PREMIER CONTACT : le chef-d’oeuvre de Denis Villeneuve arrive en Blu-ray
Sortie Blu-ray/DVD

Partagez cet article
0 votes

premier_contact_blu-rayMondo-mètre
note 4.5 -5
Carte d’identité :
Nom : Arrival
Père : Denis Villeneuve
Date de naissance : 2016
Majorité : 12 avril 2017
Type : Sortie Blu-ray/DVD
Nationalité : USA
Taille : 1h56 / Poids : 50 M$
Genre : SF

Livret de famille : Amy Adams, Jeremy Renner, Forest Whitaker…

Signes particuliers : Le nouveau chef d’œuvre de Denis Villeneuve.

RENCONTRE DU TROISIÈME TYPE

LA CRITIQUE DE PREMIER CONTACT

Résumé : Le monde a été envahi par des extraterrestres. Le gouvernement américain embauche alors un linguiste afin qu’il déchiffre leur langage et découvre leurs intentions.premier_contact_film_2

C’est probablement l’un des cinéastes les plus brillants du moment. Du genre que l’on se régale à suivre tant sa filmographie regorge de trésors placés sous un éclectisme fascinant. Denis Villeneuve est toujours là où on ne l’attend pas, et ses longs-métrages s’enchaînent avec une certaine conception kubrickienne du cinéma, où comment s’atteler sans cesse à des projets tous très différents les uns des autres. Ses premières œuvres (Un 32 Août sur Terre ou Maelström) ne ressemblent en rien à Incendies, son premier grand chef-d’œuvre. De même, Incendies ne ressemblait en rien à ses premières incursions hollywoodiennes (Enemy et Prisoners), pas plus que Sicario n’avait à voir avec ces dernières. Denis Villeneuve aime à changer de registre en permanence et l’on a hâte de voir ce que le canadien va faire de la patate chaude Blade Runner 2049, projet casse-gueule par excellence. En attendant, il se frotte d’ores et déjà à la science-fiction avec Premier Contact, alias Arrival en version originale.ARRIVALOui, Denis Villeneuve est l’un des plus grands génies du cinéma actuel et il prouve une fois de plus l’immense étendue de son talent avec Premier Contact, faux blockbuster de science-fiction qui réussit l’exploit de sacrifier le spectacle à l’intelligence, sans pour autant basculer dans le film d’auteur intensément ennuyeux. Prodigieux. Porté par une distribution impeccable (formidables Amy Adams et Jeremy Renner), Premier Contact reprend à son compte un sujet pourtant ultra-éculé au cinéma, en l’occurrence l’arrivée d’aliens débarquant sans crier gare dans le ciel de notre planète bleue. Comment réagirions-nous ? Comment communiquerions-nous avec ces lointains visiteurs ? Quelles seraient les premières mesures prises ? Quelles seraient les premières problématiques qui découleraient de ce « premier contact » avec une autre civilisation ? De Contact à Independence Day, de 2001, L’Odyssée de l’espace à E.T. en passant par Stargate, Rencontre du Troisième Type, La Guerre des Mondes ou le récent documenteur The Visit – Une Rencontre extraterrestre, la SF s’est toujours régalée à imaginer ce qu’il se passerait en cas de rencontre extraterrestre, avec des approches très différentes, fantaisistes et ultra-spectaculaires ou plus sérieuses, dramatiques voire scientifiques. On pensait aujourd’hui, qu’il allait être difficile de se réinventer sur un sujet aussi saigné par le passé. A tort. Denis Villeneuve y parvient, et brillamment, livrant au passage un nouveau chef-d’œuvre du genre, à ranger aux côtés des plus grandes œuvres.premier_contact_film_4Dans sa première moitié, Premier Contact est passionnant par ce qu’il raconte et par la manière dont il pose son univers avec un sérieux scientifique dès plus admirable. Dans la seconde, il se hisse vers le génie par la façon dont il bouleverse certaines conceptions insaisissables voire métaphysiques, notamment notre façon humaine d’appréhender le temps et l’espace. Premier Contact nous pousse à oublier totalement notre manière d’appréhender le temps, passé, présent et futur, et tente de nous impliquer au maximum dans une expérience au-delà de tout. Du jamais vu au cinéma.premier_contact_film_5Modèle de narration, modèle de mise en scène, perpétuellement créatif et intelligent sur la forme comme sur le fond, Premier Contact a beau partager quelques ressemblances issues de l’imaginaire collectif (on ne peut s’empêcher de songer vaguement autant à 2001 qu’à La Guerre des Mondes version Spielberg), il n’empêche que son mérite, outre ses qualités visuelles et la beauté de sa réalisation et de son montage, s’inscrit surtout dans le sentiment de nouveauté qu’il affirme à chaque instant. Avec Premier Contact, Denis Villeneuve réussit l’impensable. Il ne réussit pas seulement à rafraîchir un récit pourtant archi-rebattu, il réussit à bouleverser certains codes et principes de narrations. Il réussit même à incarner certaines idées pourtant quasi « in-incarnables ». Plus fort, il réussit à mettre en images des conceptions qui bouleversent complètement notre rapport au monde. Comme quand il redéfinit et bouleverse ce rapport au temps, cette manière d’appréhender sa linéarité. Certains y verront des incohérences. Erreur. Premier Contact exige tout simplement d’oublier ce que l’on connaît en tant qu’être humain, pour percevoir les choses autrement, selon une autre approche, un autre angle. Sidérant, il bascule alors du côté de ces œuvres que l’on a besoin de revoir plusieurs fois pour en saisir l’infinie richesse cachée derrière une intrigue pourtant simple. La marque de fabrique de Denis Villeneuve. Partir du simple pour développer du complexe. Partir du spectaculaire pour développer de la réflexion.premier_contact_film_3Avec son humanisme émouvant et sa profondeur sondant la nature humaine, Premier Contact tord le cou à des années de SF moderne visant essentiellement l’entertainement distrayant, pour privilégier l’intime et l’abandon total à des questionnements plus dominants. Comme souvent, Denis Villeneuve navigue entre les lignes de plusieurs genres. Ici, le canadien explore la science-fiction, mais glisse derrière elle, vers le drame, vers le mélodrame, vers le thriller géopolitique… Partant d’une situation exceptionnelle, le metteur en scène déploie un film fort, nourri autant par un extraordinaire saisissant, que par un ordinaire poignant. Mais ce qui frappe le plus, c’est l’agencement de toutes ces intentions, dans un long-métrage aux prises multiples. Car si Premier Contact peut se voir classiquement, du début vers la fin, sa construction gagne en complexité au fil des minutes, alors qu’il se réinvente et se reformule progressivement. Et au final, on se rend compte, déboussolé, qu’il peut également s’appréhender dans l’autre sens, de la fin vers le début, pour une toute nouvelle lecture aussi fascinante que la première. En prêtant attention, on comprend que Villeneuve glisse des indices ça et là, tout au long de son film, indices qui ne sont ni plus ni moins, que le reflet de l’essence même de son film et des clés pour sa compréhension. A l’instar de l’évocation du concept grammatical du palindrome (un mot se lisant à l’identique dans les deux sens) au détour d’un simple prénom. Aucune importance à priori, juste un dialogue sans intérêt, mais non. Cette évocation est avant tout un indice lancé aux spectateurs attentifs. Car Premier Contact est un palindrome cinématographique, chose que l’on ne comprendra que plus tard, probablement comme mille autres choses imperceptibles dans cette œuvre de génie, dont la prodigieuse substance richissime se digère lentement, mais passionnément. Et tout ça sans jamais être prétentieux, sans jamais être assommant. Chapeau.Premier Contact

LE BLU-RAY DE PREMIER CONTACT

Premier Contact avait été une claque au cinéma, bonne nouvelle, il l’est aussi avec son édition Blu-ray ! Image somptueuse, pistes audio profondes (avec du 7.1 sur la piste anglaise), le confort des cinéphiles est respecté par Sony qui a édité une galette HD à la technique de toute beauté. Côté suppléments, beaucoup de choses et des bonus à la hauteur de l’intelligence du film. Des bonus par ailleurs très complexes, ce qui risque autant de séduire les amateurs de la richesse thématique du film, que de perdre en route ceux qui n’attendent que du making of factuel. Dans le détail, les suppléments de l’édition Blu-ray sont composés de 5 modules, tous très riches, décryptant l’œuvre tant sur un niveau narratif que technique. Le premier (environ 30 minutes) se penche sur le scénario et son extrême densité. Du roman originel au script qui en a été tiré en passant par les différentes strates qui composent l’un comme l’autre, cette analyse détaillée est agrémentée de nombreuses images du tournage mais surtout d’entretiens avec l’écrivain Ted Chiang, le scénariste Eric Heisserer, Denis Villeneuve ou des scientifiques apportant leur regard sur la crédibilité du récit. Passionnant. Suit un sujet centré sur la composition de la bande originale très particulière. On entre ensuite dans une partie plus techniques avec deux modules (entre 10 et 15 minutes chacun) consacré à la conception sonore et au montage. le premier trouve tout son intérêt car le film s’est vu récompensé d’un oscar pour son montage son. Le second, revient notamment sur le fait que le film dispose d’une construction non-linéaire. Ensuite, un gros morceau vient conclure ces suppléments avec un dernier sujet (15 minutes) plongeant dans la complexité du film sur un plan plus théorique et scientifique. ce dernier bonus, probablement le plus exigeant de tous, analyse les principes de temps, de mémoire et de langage au cœur de Premier Contact. Au final, bien que largement nourri d’images du tournage, ces suppléments impressionnent par leur originalité d’avec ce que l’on a coutume de voir. Loin du factuel traditionnel, on se retrouve avec une plongée très intellectualisée dans le chef-d’oeuvre de Denis Villeneuve. Et ça fait du bien !

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.