BREATHE d’Andy Serkis : la critique du film
Sortie e-cinema

Partagez cet article
0 votes

[Note des spectateurs]

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Père : Andy Serkis
Date de naissance : 2017
Majorité : 1er novembre 2018
Type : Sortie e-cinema
Nationalité : Angleterre
Taille : 1h58 / Poids : NC
Genre : Drame, Biopic

Livret de famille : Andrew Garfield, Claire Foy, Tom Hollander…

Signes particuliers : Le premier (ou deuxième) film d’Andy Serkis.

ANDY SERKIS FILME UNE HISTOIRE DE RÉSILIENCE

LA CRITIQUE DE BREATHE

Synopsis : Le jeune Robin Cavendish semble avoir la vie devant lui: brillant, talentueux, aventurier, il fait la rencontre de la belle Diana qui devient très vite sa femme. Lors d’un voyage en Afrique, Robin est soudainement terrassé par la polio. Ses chances de survie sont faibles… Mais l’amour indéfectible qu’ils se portent permettra à Robin de vivre une vie meilleure hors des murs de l’hôpital. Leur combat va changer les conditions de vie de millions de personnes à travers le monde. Breathe retrace l’histoire vraie de ce destin hors-norme fait de courage et détermination.Tout le monde (ou presque) aime Andy Serkis. Parce qu’il est doué, parce qu’il est culte, parce qu’il est éminemment sympathique. Alors que son Mowgli, adaptation live du Livre de la Jungle, se fait attendre, l’acteur-réalisateur a déjà tourné un second long-métrage depuis, le drame biographique Breathe, porté par Claire Foy et Andrew Garfield. Présenté il y a plus d’un an au festival de Toronto, cette seconde réalisation (qui du coup devient la première chronologiquement parlant) n’a pas se frayer un chemin vers les salles obscures, et devra se contenter d’une distribution en e-cinema. Quelque part, un mal pour un bien.Drame historique dont l’action prend place dans le Kenya de la fin des années 50, Breathe relate l’histoire vraie de Robin Cavendish, un jeune aventurier brillant qui sera frappé par la polio à l’âge de 28 ans. Paralysé et contraint de vivre sous assistance respiratoire, l’espérance de vie de Robin Cavendish n’excédait pas trois mois selon les médecins. Mais grâce à sa force de vivre et au soutien indéfectible de son épouse, l’homme bravera la maladie pour devenir un illustre défenseur des personnes atteintes d’handicap, au passage inventeur du fauteuil roulant médicalisé. Avec tel sujet qui parle de résilience, d’espoir, de courage et de refus de se laisser abattre par la maladie, Andy Serkis vient titiller la corde sensible de l’émotion avec un drame lumineux, élégamment confectionné, quoique coincé par une conduite classique qui ne lui permet jamais de jouer avec la mise en scène. Sobre, inspirant et traité avec dignité, Breathe souffre de ses coutures apparentes de mélo romanesque appuyé, mais le film parvient à toucher même s’il ne brille jamais, faute de ne jamais dépasser la facilité de son récit, écrit par le véritable fils de Cavendish, associé de Serkis à la tête de la société de motion capture Imaginarium Studios.


BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.