ENTRE 2 RIVES de Kim Ki-duk : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article

entre2rives-affichenote 4.5 -5
Carte d’identité :
Nom : Geumul
Père : Kim Ki-duk
Date de naissance : 2016
Majorité : 05 juillet 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : Corée du Sud
Taille : 1h54 / Poids : NC
Genre
: Drame

Livret de famille : Ryoo Seung-bum, Lee Won-geun, Young-Min Kim, Gwi-hwa Choi, Ji-hye Ahn

Signes particuliers : Kim Ki-duk n’a rien perdu de sa superbe et revient avec une fable politique pas loin du chef d’œuvre.

KIM KI-DUK (ENCORE) AU SOMMET DE SON ART

LA CRITIQUE DE ENTRE 2 RIVES

Résumé : Sur les eaux d’un lac marquant la frontière entre les deux Corées, l’hélice du bateau d’un modeste pêcheur nord-coréen se retrouve coincé dans un filet. Il n’a pas d’autre choix que de se laisser dériver vers les eaux sud-coréennes, où la police aux frontières l’arrête pour espionnage. Il va devoir lutter pour retrouver sa famille…ENTRE2RIVES

C’est l’un des réalisateurs les plus brillants du cinéma sud-coréen et chacune de ses œuvres se savoure comme un cadeau à la fois séduisant et simulant. Deux ans après le toujours inédit Stop, Kim Ki-duk est de retour avec un film qui rappelle les plus belles heures de sa filmographie, un brin déclinante ces dernières années après tant de chefs d’œuvre (Samaria, Locataires, Time, L’Arc etc…). La preuve que s’il n’est plus autant « à la mode » comme ce fut le cas dans les années 2000, l’auteur qu’il est a encore bien des choses à proposer. Avec Entre 2 Rives, Kim Ki-duk nous attache au parcours rocambolesque, tragique et kafkaïen, d’un pauvre pêcheur nord-coréen perdu dans les eaux sud-coréennes après une panne de moteur qui a fait dériver son modeste canot. Recueilli par les autorités de cette autre Corée qu’il ne connaît qu’à travers les discours virulents du régime, le malheureux va devoir subir un long interrogatoire afin de prouver qu’il n’est pas un espion, suivi d’un véritable parcours du combattant pour espérer rentrer chez lui. Chez lui justement… Là où l’attendent de pied ferme les autorités du Nord, prêtes à lui sauter à la gorge pour avoir eu le tort de toucher du bout de l’œil, ce sud dépravé et capitaliste. Dans les deux camps, ce malheureux pêcheur est désormais un problème.ENTRE2RIVES_2Le récit de cette aventure singulière pourrait presque avoir une certaine tonalité trivialement comique s’il ne prenait pas un tel accent tragique. Brillamment et avec cette humanité bouleversante dont est souvent capable le cinéma de Kim Ki-duk, Entre 2 Rives est un drame d’une richesse inouïe, au sein duquel se superposent des couches critiques, à l’encontre de la Corée du Nord, de la Corée du Sud, de leur guerre fratricide bornée, de la perte d’humanité de notre monde illogique, du sentiment de suspicion qui règne dans les zones conflictuelles, de cette manière qu’à l’Occident de vouloir imposer sa vision du monde quitte à mépriser l’aspect humain. Au fond et avec intelligence, le cinéaste pointe du doigt plusieurs formes de dictatures, les évidentes et les plus nuancées. D’un côté, il est un régime totalitaire qui écrase son peuple sous le diktat de la peur. De l’autre, il est une société qui se croit le parfait antagonisme, et qui entend que l’on doit penser comme elle. Au centre, l’être humain, affaibli, désespéré, objet sacrifié sur l’autel d’enjeux qui le dépassent. Comme ces nombreux coréens victimes de ce conflit entre les deux Corées ennemies, conflit que le film dénonce en encourageant le dialogue, espérant naïvement qu’un jour, les différents pourront être réglés, les visions de chacun comprises, et le pays réunifié.ENTRE2RIVES_3Entre 2 Rives est une fable politique, voire géopolitique, qui entre en résistance contre la vision manichéiste imposée par notre monde sur lui-même. Et Kim Ki-duk d’en arriver au constat amer que tout le monde est responsable du malheur des faibles. Comme ce petit pêcheur pris en tenaille, malmené par un sud qui veut le forcer à embrasser cette « chance » de connaître la liberté, et par un Nord qui lui reproche de l’avoir ne serait-ce qu’entraperçue, même par inadvertance. Au final, personne ne s’intéresse à lui, à ses envies et à son vécu. Il demeure ce simple petit pion sur un échiquier que se dispute deux puissances aliénantes, pion pris dans les filets de deux idéologies qui s’affrontent, tel un poisson piégé qui tente de se débattre (la symbolique du pêcheur et ses filets prend tout son sens).ENTRE2RIVES_4Alternant moments cocasses qui prêtent à sourire et ton dramatique qui vient rappeler que cette apparente drôlerie pleine d’ironie n’est justement pas drôle, seulement le fruit d’un monde devenu absurde, Entre 2 Rives est un pamphlet poignant en faveur de l’être humain victimisé par les rouages politiques et la folie modernes. L’homme devrait être le ciment essentiel de toute société qui se respecte (et qui le respecte), il est devenu le jouet d’une mondialisation en marche, qui au mieux le manipule, au pire l’a oublié en chemin. Avec ce nouveau long-métrage, Kim Ki-duk retrouve une grandeur qu’il avait un peu perdue ces dernières années. Entre 2 Rives est fort, pertinent, magistral. Un grand film réunissant tous les emblèmes et thématiques chers à son auteur, la tragédie humaine sous tension, l’ironie de notre monde en crise, la destruction de l’homme, le besoin de paix.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.