EDGE OF TOMORROW de Doug Liman
Critique (en salles, action SF)

Partagez cet article

300170.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMondo-mètre
note 8
Carte d’identité :
Nom : Edge of Tomorrow
Père : Doug Liman
Livret de famille : Tom Cruise (Bill Cage), Emily Blunt (Rita Vrataski), Bill Paxton (Farell), Brendan Gleeson (Brigham), Charlotte Riley (Nance), Noah Taylor (Dr Carter), Jonas Armstrong (Skinner), Franz Drameh (Ford), Dragomir Mrsic (Kuntz), Kick Gurry (Griff), Tony Way (Kimmel)…
Date de naissance : 2014
Majorité : 04 juin 2014 (en salles)
Nationalité : USA
Taille : 1h53
Poids : Budget 175 M$

 

Signes particuliers (+) : A l’attention de ces messieurs les pontes d’Hollywood, voilà, c’est exactement ça qu’on veut comme genre de blockbusters à l’avenir ! Fun, audacieux, intense, drôle, beau, spectaculaire et… intelligent ! Edge of Tomorrow est une réussite sur toute la ligne et qui surpasse largement les attentes. 

Signes particuliers (-) : Même son petit ventre mou (dans la dernière demi-heure) est tellement ridicule qu’on le ressent quasiment pas !

 

MIEUX QU’HIER ET MOINS BIEN QUE DEMAIN

LA CRITIQUE

Résumé : Dans un futur proche, des hordes d’extraterrestres ont livré une bataille acharnée contre la Terre et semblent désormais invincibles: aucune armée au monde n’a réussi à les vaincre. Le commandant William Cage, qui n’a jamais combattu de sa vie, est envoyé, sans la moindre explication, dans ce qui ressemble à une mission-suicide. Il meurt en l’espace de quelques minutes et se retrouve projeté dans une boucle temporelle, condamné à revivre le même combat et à mourir de nouveau indéfiniment…025188.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx L’INTRO :

Doug Liman et Christopher McQuarrie derrière la caméra, Tom Cruise et la belle Emily Blunt devant en têtes d’affiche, voilà un casting qui a sacrément de la gueule sur ce Edge of Tomorrow, premier gros blockbuster inaugurant une période estivale pré-lancée par le dernier volet de la saga X-Men. Le père des premiers Jason Bourne quitte le registre de l’espionnage et dirige son premier film de science-fiction avec le concours du scénariste d’Usual Suspect (et réalisateur de Jack Reacher déjà avec Cruise). Libre adaptation du roman japonais d’Hiroshi Sakurazaka All you Need is Kill, Edge of Tomorrow est une énorme machine hollywoodienne à 175 millions de dollars, le genre de gros divertissement pop corn dont on peut attendre le meilleur comme le pire. On ne vous le cachera pas, au vu des premières images dévoilées lors d’une présentation du film il y a quelques semaines, on en attendait plutôt du très bon. Et on n’a pas été déçu du voyage !075487.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’AVIS :

Edge of Tomorrow, ou quand Pacific Rim rencontre La Guerre des Mondes, Source Code, Terminator, Un Jour sans Fin, Starship Troopers, Looper, Elysium etc… Bref, un puta** de vaste programme qui pouvait faire peur sur le papier avec la crainte d’un énième gros roller coaster décérébré, mais qui au final est une bombe jubilatoire pour des mirettes émerveillées par tant de spectacle à la fois généreux, intense, cool et… intelligent ! Sous ses airs de méga-actioner SF ultra-spectaculaire sur fond d’invasion extraterrestre apocalyptique, Edge of Tomorrow est surtout un film à l’histoire retorse et complexe, faite de boucles temporelles, de journées déclinées à l’infinie et d’éternel recommencement d’une journée guerrière pour un officier aux allures d’anti-héros couard et pleurnichard, parachuté en première ligne du front sans ménagement… ni la moindre aptitude à l’art de la guerre dévastatrice et impitoyable.edge of tomorrow

Cet officier, c’est la superstar Tom Cruise, monstre de charisme qui, à 50 balais passés, n’a pas perdu la main question énergie et forme physique. Une fois de plus, l’acteur s’en donne à cœur joie dans un impressionnant plaisir coupable qui élève le niveau du blockbuster ricain au rang de petit sommet bandant et distrayant, bien aidé par une Emily Blunt incarnant à merveille une héroïne de guerre mythique tout ce qu’il y a de plus sexy et badass. Entre combats dantesques, explosions mégalos, destruction en règle, dézinguage carnassier d’aliens terrifiants et pirouettes génialement chorégraphiées, nos deux héros virevoltent au milieu d’une zone de guerre furieusement chaotique, sublimée par des effets spéciaux à tomber parterre, le tout affublés d’exosquelettes les rendant d’autant plus imposants à l’écran.424137.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx Mais ce qui embellit clairement ce Edge of Tomorrow pour en faire un blockbuster de très grande qualité à la mécanique savamment huilée, c’est que Doug Liman ne se planque pas derrière son abondante débauche technologique sur laquelle il aurait été facile de capitaliser en la laissant faire tout le boulot (d’autant qu’elle est prodigieuse). Ecrit avec génie, malice et intelligence, le résultat défouraille avec une générosité sans faille à la mesure de la maîtrise de son script brillamment équilibré entre son suspens fantastique, son action intensément immersive, son humour ravageur et son jonglage des genres. Edge of Tomorrow est la quintessence du parfait blockbuster mélangeant tous les ingrédients d’un grand spectacle total, film d’action génialement divertissant, film de guerre qui dépote, pur film de SF dans l’âme, le tout zébré d’une micro-romance finement amenée et parsemé d’éléments comiques fonctionnant comme des respirations aussi inspirées qu’hilarantes.160092.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pied absolu et énergisant, Edge of Tomorrow fait mouche sur tous les points et impose sa réussite convaincante avec un dynamisme hallucinant en plus d’exploiter avec virtuosité son concept. Fun, audacieux, éclatant, ludique, original, grisant, formellement très réussi (y compris sa 3D native qui sert l’immersion) autant qu’il n’est narrativement bien ficelé, il redonne ses lettres de noblesses au concept du méga-blockbuster terni par trop de produits artificiellement composés. Doug Liman livre un film épique, emballé avec un talent monstre et un plaisir évident, parfaite conjugaison entre l’humilité d’une distraction réjouissante et la saveur d’un film pensé avec ingéniosité en tordant le coup à bien des conventions, que soit dans son déroulé ou sa faculté à éviter les clichés en tout genre en surprenant sans cesse.  En somme, un pur régal qui sait minorer ses micro-défauts en les cachant bien derrière ses innombrables qualités qui s’additionnent (on en oublierait presque d’évoquer un excellent Bill Paxton, Paris dévasté comme jamais, un production design visuellement bluffant…). La prochaine attraction à voir absolument !

Bande-annonce :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Un commentaire à propos de “EDGE OF TOMORROW de Doug Liman
Critique (en salles, action SF)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.