NERVE de Henry Joost & Ariel Schulman : la critique du film [Blu-ray]
Sortie Blu-ray/DVD

Partagez cet article
0 votes

nerve-blu-rayMondo-mètre
note 2.5 -5
Carte d’identité :
Nom : Nerve
Père : H. Joost & A. Schulman
Date de naissance : 2016
Majorité : 09 janvier 2017
Type : Sortie Blu-ray/DVD
Nationalité : USA
Taille : 1h50 / Poids : NC
Genre : Thriller

Livret de famille : Emma Roberts, Dave Franco, Emily Meade…

Signes particuliers : Une série B distrayante et efficace.

VOYEUR OU JOUEUR ?

LA CRITIQUE DE NERVE

Résumé : En participant à Nerve, un jeu qui diffuse en direct sur Internet des défis filmés, Vee et Ian décident de s’associer pour relever des challenges de plus en plus risqués et gagner toujours plus d’argent. Mais bientôt les deux « Joueurs » s’aperçoivent que leurs moindres mouvements sont manipulés par une communauté anonyme de « Voyeurs ». Le jeu vire au cauchemar. Impossible d’arrêter… 

v.l.n.r. Liv (Kimiko Glenn), Vee (Emma Roberts) und Tommy (Miles Heizer)

Derrière Nerve, on retrouve le tandem Henry Joost et Ariel Schulman, responsable des 3eme et 4eme opus de la saga anesthésiante Paranormal Activity. Rien de bon sur le papier mais avec leur bonne idée inspirée des dérives d’internet (encore…), le duo a tenté d’élaborer un thriller 2.0 nourri par plein d’ingrédients et une énergie qu’on ne pourra pas lui enlever, véhiculée à l’écran par le couple Emma Roberts et Dave Franco. Les deux jeunes comédiens se retrouvent plongé dans un jeu en ligne qui déborde hors de l’écran d’ordinateur. Recevant des défis à accomplir pour gagner un maximum de dollars selon la prise de risque, ils vont se faire les frais d’un engrenage addictif… mais dangereux.

Ian (Dave Franco) und Vee (Emma Roberts)

Série B à suspens aussi sympathique à regarder sur l’instant qu’anecdotique sur l’année, voire le mois ou même la semaine, Nerve divertit avec son concept ludique soutenu par un univers malin, mais s’oublie aussi vite que sa dernière lessive, faute d’avoir su en faire quelque chose de vraiment ancré dans un style qui lui aurait évité fadeur et impersonnalité. Le seul style dont Nerve peut se prévaloir, c’est celui de coller aux codes djeun’s du moment, avec toute l’imagerie qui va avec, entre plans clippés, musique permanente et illustration visuelle envahissante. On se souvient (ou pas) du thriller d’horreur 13 Sins, dont le sujet était quelque peu similaire. Le choix du genre avait été une solution pour apporter une patte à l’affaire. Nerve ne choisit rien, si ce n’est une espèce de fourre-tout entre le thriller, la romance, la comédie et l’action. L’ensemble finit par se dégoter un certain charme mais ne va pas plus loin, et évite proprement de s’aventurer dans la vraie satire qu’il aurait pu faire de son sujet, préférant se cantonner au teen movie fort en adrénaline mais inoffensif dans l’âme.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.