Mondociné

CHAMBOULTOUT d’Eric Lavaine : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Chamboultout
Père : Eric Lavaine
Date de naissance : 2018
Majorité : 03 avril 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h40 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille : Alexandra Lamy, José Garcia, Michaël Youn, Anne Marivin, Medi Sadoun, Olivia Côte, Michel Vuillermoz…

Signes particuliers : Une belle histoire de résilience entre rires et émotion.

L’AMITIÉ PAR ERIC LAVAINE

LA CRITIQUE DE CHAMBOULTOUT

Synopsis : Béatrice célèbre avec les siens la sortie de son livre, dans lequel elle raconte l’accident de son mari qui a bouleversé leur vie. Frédéric a perdu la vue et ne peut s’empêcher de dire tout ce qu’il pense : c’est devenu un homme imprévisible et sans filtre bien que toujours aussi drôle et séduisant. Mais ce livre, véritable hymne-à-la-vie, va déclencher un joyeux pugilat car même si Béatrice a changé les noms, chacun de ses proches cherche à retrouver son personnage. Le groupe d’amis et la famille tanguent… mais certaines tempêtes sont salutaires.

Spécialiste de la comédie populaire qui fonctionne, Eric Lavaine poursuit dans la veine de ce qu’il sait faire avec un nouveau long-métrage qui pourrait bien emballer le box office et rattraper un peu la déception connue l’an passé avec L’Embarras du Choix. Avec Chamboultout, le réalisateur retrouve sa muse Alexandra Lamy (3eme collaboration consécutive après Retour chez ma Mère et L’Embarras du Choix justement) qui forme avec José Garcia, un couple heureux et fusionnel emporté dans la tourmente d’un drame. Lors d’une belle journée entre amis, Frédéric prend son scooter et se fait balayer dans un terrible accident. Après plusieurs de coma, il se réveille avec de gros troubles cognitifs, sans mémoire immédiate et aveugle. Quelques années plus tard, Béatrice a écrit un livre sur ces années sombres. Une sorte de thérapie qui ne va pas plaire à tout le monde.

Avec Chamboultout, on pense pas mal à Barbecue du même Eric Lavaine, aux Petits Mouchoirs aussi ou encore aux films de Jean-Paul Rouve. Une bande de potes, des vacances comme chaque été dans leur maison à Biarritz, un drame qui a frappé l’un d’eux, du rire et des larmes… Difficile de ne pas songer à la comédie de Guillaume Canet. Difficile de ne pas songer à Barbecue pour le côté potes réunis autour d’un drame (Lambert Wilson s’y relevait d’un infarctus), et difficile de ne pas non plus songer aux films de Rouve pour le mélange de drame et de comédie sur fond de liens d’amitié et de famille. En tout cas, si Chamboultout est un peu du sous « tout ça », reste un film qui émeut, un film qui amuse, un film choral haut en couleurs, une sorte de feel good drama cousu de manière à faire ressentir des émotions. Peut-être un peu trop d’ailleurs car malgré tout le cœur qu’il met à l’ouvrage et toute la sincérité qu’il injecte dans son film, Eric Lavaine a du mal à cacher les coutures apparentes de son effort très écrit, voire sur-écrit, soulignant souvent quand il faut sourire et quand il faut pleurer. Mais à la limite, on a envie de lui pardonner ce langage très manufacturé car le résultat fonctionne. Chamboultout réussit à toucher, à divertir, à inspirer, en s’appuyant notamment sur ses comédiens volontaires (excellente Alexandra Lamy, formidable José Garcia). Alors oui, c’est parfois maladroit et sans grande finesse, mais si la finalité est atteinte, on peut dire que les fautes sont à demi-pardonnées ? Cela permettra aussi de passer sur le peu d’ambition cinématographique du cinéaste qui s’efface énormément derrière une mise en scène fonctionnelle se contentant d’illustrer le récit pour le faire vivre sans jamais vraiment le mettre en scène avec des idées.

BANDE-ANNONCE :

Par David Huxley

2 thoughts on “CHAMBOULTOUT d’Eric Lavaine : la critique du film

  1. J’ai trouvé ce film extrêmement touchant. Le couple Alexandra Lamy- José Garcia fonctionne parfaitement et on se prend au jeu de se mettre à leur place car comment réagirait on si un te Le événement nous arrivait? J’ai ri et pleure à la fois même si parfois, les mais sont assez caricaturaux. D’un autre côté, qui ne connaît pas une Nadia qui ne perd jamais une occasion de se mette en avant derrière un altruisme affiche, un Fabrice très volage, un Loïc avec des oursins dans les poches, une ado rebelle…etc…
    Bref, J’ai passé un très bon moment!

  2. encore de l’argent perdu pour moi d’abord, furieuse d’avoir payé pour un tel film… ET SURTOUT pour l’argent perdu là dedans et qui aurait pu servir à un bon film…Vraiment marre de ces comédies ??? nulles ….

Répondre à Magali Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux