Mondociné

MOI, MAMAN, MA MÈRE ET MOI de Philippe Le Masne : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

[Note des spectateurs]

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Moi, Maman, Ma Mère et Moi
Père : Philippe Le Masne
Date de naissance : 2018
Majorité : 13 février 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h27 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille : Grégory Montel, Olivia Côte, Philippe Rebbot…

Signes particuliers : De bonnes intentions pour un résultat inabouti.

PETITS TRACAS EN FAMILLE

LA CRITIQUE DE MOI, MAMAN, MA MÈRE ET MOI

Synopsis : Benoît a loupé l’enterrement de Maman. Il était coincé dans l’Eurostar. À contretemps comme toujours, et un peu piteux, il rejoint la maison familiale pour y retrouver son frère, ses deux sœurs… et dans un joyeux bazar, beaucoup de souvenirs. Là, au milieu des vestiges de son enfance, dans l’intimité de sa chambre, il la voit… Elle l’attend. Et elle va pas le lâcher ! 

Ancien acteur de théâtre passé à la réalisation par la case courts-métrages, Philippe Le Masne signe son premier long avec Moi, Maman, Ma Mère et Moi, une comédie tournant autour des petits désordres familiaux via l’histoire d’une fratrie qui vient de faire face au décès de leur mère et doit vider la maison de leur enfance. D’un côté, Benoît qui n’y était plus revenu depuis des lustres, de l’autre son grand frère colérique et au milieu, les deux sœurs, celle qui fait mine que tout va bien et celle qui essaie d’arrêter de boire. Une joyeuse brochette haute en couleurs entre solidarité et petits affrontements.

Moi, Maman, Ma Mère et Moi s’élance sur un postulat doucement fantaisiste avec Benoît (Grégory Montel) qui se met à voir sa défunte mère partout dans la maison alors qu’il doit vider sa chambre. Mais cette petite ligne de fantastique perturbatrice, à l’image d’un personnage lui-même un peu perturbé, n’est qu’un ressort destiné à dynamiter les relations de ces frères et sœurs pour leur permettre de se révéler et d’affronter leurs traumas. Si le film aurait pu volontiers prendre le chemin du drame plombant avec son sujet somme toute assez grave, Philippe Le Masne a finalement opté pour le rire, confectionnant une modeste bulle de tendresse et d’amusement dont la plus grande force est son casting, Philippe Rebot en tête, Grégory Montel ensuite, l’acteur de la série 10 pour Cent continuer à s’affirmer comme une sorte de Vincent Lacoste plus âgé avec son espèce de nonchalance lunaire. Reste que malgré de bonnes intentions et quelques passages charmants, cette première réalisation peine à prendre de l’épaisseur, trahie par le manque de consistance d’un scénario qui s’évapore au fur et à mesure qu’il avance. L’effort n’est jamais vraiment désagréable et l’on s’y sent comme « au chaud », mais l’ensemble est trop anecdotique pour convaincre pleinement faute de savoir adroitement exploiter tant sa fantaisie que sa partie comique ou dramatique. Jouer la carte de l’entredeux est toujours intéressant mais réclame une maîtrise qui fait parfois défaut à cette entreprise attachante mais inaboutie.

 

BANDE-ANNONCE :

Par Wilfried Rennahan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux