STEEL TRAP (critique)

Partagez cet article
0 votes

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : Steel Trap
Parents : Luis Camara
Livret de famille : Georgia MacKenzie (Kathy), Mark Wilson (Wade), Pascal Langdale (Robert), Julia Ballard (Nicole), Joanna Bobin (Pamela), Adam Rayner (Adam), Annabelle Wallis (Melanie), Franck Maier (le bourreau)
Date de naissance : 2008
Nationalité : Allemagne
Taille/Poids : 1h30 – Petit budget

Signes particuliers (+) : Un cadre original pour un slasher. Quelques cadavres.

Signes particuliers (-) : Aucune inventivité, aucune originalité dans la réal, la construction, l’écriture, aucune générosité. Un amoncellement de clichés empilés. Déjà vu mille fois.

 

AAAAH… SI JOHN MC CLANE AVAIT ÉTÉ LÀ-DEDANS !

Résumé : Une grosse soirée pour le Nouvel An est organisée au sommet d’un gratte-ciel désaffecté. Quelques convives reçoivent un texto les invitant à un after à un étage inférieur. Ils vont s’y retrouver face à un tueur les pourchassant un à un…

Sur le papier, Steel Trap affiche un pitch plutôt réjouissant où une petite bande de personnages hétéroclites va être pourchassée dans les nombreux recoins d’un building désaffecté ça nous change des forêts) par un imposant boogeyman hargneux et brutal décidé à leur faire la peau à coups de crochet, de la même manière que John Mc Clane était la cible des terroristes de Die Hard. Rien de bien là-dedans mais des possibilités sympathiques dans cette traque en huis clos où les issues sont limitées.

Steel Trap, slasher allemand et premier long-métrage de son auteur Luis Camara (qui n’a rien d’allemand par son nom) n’apporte rien de bien neuf au moulin du genre, ce qui en soit n’est pas bien grave, le slashers se contentant depuis des lustres, pour une immense majorité, de jouer avec les mêmes quelques canevas établis par une poignée de classiques des années 70-80. La sympathie que l’on éprouve envers eux se mesure désormais autrement et en grande partie, à la générosité dont ils font preuve. Et c’est sur ce point (et bien d’autres cela dit) que Steel Trap se brise les genoux en grimpant les escaliers qui mènent au plaisir coupable, fun et délectable.

Car en plus d’être très con de premier abord, en plus de ses  personnages inexistants ou complètement crétins à l’image de son récit, mal interprétés au passage par de piètres comédiens, en plus de son histoire tournant vite en rond faute d’idées excitantes et en plus du twist foireux qu’il nous réserve, Steel Trap est défaillant en terme de générosité. Pour un slasher, il en oublie que ce qui nous intéresse avant tout chez lui, ce sont ses meurtres hardcore et imaginatifs infligés par un boogeyman bourrin qui inspire la crainte et la trouille rien que par sa présence. On en est bien loin ! Les meurtres, mal filmés au demeurant, sont édulcorés et ne montrent pas grand-chose dans un film qui en devient mou de la fesse, avançant mollement vers sa fin censée nous surprendre et qui se veut maline mais qui est surtout affligeante de bêtise.

Steel Trap est un piètre slasher de bas étage, série B bas de gamme peu intéressante, peu divertissante et qui se suit d’un œil détaché en y cherchant vainement une qualité.

Bande-annonce :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.