TARTARIN DE TARASCON de Raymond Bernard : la critique du film [Blu-ray]
Sortie Blu-ray/DVD

Partagez cet article
0 votes

tartarin-de-tarascon-blu-rayMondo-mètre
note 3 -5
Carte d’identité :
Nom : Tartarin de Tarascon
Père : Raymond Bernard
Date de naissance : 1934
Majorité : 1er juin 2016
Type : Sortie Blu-ray
(Editeur : Pathé)
Nationalité : France
Taille : 1h45 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille :  Raimu, Fernand Charpin, Sinoël, Charles Camus, Jean d’Yd….

Signes particuliers : Un classique du cinéma français à (re)découvrir en haute définition !

IL A BOURLINGUÉ À TRAVERS LE MONDE… DEPUIS SON SALON !

LA CRITIQUE

Résumé : Tartarin est un bourgeois fanfaron et robuste qui vit à Tarascon, sa réputation repose sur des récits de voyages et d’aventures, plus ou moins inventés. Il se voit alors obligé de quitter son pays et rejoindre l’Afrique pour y chasser le fauve afin d’impressionner son entourage. Là-bas, il vivra des aventures dignes d’un Don Quichotte !gr_Tartarin_Tarascon-01.jpg~originalL’INTRO :

Porter à l’écran les aventures du célèbre héros des romans d’Alphonse Daudet qu’est Tartarin de Tarascon ne pouvait décemment se faire sans la présence de Marcel Pagnol. Que mieux que lui pouvait transcender le matériau de base en lui apportant sa patte régionaliste si délicieuse ? C’est probablement en grande partie grâce à l’auteur sudiste, que le film de Raymond Bernard a pu se hisser au rang de joyeuserie truculente. A Pagnol, mais aussi grâce à l’incontournable Raimu, figure imposante du cinéma français à la mine débonnaire haute en couleurs. Réalisé en 1934, soit en plein milieu de la fameuse trilogie marseillaise pagnolesque (précisément entre Fanny et César), Tartarin de Tarascon est une farce toute en gouaille, qui ressort, comme Justin de Marseille, en haute définition après un travail de restauration opéré par Pathé.Tartarin_Tarascon-01.jpg~originalL’AVIS :

Il y a à boire et à manger dans Tartarin de Tarascon, œuvre inégale capable d’être tour à tour désopilante ou un brin poussive quand elle se met à patiner faute de reposer sur un récit suffisamment consistant. De l’adaptation de Raymond Bernard, on retiendra surtout son premier tiers impayable invitant le rire à gorge déployée. Truffé de séquences pas loin d’être cultes, on se régale devant la partie de chasse très originale et bien propre aux tarasconnais, on se délecte du jeu de commérage lancé par le facteur et qui gagne tout le village, on savoure cette réunion de chasseurs chez le pharmacien, avec cette déclamation réjouissante sur la mentalité méridionale marquée par les effets du soleil. « Les gens du midi ne mentent pas, ils ne disent pas toujours la vérité mais ils croient la dire !« . Et son auteur d’expliquer qu’à cause de la chaleur, les gens du midi voient tout plus grand que nature. Ainsi, un navet devient un baobab etc… Déclaration d’amour au sud et à ses habitants brocardés avec une tendresse infinie et une justesse qui se dessine entre des lignes pleines de drôlerie, Tartarin de Tarascon fleure bon le Marcel Pagnol dans l’âme et dans la verve, et Raymond Bernard s’applique du mieux possible, à restituer toute l’innocence des écrits d’Alphonse Daudet. On aura connu le metteur en scène plus inspiré question mise en scène, mais son Tartarin s’en moque et s’offre à nous comme un magnifique tartuffe attachant et grandiloquent, comme un gaillard émouvant, comme un personnage avec un grand « P », un bavard qui parle fort mais qui cache bien sa gentille couardise. Un Tartarin à qui Raimu prête toute sa bonhomie et son allure pittoresque.Tartarin_Tarascon-04.jpg~originalSi le film peine à soutenir rythme et force hilarante tout du long, notamment quand il quitte les terres de Tarascon pour filer du côté de l’Algérie colonisée de l’époque, dans le sillage de son personnage lancé dans une expédition plus grande que lui, Tartarin de Tarascon n’en demeure pas moins une farce satirique émaillée de grands moments qui font mouche, même s’ils sont disséminés de manière intermittente dans une comédie cabotine avec ses hauts et ses bas.tartarin-de-tarascon-blu-ray

LE BLU-RAY DU FILM

Le beau travail de restauration qu’effectue depuis quelques années Pathé sur plusieurs films de son patrimoine, paye souvent. C’est le cas en ce qui concerne Tartarin de Tarascon, qui trouve une nouvelle jeunesse à travers cette ressortie en Blu-ray. L’image proposée par la galette haute définition gomme les ravages du temps (dans la mesure du possible) et le résultat s’avère au-delà des espérances pour un film de plus de 80 ans d’âge. Même son de cloche du côté de l’embellissement des pistes audio. L’accent sudiste prononcé aurait pu rendre l’écoute difficile s’il avait été associé à une qualité médiocre. Mais bonne surprise, la galette Blu-ray de Tartarin se révèle parfaitement audible, pour notre plus grand plaisir. Côté « suppléments », il nous est proposé un court documentaire de 18 minutes centré sur l’immense acteur qu’était Raimu. Un prolongement au film, nourri de rares et belles images d’archives, montrant au passage, Raymond Bernard ou Pagnol autour d’un vibrant hommage à leur acteur star.

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.