ROADFLOWER (critique)

Partagez cet article

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : The Road Killers
Parents : Deran Sarafian
Livret de famille : Christophe Lambert (Jack Lerolland), Craig Sheffer (Cliff), David Arquette (Bobby), Josh Brolin (Tom), John Pyper-Ferguson (Hauser), Joseph Gordon-Levitt (Rich Lerolland), Michelle Forbes (Helen Lerolland), Christopher McDonald (Glen Lerolland), Alexondra Lee (Ashley)…
Date de naissance : 1994
Nationalité : États-Unis
Taille/Poids : 1h29 – Budget N.C.

Signes particuliers (+) : Regardable et divertissant. Profusion de stars à leurs débuts

Signes particuliers (-) : Rien de neuf ou de surprenant. Du recyclage de déjà-vu.

 

HIGHWAY TO HELL

Résumé : Deux couples d’amis voyagent tranquillement à travers les États-Unis. Quand la voiture d’une bande de criminels manque de peu de renverser le petit garçon de l’un des deux couples, le père, furieux, part à leur poursuite et meurt d’un accident…

Comme quoi tout arrive quand on cherche bien ! Un Christophe Lambert un tant soit potable ! Réalisé par Deran Sarafian, auteur de quelques petites séries B dont le thriller d’action Terminal Velocity avec Charlie Sheen et Coup pour Coup avec Van Damme avant de bifurquer vers la série télé, Road Flower (titré aussi The Road Killers) est une espèce de thriller croisé avec le road trip façon Hitcher, Breakdown, Point de Rupture ou le précédemment cité Terminal Velocity. Rien de transcendant non plus dans un film mineur qui n’est d’ailleurs pas vraiment resté dans les annales ni du cinéma, ni de la filmographie de Lambert, mais qui s’avère à peu près bien rythmé et rondement mené. Il peut satisfaire un dimanche aprem en mode peu exigeant. Point étonnant, un casting où se côtoient un paquet d’acteurs confirmés aujourd’hui mais alors tout jeunots ou peu expérimentés à l’époque puisque l’on y croise Joseph Gordon-Levitt (Inception), Josh Brolin (W. ou No Country for Old Men), David Arquette (Scream), Michelle Forbes (Los Angeles 2013, Swimming with Sharks et tout un tas de séries).

Sans casser trois pattes à un canard, Road Flower n’est pas un grand, ni même un très bon film, mais au beau milieu de la carrière de son interprète principal dont on sait la propension à tourner dans des sur-bouses, il passerait presque pour un film normal.

Bande-annonce (version allemande) :

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.