NEWS : R.I.P LIU CHIA-LIANG

Partagez cet article
0 votes

C’est avec une profonde tristesse que nous apprenons aujourd’hui le décès de Sifu Liu Chia-Liang, l’un des plus illustres maîtres du cinéma kung fu de la Shaw Brothers, dont les films auront fait rêver des générations d’adorateurs de films asiatiques de « baston » diffusés dans les cinémas de quartiers de l’époque.

Shaw_Brothers_Sifu_Liu_Chia_Liang

Fils d’un disciple du travail du Wong Fei-hung qu’il a appris avec Lin Shirong (l’un des plus fameux descendants du maître légendaire), il entra dans la célèbre société de production kongkongaise comme cascadeur avant de rapidement devenir un chorégraphe de scènes de combat émérite, travaillant notamment sur les films de Chang Cheh. Un seul bras les tua tous, Le retour de l’hirondelle d’or, Le Justicier de Shanghai, ne sont que quelques exemples parmi les plus célèbres de son travail. Nouveau défi, il passera ensuite à la mise en scène signant une poignée de films comme La Mante Religieuse, Les exécuteurs de Shaolin. Mais la consécration viendra à partir de 1978, lorsqu’il rompt avec le travail de Chang Cheh et sa violence, pour accoucher de l’une des plus célèbres trilogies sur les arts martiaux avec son frère adoptif Gordon Liu en vedette. La 36ème chambre de Shaolin, Retour à la 36ème chambre et Les Disciples de la 36ème chambre formeront un ensemble d’une cohérence magistrale sur la spiritualité et la philosophie des arts martiaux. Mais son immense héritage de réalisateur ne se résume pas à ces trois films : Martial Club, Les Arts martiaux de Shaolin, Les 8 diagrammes de Wu-Lang, Lady Kung fu, Tiger on the beat, Mad Mission 5, Drunken Master 2 et 3…

Adieu et respect maître Liu.

Extrait de La 36eme Chambre de Shaolin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.