RETOUR À ITHAQUE de Laurent Cantet : la critique du film [Sortie vidéo]

Partagez cet article
0 votes

retour_a_ithaquenote 5.5 -10
Nom : Retour à Ithaque
Père : Laurent Cantet
Date de naissance : 2014
Majorité : 09 juin 2015
Type : Sortie en DVD
Nationalité : France
Taille : 1h35 / Poids : NC
Genre : Comédie dramatique

Livret de famille : Isabel Santos (Tania), Jorge Perugorria (Eddy), Fernando Hechavarría (Rafa), Néstor Jiménez (Amadeo), Pedro Julio Diaz Ferran (Aldo)…

Signes particuliers : Laurent Cantet tente le film de réunion d’amis et signe une œuvre résolument cubaine et pourtant universelle.

UNE SOIRÉE ENTRE AMIS À CUBA

LA CRITIQUE

Résumé : Une terrasse qui domine la Havane, le soleil se couche. Cinq amis sont réunis pour fêter le retour d’Amadeo après 16 ans d’exil. Du crépuscule à l’aube, ils évoquent leur jeunesse, la bande qu’ils formaient alors la foi dans l’avenir qui les animait … mais aussi leur désillusion d’aujourd’hui. 043677.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’INTRO :

Frustré de n’avoir pas pu aller au bout de l’idée au cœur de son segment du film à sketches 7 Jours à la Havane, Laurent Cantet (Entre les Murs) a décidé de s’associer à nouveau avec le journaliste-romancier Leonardo Perdura pour développer le scénario d’un long-métrage « cubain » qui deviendra Retour à Ithaque. L’histoire d’une soirée entre amis où, sur fond de retrouvailles, souvenirs, bilan et non-dits ressortent au gré des conversations, les ponts se multipliant entre espoirs passés et désillusions présentes. Le metteur en scène s’inscrit dans le sillage d’un sous-genre emblématique de la comédie dramatique qui a connu ses chefs d’œuvre et ses ratés : le film de réunion d’amis. L’unité de lieu, et parfois même de temps comme ici, est un exercice souvent difficile mais Laurent Cantet relève le défi, fort de son humanisme social associé à un portrait intelligemment introspectif et rétrospectif.retour--ithaque-laurent-cantet-image3-le-passeur-critiqueL’AVIS :

Parfois cruelles, parfois tendres, souvent touchantes et pleine de profondeur, ces retrouvailles d’une bande d’amis de quarante ans sont le théâtre d’une peinture de la société cubaine dans laquelle s’insère un portrait humaniste où le bilan de vie par cinq vieux copains est l’occasion d’une radiographie de l’être humain, tiraillé dans sa nostalgie par ses réussites et ses échecs. Amertume, drôlerie, mélancolie, politique ou constats philosophes, s’entremêlent dans ces échanges vifs, parfois accrochés, parfois gouailleurs, mais toujours d’une grande sagesse assortie d’une douceur qui sait se montrer poignante. Et si Retour à Ithaque est résolument cubain dans l’âme, s’il ne se prive pas pour égratigner l’image du pays et de ce qu’il a pu faire à ses citoyens au point de les transformer en silhouettes mélancoliques, le film de Laurent Cantet parvient à s’échapper par une petite fenêtre ouverte sur le monde, qui lui permet d’embrasser quelque-chose d’universel, racontant avant tout comment les années et les événements peuvent nous amener à dériver de nos espoirs, de nos idéaux et attentes de jeunesse. Avec un savoir-faire indéniable, Cantet parvient à susciter notre intérêt pour les conversations passionnées de ces « vieux potes » qui se retrouvent et dressent un bilan personnel et commun. Mais peut-être un peu trop statique dans sa mise en scène, dans l’énergie déployée ou dans son scénario pas suffisamment ciselé, Retour à Ithaque ne parvient cependant pas à nous embarquer avec la même force qu’un Le Déclin de L’Empire Américain de Denys Arcand, par exemple. Probablement car l’on reste un peu trop spectateur distant, de ces conversations un brin égocentrées malgré une réelle volonté de toucher du doigt des thématiques qui parleront à tous. Reste une œuvre simple, libre, vraie, bercée par un ton doux-amer plein d’à-propos et portée par des comédiens hispanophones qui transpirent l’authenticité.

LA BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.