 

———————————————————

TABOU
De F. W. Murnau & R. Flaherty – 1931 – 1h22
Genre : Drame – USA
Avec : Anne Chevalier, Matahi, Hitu…

Synopsis : Bora-Bora, une île enchanteresse du paradis tropical. Matahi, pêcheur de perles, aime passionnément la belle Reri. Mais Hitu, prêtre tout puissant de la tribu, a d’autres projets pour elle : il exige que Reri soit consacrée gardienne du temple des dieux. Désormais, elle est « tabou » : aucun homme ne doit l’approcher ni même la désirer. La fuite des amants semble la seule issue…

Murnau est probablement l’un des plus grands cinéastes de l’histoire du cinéma allemand et son œuvre aura été essentielle à l’évolution du septième art en général. De Nosferatu au Dernier des Hommes en passant par Faust ou L’Aurore, ses chefs d’œuvre sont des monuments indispensables dont on ne se lassera jamais. Murnau est parti trop tôt, décédé à l’âge de 42 ans d’un accident de voiture, une semaine seulement après la première de son ultime long-métrage : Tabou. De nombreuses légendes entourent la confection de ce film, tourné sur une hallucinante période de… 18 mois ! On dit que Murnau aurait violé pas mal de tabous sur l’île de Bora-Bora, que son équipe aurait fait preuve de peu de respect pour les coutumes locales et les autochtones, que de nombreux accidents sont survenus pendant le tournage, et que le cinéaste aurait été maudit par un chamane après coup. Sa mort à peine la sortie aura renforcé ce mythe teinté d’étrangeté. Mais revenons-en au film. Film muet assez court sur patte (84 minutes), Tabou est le fruit de la rencontre entre Murnau et Robert Flaherty (Nanouk l’esquimau). Le duo, dont les relations étaient compliquées (Murnau aimait beaucoup son acolyte, lequel en revanche, le détestait), a tenté un pari rare pour l’époque, avec un tournage dans les lieux réels de l’action, et des autochtones comme véritables protagonistes de l’histoire. Drame amoureux et tragédie romanesque bouleversante, Tabou est magnifié par ses superbes images, par la poésie qui s’en dégage, par l’atmosphère qui habite cette histoire du bout du monde, et par la force de son histoire qui n’a pas besoin de dialogues pour exprimer ses émotions. Un bijou à (re)découvrir sans plus tarder.

RETROUVEZ LES ANCIENS CHAPITRES DU WALL CINÉ PICTURES ICI

A samedi prochain !

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.