Mondociné

LA GRANDE AVENTURE LEGO 2 de Mike Mitchell : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

[Note des spectateurs]

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Lego The Movie : the second part
Père : Mike Mitchell
Date de naissance : 2018
Majorité : 20 février 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h48 / Poids : NC
Genre : Comédie, Animation

Livret de famille : Avec les voix françaises de Arnaud Ducret, Tal, Maya Rudolph…

Signes particuliers : Une suite qui ne casse pas des briques.

TOUT EST SUPER PÉNIBLE

LA CRITIQUE DE LA GRANDE AVENTURE LEGO 2

Synopsis : Alors que les habitants de Bricksburg coulent des jours heureux depuis cinq ans, une nouvelle et terrible menace se profile à l’horizon : des envahisseurs Lego Duplo® venus des confins de l’espace qui détruisent tout sur leur passage ! Pour vaincre ces redoutables ennemis et rétablir la paix dans l’univers Lego, Emmet, Lucy, Batman et leurs amis devront explorer des mondes lointains et inconnus. Ils découvriront même à cette occasion une étrange galaxie où chaque situation est une comédie musicale ! Cette nouvelle aventure mettra à l’épreuve leur courage, leur créativité et leurs facultés de Maîtres Constructeurs… 

Il y a cinq ans, les célèbres jouets jaunes de notre enfance débarquaient au cinéma sous la houlette de l’excellent duo Phil Lord et Christopher Miller, et le succès avait été au rendez-vous avec plus de 250 M$ de recettes au box office américain. Largement suffisant pour mettre en chantier plein d’idées comme Lego Batman, Le Film d’abord, puis Lego Ninjago ensuite. Deux spin-off qui n’avaient pas su se mettre au niveau de leur frère aîné, surtout le médiocre Ninjago, au point de savonner un peu la planche de cette Grande Aventure Lego 2 qui arrive à un moment où l’on en a presque déjà marre de l’univers. Réalisé par Mike Mitchell (Les Trolls, Shrek 4), on espérait que ce retour du film originel rattraperait un peu le coup.

Si tout avait été peut-être super-génial il y a cinq ans, tout est vraiment super-relou désormais. Mike Mitchell n’est clairement pas Phil Lord et Christopher Miller et la franchise a probablement perdu beaucoup dans ce changement de réalisateur, sans doute dû au fait que le tandem était alors occupé sur la savonnette Solo : A Star Wars Story. Déjà à l’époque, la frénésie du premier était un peu la seule limite qui pouvait entraver son capital jubilatoire. Mais avec La Grande Aventure Lego 2, Mike Mitchell repousse les barrières de l’atomisation de cerveau et franchit un cap qui le mène tout droit vers le fossé. L’ambiance hystérico-bruyante est de nouveau de sortie, mais dans une suite bien plus bordélique, qui oublie complètement de faire au cinéma en cours de route. A l’inverse de Lord et Miller qui essayaient de tenir les rênes de leur délire frappadingue, Mitchell balance des références à gogo en piochant dans le catalogue de Warner entre autres (car outre Mad Max ou les DC Comics, on a aussi droit à des clins d’œil à une pelletée de choses allant de Die Hard à Retour vers le Futur), mais tout est expédié de manière foutraque dans un film non maîtrisé et qui n’a aucun scénario digne de ce nom pour poser les bases de son délire criard et désordonné. Rapidement, La Grande Aventure Lego 2 passe du petit plaisir coupable à l’insupportable cauchemar lourd et interminable. Le cinéma, c’est avant tout raconter une histoire, pas juste empiler les blagues et les clins d’œil référentiels dans un repoussoir filmique vomitif, gratuit et artificiel, qui fait tout ce qu’il faut pour coller une bonne migraine cérébrale et ophtalmique.

BANDE-ANNONCE :

Par David Huxley

One thought on “LA GRANDE AVENTURE LEGO 2 de Mike Mitchell : la critique du film

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux